Met Barran

lundi 23 janvier 2017

Espigolant el 9 de Figueres

Aquest divendres 27 de gener es presenta a Perpinyà a la Llibreria de la plaça Joan Payrà, un poemari del cantautor i escultor nord-català ben conegut PERE FIGUERES. Un llibre volgut monolingüe (català) i que el seu títol 9 no ens dóna la mà o la clau de cap aventura de matemàtica. És un camp amb perímetre essencialment literari i una parcel·lària varietat de formes, formats, motivacions i ambicions. Poesia de recolliment i alhora d'altruisme. Enllaç de sensacions i d'ideies...Poesia amorosa, amb toc cortès, sense mig dit de sensualitat brusca. Poesia meditativa, amb un vessant joiós i un vessant més silenciosament commogut. Poesia amb aleta burlanera que saltirona com una cardina i també poesia que, rere uns jocs de mots i de sons amb aquests mots, ens recorda el músic i el cantaire. El món poètic de Pere Figueres no és cap món secret, hermètic ans un clos obert i un vaivé -però discret- del cor a l'ull o de l'ull (de l'amic de la terra, de l'observador i del treballador d'aquesta) al cor (que reacciona als ritmes del món, que bat d'amor o de revolta, però sempre púdicament, elegantment. 9 és una capsa que conté 44 perles d'una poesia lliure i clara, que no xerra, ecònoma i que guanya la seva agilitat com la seva força d'impacte en la condensació expressiva. Una poesia d'emoció o descriptiva on la imatge (visual o sonor) neix d'un moviment més que d'una posa. Una poesia amb..."olor de vida" -expressió emblemàtica de Pere Figueres.

xxx

Un dels primers lectors del "9" no ens ha amagat la seva bona sorpresa al llegir-lo i ens ha proposat una selecció de versos per compartir-los amb els acostumats al nostre blog. Excepcionalment li hem dit "Si"...Espigolar també nos agrada

SELECCIó de Tomàs ESPELT PARÍS

 

1) "He caminat poc a poc per no molestar/el benestar que l'envolta" (NOU -records insòlits)

2) "Un llibre obert a la tauleta, un viatge/A TOC DE MÀ" (NOU frases d'interior)

3) "la paraula és un joc/ un foc de primavera" (LA)

4) "quan la paraula/ és secundària/ i el silenci/ enteniment/no diguem res" (PER)

5) "falta un robo a la meva lladreria/ escamotejar el somni de la que estimi" (Ep!)

6) "Veure la mar/ en els teus ulls/ tan clars/i el repós/pel seu ombratge" (VEURE)

7) "la llum de la seva mirada/ joga amb l'ombra del malestar/ com el vaivé de les ondes" (LA pluja...)

8) "pels camps d'amor/del dubte/sol sortir males herbes" (AMOR de terra al femení, L'arada)

9) "ballarem potser la dansa dels matins" (vers refrany del poema amb 6 estrofes de quartets)

10) "Per una gota d'aigua jo donaria el mar/ pel company que té set" (PERDONAREU)

11) "Morir un dia veremes/ voldria, igual el gatimell/ darrer company del xirment/espigolat pels ocells" (MORIR)

12) "Si jo fos cantaire/ seria cantant/ m'en iria a l'era/cercar pols de cant" (SI jo fos)

13) "Bé cal que sigui d'un pur esclat/la llum que encens per l'estimada/ i per tant sé d'aquells moments/tot el jardi de sa mirada" (RES)

14) "els estels són les engrunes/que fan una a una/ els mots que escric" (UN)

15) "mostra-me/la punta del xiprer/quan rere cau la lluna" (DIGUIS-ME)

 

Hem d'afegir que l'anunci de la presentació-signatura del 9 a la Llibreria no és pot fer sense posar en relleu el pròleg brillant i pertinent d'un gran nom de les lletres catalanes RENADA LAURA PORTET.

xxx

 

Posté par Jaume à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 22 janvier 2017

Clowns

Quand il fait froid si tu n'as pas un feu de bois chez toi, il te reste une solution pour ne pas grelotter blottis-toi dans un beau film de FEDERICO FELLINI, moi j'adore LES CLOWNS et je le lance et je me laisse porter par la musique de NINO ROTA. Oui, crois-moi, c'est aussi beau et bon qu'un feu de bois.

xxx

Posté par Jaume à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 21 janvier 2017

"Entre els homes"

-No els diguis re. Deixa'ls frustrats del que, en tot cas, no saben ni esperen de tu.


-L'ajagut no crida gemega.


-Quina llama, qui tall per encetar i esclarir aquestes enfosques que s'han tirat sobre de mi!


-Les pugnes del jo i del mi, del mi x jo o del jo x mi, ben poc m'atreuen per vessar-hi dues gotes de la meva sang. Em reprenc: dues gotes d'aquella tinta que tacava.


-Si tothom veia les coses del mateix costat segur que les cortines ni els murs existiren entre els homes.


-La pulcritud de la llengua no garanteix la pertinença d'un pensament. Això m'ho ha assegurat un inquisidor de llengua penedit.


-Jo segueixo persuadit que per parlar a la lluna s'ha de fer dempeus i no colgat com un banal somiador.

-Fes-ho a mitges amb ta barca que et sortirà més bé. Ho demana el confort de la travessia.

-Qui té sort fineix per reconèixer-ho però de la punteta dels llavis, de por que se li escapi i no torni.

-L'un entra a cal seu professor de piano. L'altre sall al camp per collir cols. A la fi de tarda, ambdós s'encontren i s'intercanvien les mans. No tots els membres de l'orquestrina toquem les mateixes fugues.

xxx

 

 

Posté par Jaume à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 20 janvier 2017

Os ou diamant?

L'averse venait de débuter et l'on entendit comme un bruit de sédition qui cingla le tranquille rideau de pluie, et l'on vit des milliers au carré de gentilles gouttes d'eau se transformer en autant de balles d'un même calibre, terrifiant et mortifère.

xxx

J'ai cru entendre un appel venu du dehors. J'ai ouvert la porte et, devant moi un paysage déchiré, plein de courroux, m'a sauté au cou. Par vallons et collines, par bosquets et rivières déchaînés, il tempêtait, et s'époumonait à me crier "c'est ta faute! c'est ta faute!" J'ai du aussitôt m'évanouir, sinon je saurais -celui que je cherche toujours- à qui je dois la vie sauve... Vous est-il arrivé à vous aussi d'être agressé par un paysage déchiré, à bout de patience?

xxx

Mouiller ses lèvres d'un filet de grenadine pour se rapprocher de la fleur rouge du grenadier qui, en cet instant, réactive son souvenir.

xxx

Pipo Buzz et Popi Bug jouaient aux cartes contre Mima et Pipa PiGnuff. De quel stress tentaient-ils de se distraire?

xxx

Si tu vois ton reflet au sol que ton pied ne l'écrase pas...quels que soient les reproches que tu crois devoir te faire.

xxx

Difficile de faire de la morale sans égrener un quelconque chapelet de mots à pointe, d'os ou de diamant.

xxx

Ce n'est qu'à bonne distance que l'on peut renifler -chien truffier des plus secrètes truffières- l'arrogance des nantis.

xxx

"Je fis un feu, l'azur m'ayant abandonné..." Il arrive que la compagnie d'un poète, ici et maintenant Paul Éluard, nous fasse un bien fou.

xxx

Un vrai clown dont le nom m'échappe mais qui imitait, en son temps, Charlot à la perfection, aimait à dire "Tout est comique dans la vie." Mais nous ne sommes pas tous des clowns!

xxx

Pourquoi le changer? Il adore promener sa calèche sur des chemins tortueux. Il a fait de l'ornière et du cahot, ses montures favorites. Il a l'ivresse du brinquebalement dans le sang. Qu'il ne quitte donc pas sa voie, qu'il pleuve ou qu'il vente!

xxx

A quelle vitesse roule le silence qui nous est promis?

xxx

Mr Trump est sur son trône. IL y a John qui pleure et John qui rit. Il y a Jean qui cry et Jean qui laugh. Et nous, et nous...

xxx

 

 

Posté par Jaume à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 janvier 2017

DE FOSSA, QUINTETTI & CIE

"...En 1816 Mr P.-J.J. Le Duc(1), éditeur et marchand de musique à Paris, ayant un magasin de musique à Bordeaux allées (2)de Tournay n° 19, obtint de M le Marquis (3) l'autorisation de publier les oeuvres posthumes de Luigi Boccherini (4), composés à Madrid (5) pour lui et sous ses yeux (6), et proposa par souscription aux amateurs 12 quintetti (7) pour deux violons, 2 altos et un violoncelle. Je quittais la garnison (8) peu de temps après; je ne sais donc si l'éditeur remplit l'engagement consigné dans son prospectus, de faire paraître dans le courant de 1817 ces 12 quintetti. Il est à remarquer que l'auteur y avait mis une partie de guitare obligée, tout exprès pour Mr de Benavente (9). L'éditeur crut assurer le succès de sa spéculation en transformant cette partie de guitare en Ier alto: travail qui fut confié à Mr Garnault (10), élève du conservatoire, professeur très distingué; mais ces quintetti ainsi retouchés ne rendaient pas toute la pensée de l'auteur (11) qui y voulait une guitare et un seul alto."' (Lettre de François de Fossa à Louis Picquot (12), Paris, 8 août 1847).

1) Il s'agit de Pierre Leduc (1755-1826) et de son second fils Jean-Jacques Leduc (1792-1855). Leur adresse parisienne était rue Traversière St Honoré n° 37 Selon Wikipédia, Pierre Leduc se retire de l'édition en 1811. On le retrouve en 1919 comme professeur à Bordeaux, où il meurt en 1826.

2) En fait allées de Tourny, en l'honneur de "Louis-Urbain Aubert, marquis de Tourny, Intendant de Guyenne de 1743 à 1747". Fossa dut connaître ce lieu, ses responsables et quelques musiciens et amateurs de musique qui le fréquentaient. Il devait y recueillir des informations sur la vie musicale dans la ville.

3) C'est le Marquis de Benavent (que dans des lettres ) sa soeur Fossa orthographie "benabent". C'est Francisco Borja de Riquer (1768-1849) . Il y vit en exil, avec son fils. Désargenté, il survit en donnant des cours de guitare. Il existe une monographie consacrée à cet aristocrate catalan, perpignanais par sa mère (famille de Ros), Connaissance de longue date des Fossa, ce qui pourrait expliquer qu'il fut assez aisé à François d' en obtenir copie. Ce Bordeaux où est publié en 1818 "Exposition d'une nouvelle méthode pour l'enseignement de la musique" de Pierre Galin (Bordeaux 1786-Paris 1822). Cette méthode sera citée plusieurs fois dans les lettres de François à Thérèse. Ce Bordeaux où viendra s'installer, mais à partir du mois d'août 1822, M. De Azanza (le protecteur de Fossa), sa femme et un neveu. Ils y décéderont.

4) Né à Lucca (Italie) le 19 février 1743, mort à Madrid le 28 mai 1805. Il était arrivé en Espagne en 1761.

5) Il a existé une relation véritable entre le compositeur italien et le Marquis qui se maintint durant au moins quatre années, "de 1796 à 1799" comme l' a établi le musicologue catalan Josep Ma Mangado i Artigas, auteur d'une belle monographie sur "El Marqués de Benavent" (1768-1849). Boccherini était "l'âme musicale du salon du Marquis". La date précise de cette commande serait de 1797 et sur la date de composition, les historiens, avancent deux lettres de Boccherini à Pléyel qui nous éclairent. Celle du 24 décembre 1798 évoquant"trois oeuvres, la troisième consistant en six quintettes avec guitare obligée" . Celle du 20 juin 1799 soulignant "Mes chers amis et fils, (les musiciens) Garat et Rode ont eu l'occasion d'entendre chez le marquis de Benavente presque tout l'opus de piano (transposé par moi pour guitare à l'usage de cet amateur seulement"

6) Une manière stylistique d'assurer de l'authenticité. On trouve également chez Fossa l'expression "sous les yeux et suivant l'intention". Comme par exemple dans une dédicade à Ramon Carnicer (1789-1855), vraisemblablement en 1824, lorsqwu'il est en exil à Paris, avant de partir pour l'Anglterre. "Duo concertant pour piano et guitare ouverture composée pour l'opéra du barbier de Séville "EtArrangée Sous Les Yeux El Suivant L'intention De L'auteur Par F. De Fossa. » Ou dans cette annonce de Bibliographie de la France du mercredi 21 juin 1826 d'une "souscriptionà une méthode complète de guitare, publiée en espagnol par don Dionisio Aguado, traduite en français par M. de Fossa, sous les yeux et suivant l’intention de l’auteur, sur le manuscrit corrigé et augmenté pour servir à la deuxième édition espagnole."

7) C'est par la copie de certains de ces quintetti retrouvés dans une armoire de la "Library of Congress" que le musicologue américain Matanya Ophee faisant des recherches sur Luigi Boccherini a repéré un compositeur oublié, François de Fossa (1775-1849). Avant de quitter Madrid, en 1811, pour le chemin de la retraite puis de l'exil avec José Ier, son roi, et Miguel Josef de Azanza, son protecteur, de Fossa avait pu en copier quelques uns. Voici comment en témoigne de Fossa à Louis Picquot:"...J'en possède sept [na: quintetti] que je copiai à Madrid en 1811 sur des manuscrits qui passaient dans mes mains de celles d'un copiste espagnol (a) qui travaillait pour Mr le colonel Charmont (b), aide de camp du Mal Jourdan (c) et mon ami intime, lequel avait acheté ce droit (d) à la condition expresse de rendre les originaux. Je n'avais eu connaissance de ce marché que lorsqu'il était en voie d'exécution: voilà pourquoi je ne suis pas plus riche. Mes copies devaient servir plus tard, avec celles qu'on prenait pour le colonel, à se vérifier mutuellement. A peine je terminais mon 7° quintetto que nous dumes évacuer Madrid."[ Lettre à Louis Picquot 8 aoùt 1847].

(a) Qui peut bien être ce copiste espagnol "mon ami intime"? (b) Selon Matanya Ophee et J-Ma Mangado i Artigas, ce serait Jean-Antoine Philippe Charmont (1770-1823), dont on apprend par induction son intérêt pour la musique et la guitare (c): Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833), Maréchal d'Empire. Il fut en Espagne chef d'état-major de Joseph Bonaparte, José Ier, du 17 juillet 1808 au 24 décembre 1809. Il y reviendra le 28 septembre 1811 jusqu'au 21 juin 1813 (d). Le droit avait été acheté le plus vraisemblablement au marquis de Benavent.

8) Il quitte Bordeaux pour Lyon. A Bordeaux où il a eu entre missions celle de réorganiser la musique du régiment. "J'ai été chargé de rédiger et de mettre au net en double expédition les engagements de tous nos musiciens." (Lettre 7 janvier 1817). Ainsi qu'il l'écrit à sa famille de Perpignan il sera et c'est une toute autre musique"trois ans Procureur du Roi au Conseil de Guerre de Lyon".

9) Mr de Benavente est le Marquis. Celui dont il écrivait le nom en catalan roussillonnais "benabent" ou "benaben", se voit ainsi castillanisé, comme cela ne devait déplaire ni au courtisan et "montero mayor" du roi ni à de Fossa très attaché à l'Espagne, qui avait envisagé de demander la nationalité espagnole et qui dans les premiers temps de son retour en France n'avait pas encore sacrifié les voeux de mariage échangés avec Tomassa Pinto, la nièce de son ami madrilène Cipriano Salinero .

10) (recherche en cours)

11) Cette réflexion nous montre un de Fossa sensible à l'intégrité d'une oeuvre originale et peu enclin à la spéculation commerciale. Dans sa réponse à Picquot, l'un des premiers à avoir écrit sur L. Boccherini, il s'attache a être le plus informatif qu'il lui était possible de l'être sur la souscription. Cette dernière est de 1816, et la réponde de Fossa à Louis Picsquot est de 1847, soit 31 ans après. Il semble donc que de Fossa pendant tout ce temps ne soit pas soucié du destin éditorial de ces oeuvres posthumes de Boccherini en mains du Marquis de Benavent.

12) Publié pour la première fois en 1981 par Matanya Ophee dans "Luigi Boccherini's Guitar Quintets: New Evidence" (Edition Orphee, Boston). Dans cet ouvrage on trouve la première biographie de François de Fossa avec son portrait (reproduit en couverture) et les oeuvres alors rassemblées du compositeur.

xxx

Posté par Jaume à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 17 janvier 2017

P.O.: La filière liège (Art)

A Perpignan, où la culture semble plus flottante qu'ailleurs on semble préférer aux êtres d'acier ou de marbre, les êtres de liège. Dont acte, après tout le liège est un matériau de belle écorce, tiré d'un arbre de bonne lignée. Rien d'étonnant à ce quelques artistes, plus aristocrates que les autres -dans leur façon de percevoir, de toucher et de l'habiter-s'en soient rapprochés, volontaristes ou aimantés, pour s'unir à eux et nous donner de beaux fruits. Dans un certain jargon, ces fruits sont appelés oeuvres d'art. A Perpignan, on sait de mémoire pyrénéenne chênes-liège et liège veulent dire. Et pas seulement par ce que l'on a appris à faire sauter les bouchons des meilleurs crus. Nul besoin, ici, d'en faire l'économie régionale, merci suberaies des Albères et du Vallespir. Il est un homme de lettres, Ludovic Massé (1900-1981), qui l'a tout simplement nommée et métaphorisée "La terre du liège", terre et non pays, comme pour dire quelque chose de premier, de "matriciel", de l'ordre nourricier du "matrimoine" et non de celui, légal, du patrimoine. "La terre du liège", un roman publié en 1953 par L'Amitié par le Livre, avec une illustration de Marcel Gili (1914-1993). Il sera réédité en 2000 par le "Trabucaire". C'est le livre intime d'une mémoire collective. Liège ni totem ni tabou mais inspirateur, initiateur d'une filière artistique dont il est le matériau de base qu'on le découpe, le sculpte, le peigne, le grave ou l'imprime. Une filière que l'on peut esquisser et marquer les événements suivants. Ce n'est pas un hasard, bien sûr, si c'est le fils de l'auteur de "La terre du liège", Claude Massé (il nous a quitté ce 3 janvier dernier à l'âge de 83 ans)  qui repéra sur ses pistes de prospecteur ( de ce qu'il nommera un jour un "art-autre") un artiste du liège, déjà remarqué par Jean Dubuffet (1901-1985) au sortir de la guerre, Joaquim Vicens Gironella (1911-1987), dont Claude Massé aimera le travail et la conversation au point de lui faciliter l'édition en 1990 au Trabucaire -en ce temps bien ouvert aux expérimentations et aux aventures- d'un travail singulier.  Il s'agit d'"Exaltació del suro i dels tapers" avec des gravures sur liège. Un (grand) livre tout liège. Une préciosité du catalogue de cet éditeur régional. L'ouvrage et la date sont importants dans l'esquisse, ici proposée, d'une chronologie de la filière "suro-art" (pourquoi pas? on dit bien en anglo-américain "corck-art"!). En effet, le travail du liège n'appartient pas seulement aux artisanats de la vie pratique, de l'objet, du meuble ou de la décoration. Cependant dans la catégorie art contemporain, il demeurait très marginal ou simplement factuel. Claude Massé en fit sa terre d'expression, dès la fin des années soixante-dix, traçant la voie royale vers la notoriété de son personnage multinumérique en liège, le "Patot". Du "Musée du liège", à Maureillas au "Museu del suro", à Palafrugell, du Site de la Création franche", à Bègles, en Gironde au  "Musée du liège et du bouchon" à Mézin, en Lot et Garonne, la ville natale du président Armand Fallières (1841-1931), il en imposa les populations. Claude Massé fut longtemps "Seul" dans les Pyrénées-Orientales et le Midi à travailler avec talent et imagination le liège  (écorces ou bouchons) au gré de sa fantaisie et de ses humeurs. Totalement investi, générant expositions et cristallisant littérature... Depuis ce début de ce XXI ème siècle, d'autres noms, et pas uniquement sur le plan local, sont apprus avec des caractéristiques différentes, des objectifs et des tours de mains différents. Comme, par exemple, le montalbanais Eric Marsiam (pseu. de Jean Andrieu, né en 1938), peintre abstrait et graveur,  formé à l'Ecole des Beaux Arts de Toulouse. Installé dans le département et ayant découvert les chênes-liège de Mauerillas-les-Illes (et ne pouvant ignorer les Massé), il entreprend de s'intéresser à leur écorce ("peaux du liège", comme naguère le peintre Roger Cosme Estève (1945) parlait des "peaux de la terre"). Mais, pour lui, c'est une récréation, une sorte de hobby et non une passion entière. Cependant Marsiam se pique au jeu graphique, chromatique et à la texture de l'écorce et suivra la même route... des musées du liège que son prédécesseur. A sa suite également c'est Pere Figueres (1950), l'homme des Aspres, le romantique des arbres, l'auteur compositeur interprète bien connu qui, se tournant vers le bouchon de liège, ajoute une corde supplémentaire (si l'on peut dire) à sa guitare et crée son personnage de liège qu'il nomme "Kanyatap", personnage qui ressemble autant qu'il se différencie de l'archétypal -et donc fondateur- "Patot". Aux historiens et comparatistes de l'art de tirer les conclusions les plus pertinentes du qui est qui et du qui fait quoi. L'esquisse ici ne cherche qu'à mettre en ligne chronologique. Les "Kanyataps" ne commencent à se montrer qu'en 2012 au Musée d'Art Moderne de Céret, soit vingt-cinq ans après que les "Patots" de Massé soient entrés au... prieuré de Serrabona en 1987...Depuis 2000, sur la scène internationale, d'autres "conversions" au liège et à sa ribambelle de bouchons, on été observées. Comme celle de l'artiste new-yorkais, David Mishkin, établi en Champagne et considéré comme un maître du "Corck Art". En 2015, il fut sollicité par la société "DIAM Bouchage"...de Céret pour réaliser quatre grands collages de bouchons de liège. Il nous plaît de croire que notre très regretté Claude Massé n'aura pas été pour rien dans la dignification artistique du liège et des dérivés...

Nos artistes du liège seraient-ils courtisés par...la Maison de la Région OCCITANIE Pyrénées Méditerranée, avenue de la Gare qui aura mis à l'affiche en 2016 : Pere Figueres et ses "Kanyataps" en mai-juin 2016 (organisé par Evina Loos), Claude Massé "L'homme liège" selon le livre-entretien avec Serge Bonnery chez "Trabucaire" (comme de bien entendu!) et annonce, pour ce prochain 26 janvier 2017 et jusqu'au 16 février,  "Les lièges de Marsiam" (organisé par Céline Marcadon de l'ACPC). Trois invitations...de Mme Carole Delga, la présidente de la dite région (qui ne parvient pas à reconnaître ce que "pays catalan" veut dire). A travers ces présentations la dite Maison de Région se rêverait-elle en Musée du Liège?

xxxx

 

 

Posté par Jaume à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 janvier 2017

De l'Épiphanie à Mardi Gras

Alors, on se magne dans les coulisses de la Saint-Valentin 2017? La célébration des... Amourettes se fera cette année le mardi 14 février, un 14 février inscrit dans le marbre des éphémérides mais pour l'heure non chômé et pas davantage payé. Cette célébration, appelons-la des mains rapprochées et coeurs croisés (par Cupidon ou pas) aura lieu, nous apprend-on pour nous mettre déjà un peu d'eau sucrée sur les lèvres que la bise gerce, douze jours après le fameux faites- sauter les crêpes (sans salir le parquet) de la Chandeleur du jeudi 2 février. Un 2 février inboulonnable, lui-même non payé et pas davantage chômé. Alors, qu'est-ce que tu nous veux? Pourquoi tu te taquines le lobe de l'oreille droite comme un augustin entrant en doute? Pourquoi évoquer, rapprocher ces rendez-vous calendaires? Parce que, mes chers potes, poteaux et -puisque nous y voilà- potences, ce sont des tra-la-la-lalère de foire, oui: des hauts-parleurs mercantilo-gourmands. Ah! Ces plaisirs de bouche et des bouche- à- bouche et bonus affinitaires (si les gourmets ne se sont pas faits gourmandés, mains malhabiles). Vous, les jeunes, qui n'y avez pas goûté encore, ou  vous, les-mis-sur-la-touche-par-l'âge, qui n'y goûterez plus, la queue de la poële se trouvant trop lourde pour votre désormais frêle empoigne, ou l'adresse de la "Fontaine d'Amour"1, la plus proche de chez vous, ne vous revenant plus en mémoire, sourd à l'atavique coup de sifflet des temps fastueux. Pourquoi? Pourquoi? Et bien... parce que? Ben, dame! Parce que...  notre commerce y gagne, dit le Clairon-Bafouille de la Prospérité, alors, profitons-en, nous et seulement nous qui pouvons en profiter, qui dévalons de nos réseaux à tombeaux ouverts, jusqu'à la frontière grégorienne du 28 février, elle sacrée cette année journée Mardi-Gras. Ensuite, certains (ne vous mettez pas en péril de l'être si vous ne croyez pas le devoir) se verront contraints à faire Pénitence. Vous ne croyez pas, que ce que vous écrivez ici l'est dans une précipitation que rien, mais rien ne justifie puisque l'on n'en pas encore fini, en ce glacé dimanche 15 janvier, de s'écorner la dent sur quelques revêches sujets (mais où sont donc passées les fèves d'antan!) de l'Épiphanie.

Saint-Martin de Perpignan, voyons la seule accessible. Et la plus belle!

xxx

Posté par Jaume à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 14 janvier 2017

Votez LLAMP TE FRIGUI !

Depuis le 9 janvier et jusqu'au 22 janvier 2017 le vote pour les prix ENDERROCK sont ouverts. Il s'agit d'un vote populaire récompensant des disques et DVD musicaux qui ont été édités en catalan durant l'année écoulée dans les catégories pop-rock, chanson d'auteur et folk. Un groupe nordcatalan est en lice: LLAMP TE FRIGUI pour son "POCA COSA", un CD pop-rock et pour sa chanson "ELECTRICITAT". Ce groupe est notamment soutenu par le col.lectiu Angelets de la Terra (créé en 2010), dont l'animateur est Ramon Faura, particulièrement impliqué dans la défense et l'illustration de la création musicale dans le "Pays catalan" au nord des Pyrénées. LLAMP TE FRIGUI est aujourd'hui très actif. On le trouve d'ailleurs en ouverture de la 7ème compil produite par le col.lectiu avec un morceau de 3 minutes 40 secondes des "CORRANDES D'EXILI)" du grand poète PERE QUART  (Joan Oliver 1899-1986). Alors, oui, bien sûr, on vote LLAMP TE FRIGUI. http://occatalunyasongs.canalblog.com/archives/2017/01/12/34795265.html

  Le résultat ne sera connu qu'après le 22 janvier, date des finales, et les gagnants auront droit à une prestation à L'Auditori de Girona.

A propos de cette 7ème compil fidèle au concept de son initiateur est de montrer le travail musical fait en Catalogne nord par les artistes et les groupes qui s'y manifestent quels que soient les styles en direction de la langue catalane. Chaque artiste et groupe acceptant d'intégrer à son répertoire un texte inédit ou une reprise, personnel ou d'auteur. Une idée plutôt féconde de Ramon Faura qui a ainsi réanimée et rajeuni la scène musicale norctalane ainsi que faire connaître au-delà des frontières un travail très singulier d'interculturalité. Cette 7ème compil regroupe vingt noms. LLamp te Frigui,Virginie Turquin, Annabelle Scholly Lotz, Ghetto Studio, AJT, Univers-Sales, La Reskape, Christine, Buenasuerte,  Sylvie Rodriguez, Vincnet Vila,Nayah Mestres, Blues de Picolat, Trio sensible, Els Missatgers, Rumba Coumo,The Lost Station,Goulamas'K,Dégardin Amelia, Jean-Baptiste Sparr Trescases. Pour un certain nombre c'est un premier coup d'essai en catalan, sinon un coup de maître...

Ce Cd où les voix féminines l'emportent sur les voix masculines, où l'on reconnaîtra des textes ou des musiques de  Jordi Barre, Guillem d'Efak, Lluís Llach, ou Joan-Manuel Serrat,où découvrira l'ancienne représentante de la France à l'Eurovision de 1999 avec "Pren el temps de viure", un poème de Joan Tocabens, ce Cd une fois encore défi mené à terme, fera l'objet d'une présentation, ce prochain vendredi 20 janvier, à 11 h à L'Anthropo, 28 rue des Rois de Majorque à Perpignan, en présence des musiciens et chanteurs.

xxx

Posté par Jaume à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 13 janvier 2017

Bicentenaire Pep Ventura

Il est un Bicentenaire qui ne devrait laisser indifférent aucun amateur de cobla et de  sardane. C'est celui de la naissance le 2 février 1817 de...(je sais vous vous êtes imbattable et vous avez déjà trouvé) Pep Ventura. Plus précisément ainsi qu'il se trouve mentionné dans la "Gran Encyclopedia Catalana": Josep Maria Ventura i Casas. Il naquit -fils d'un père catalan affecté militairement- en Andalousie, à Alcalà la Real, dans la province de Jaén, mais vivra presque la totalité de sa vie en Ampourdan, et mourra à Figuères en 1875 à l'âge de 58 ans. Sans chercher à chagriner personne (la sardane étant la plus conviviale des musiques et des danses), par ce monsieur et instrumentiste maître de la tenora et de la sardane, cette dernière aurait un petit air andalou, sinon une anche bétique. Pep Ventura, de Figuères n'était pas inconnu au nord des Pyrénées, à Céret ou Perpignan. En particulier dans les milieux de musiciens et de fabriquants d'instruments de musique, dont le pays n'était pas avare et du fait que toute frontière invite à la traverser, c'est ainsi que vont et viennent les hommes, les idées et les inventions et innovations. Ce Bicentenaire Pep Ventura -s'il ne rajeunit personne, peut cependant rafraîchir la mémoire populaire ou de vieux documents d'archives. Qui, dans le microcosme des joglars du XX° siècle pourrait rester indifférent au nom de Pep Ventura, de la cobla Pep, de l'Antigua Pep, des Peps de Figuères... Certes, il y a eu Pep Ventura et ses héritiers et successeurs? Mais est-il si loin et oublié l'image d'un Gustave Violet et d'un Déodat de Séverac, côte -à côte", écoutant justement els "Peps de Figuères" .  Cette cobla même (contemporaine de la cérétane Manyach Mattes)  qui se fera entendre à Perpignan, à diverses reprises, qui montera jusqu'à Paris pour s'y faire applaudir par des oreilles qui la découvraient pour la première fois. Pep Ventura à Perpignan, le nom devait y être assez familier. Une ville frontière de garnison militaire avec une foule de musiciens et de connaisseurs de musique pas exclusivement régimentaire. Cette ville, où se rendra le musicien figuerenc, et s'entretiendra  avec Andreu Toron ou Toront ou encore- c'est ainsi que le signale la G.E.C. - Andreu Turon i Vaquer, né à Camélas le 24 février 1815 et mort à Perpignan 9 novembre 1886, àl'âge de 71 ans. Toron, un grand luthier du Roussillon, artisan et joglar -le "tanor" était son instrument et il en était virtuose. Ce "tanor" ou "tenora" (il arrive parfois que la forme d'un mot se modifie et que son sexe change de genre), qu'il cherchait à perfectionner et dont les innovations déjà apportées avaient attiré la curiosité de l'auteur compositeur et interprète auquel nous devons la sardane dite longue, celle qui se danse encore aujourd'hui..  Le GEC le dit explicitement "Creà el model de tenora, ja força semblant a l’actual, que presentà el 1849 a Perpinyà, amb els perfeccionaments tècnics que havien assolit altres instruments de vent. Pep Ventura la imposà com a instrument propi de la cobla." On doit à l'ethnomusicologue Henri Francès et à son ouvrage "Andreu Toron i la Tenora" (édition bilingue) d'avoir montré, il y a trente ans, ce que l'histoire de la tenora,  l'évolution de la cobla et de la sardane doivent au luthier perpignanais rentré au milieu du XIX° siècle (en 1849, année du décès de François de Fossa) dans l'histoire de la musique populaire, un homme de musique dont le Centenaire de la mort fut brillamment célébré en 1986 par la Fédération Sardaniste du Roussillon. 

xxx

 

Posté par Jaume à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

PONS, CAMELES, BRESSOLA

EL RETORN DEL POETA PONS

Segons ens informa Xavier Febres, el nostre bon amic escriptor barcelonès és prepararia a Girona una reedició universitària de l'obra poética de Josep Sebastià Pons en dos volums impulsada per dos nèts del poeta, Hélène i Sébastien Frère amb...una molt bona sorpresa: un nombre bastant apreciable de poemes inèdits. L'editorial en seria "Ela Geminada" d'Oriol Ponsatí-Murià

xxx

POLIFÒNIA A LA CASA CIURÓ DE CAMELES

La "Revista de Musicología+", de la" Sociedad Española de Musicología" publica+ un estudi firmat Ascensión Mazuela-Anguita++ sobre Honorat Ciuró, un nordcatalà del segle XVII, músic, capellà i escriptor de Cameles. El títol n'és: "Polifonia, redes musicales y cerimonias rurales en los Pirineos Orientales a través de las crònicas de Honorat Ciuró (1612-1674)". La investigadora analitza manuscrits en català , "Camins traçats""Tractat de la capella" i posa en relleu en les tradicions musicals i polifòniques de la família Ciuró, relacionades particularment amb la festa anyal a Església Sant Fructuós de Cameles i amb la restauració de l'ermita de Sant Marí de la Roca (1660-1664). Aquestes cròniques lliuren, com ho observa l'autora, informacions sobre la cultura polifònica de la família , compositors i intèrprets desconeguts o completen la vida o l'obra de compositors ja identificats. També es mostren força útils pel coneixament de la circulació dels músics  en els diferents indrets del Rosselló. Heu sentit a parlar de compositors com Joan Pau Pujol, Pere Riquet, Giamateo Asola, Pedro da Fonseca ? Al decurs del segle disseté, a Cameles i pel Rosselló, quan no es parlava de departament de "Pyrénées-Orientales" ni tampoc de "Catalunya/ Catalogne-nord", se'ls coneixia, siguin catalans, italians o portugesos...

+ Revista de Musicología (39-2): 411-454 (2016).++: Doctor en histària de l'art-musicologia participa al Projecte Europeu " Marie Curie “Urban musics and musical practices in sixteenth-century Europe”.

xxx

LA BRESSOLA i ELS NOSTRES AUTORS

Dins  l'últim número què ens arriva a mans de revista paper La Bressola, no sols hi llegim moltes noticies i mirem vàries fotogàfies què ens permeten conèixer els bàtecs de la vida educativa i cultural dels infants en català, sino que hi apreciem (segur: regal del tió de nadal o dels reis màgs) vers o prosa poètics, d'autors de Catalunya nord. Un florilegi què ens embalsama la mirada des de la portada amb "Té MIL VEUS. Ella mena una conversa que hom no podria co nfegir. Balbuceja una frase ampla i diversa, l'oblida i torna a ressorgir" -tret de "Rierol a la nit" de Josep-Sebastà Pons. Cada una de les pàgines presumeix d'una igual citació litèraria. Co-"habiten" en aquest número: Un tal de "Historis y Comedi", Joan-Daniel Bezsonoff de "El camí de Damasc", Josep Tolzà de "Tresserres", Joan-Lluís Lluís de "Les cròniques del déu coix", Joan-Francesc Castex de "Menudall d'ànima", Jordi Pere Cerdà de "Ets la blava paret", Renada-Laura Portet de "Una dona t'escriu", Pere Verdaguer de "Conflicte de Genracions", Joan Tocabens de "Dona", Simona Gay de "Tardor" i Joan Pau Giné de "Parla-me, diguis-me coses". Una revista informativa, ben feta, agradable visualment i tactilment, gairebé un objecte musical com incita a pensar-ho el nom del President de la Bressola, Joan Sebastià HAYDN.

xxx

 

Posté par Jaume à 12:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]