Met Barran

samedi 15 juillet 2017

C'est l'été, n'est-ce pas?

Parce que je ne pleure pas comme vous, en bande, vous me croyez sans larmes.

Faute de mieux, je m'exhausse en me mettant sur la pointe des pieds.

Les débats entre chiffonniers on a tort de ne pas les considérer comme des entretiens philosophiques de bonne tenue et de ne pas les regrouper (ceux qui restent encore dans nos mémoires) en miscellanées.

Si tu enviages de te jeter du tout au rien, ne le fais pas sans un élastique long et solide, car le rien est très profond.

Je tourne autour de moi pour découvrir les trois défauts que l'on m'attribue et qui ont du m'empêcher de me glisser jusqu'à la table d'honneur. Cela fait trente fois que je tourne, accélérant et décélérant ma vitesse, en vain, rien en vue. Stop.

Il se baignait tout habillé pour ramener chez lui quelque vrai parfum océanique.

Un léger frôlement de ventres et hop! une idylle amoureuse en calèche. C'est l'été, n'est-ce pas?

J'ai connu dans un de mes lointains voyages un assez vieux bénédictin qui se vivait comme un de nos gardes républicains,tout à son  service de protection du Livre.

Le Tour de France. Dans l'idée de tour, il y a comme une architecture de cirque et que vois-je aussitôt s'y montrer? Une foule en liesse derrière l'enceinte et des gladiateurs à pédales trimant, grimpant, suant. Mais moi, les petits, je suis à la meilleure place. Je vois celui qui devance, celui qui rétrograde, celui qui souffre, celui qui tombe et...le gagnant, qui lâche son guidon. Tout héros d'étape se doit de lâcher son guidon, ayant franchi la ligne d'arrivée. 

Il parlait haut non pas pour se faire entendre mais parce qu'il aimait s'écouter et vérifier s'il faisait les bonnes liaisons.  

Si j'avais le don du vers, je tenterais un sonnet et si je le trouvais, en toutes ses parties, honorable je vous le dédierai, ne les croyez donc pas ces lauzengiers (voir ce mot via google) qui disent que je vous ai oubliée, ma mie. 

Quand il a terminé sa course le soleil se couche et dort d'un sommeil d'ange, et toi qui, filial, l'a suivi pas à pas, tu ne trouves de l'autre côté de la montagne, aucun repos réparateur, aucun sommeil, tout ton corps livré aux cafards de l'insomnie.

Formé à l'école des bons coeurs, il ne parvint jamais à écrire avec la pointe aiguisée de ses nerfs quelque philippique que ce soit.

La manipulation n'est plus ce qu'elle était et use de trop de prothèses pour que nous le reniflions.

J'aime Goya quand dans ses "Caprices" il grave une chaise en paille sur la tête d'au moins deux de ses personnages.

J'ai le courage, avoua-t-il à son Colonel, de ceux qui sont des premiers à fuir. Le Colonel, bien naturellement, le mit aux arrêts.

C'est fou, non, que Sénèque et François Villon continuent de nous parler direct et sonore.

xxx

 

 

  

Posté par Jaume à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


vendredi 14 juillet 2017

"Senyor Pixatinter, Bon Dia"

Posa la mà al li on se li escau millor.

xxx

Només el tort ens pot intuir que el dret ens vigila.

xxx

El que fa plaer és saber què els tens en un piset de la teva memòria o en un raconet del teu cor.i que pots adreçar-te a ells amb la mateixa llengua d'afecte silenciós.

xxx

D'una bassa d'aigua clara, l'enginyer sol·licitat i sumptuosament remunerat en va fer tres xolls d'aigües putrefactes. D'això no en diré una proesa naturalista.

xxx

No és gens fàcil treure d'una broma un acudit que viurà més temps que una papallona.

xxx

Ni savis ni babaus descansen fent vacances.

xxx

Cor de conqueridor i mans de predador.

xxx

El gall, ton pare,  quan surt mai, mai s'oblida la cresta, no és pas com tu, animalet distret, que corres sota el sol sense barret, paisà o americà.

xxx

Tota societat, per minúscula que sigui, s'inventa medalles per repartir-se-les i guardant-se sempre una reserva per les noves generacions a condecorar amb or, plata o xocolata.

xxx

Degustava, segut sobre una rocada, l'ocàs com si menjava llesques de síndria rogenques i fresques

xxx

Noo és pas perquè no em comprens que he d'esborrar el que escric al davant dels teus ulls

xxx

Una llengua disruptiva i grollera no és pas més emancipada que una llengua esotèrica.

xxx

L'ona no guarda cap deix del bes que hi deposo. Només el vent penedit m'acaricia la galta.

xxx

Un obsequi, l'encerteu una vegada i el falleu noranta-nou vegades. No m'ho discutiu car regalar (a escala d'un obsequi i no d'una rucada) no és pas oferir el que Pere, Pau i Jerònima t'ha demanat que li compressis passant pel supermercat "Fira d'Un, Fira de Tots" .

xxx

Ell a cavall de lluna travessa països amb una velocitat voraç que no li deixa temps per inscriure-hi uns imprescindibles records de vents o rossos paisatges. Ell es palplanta, igual un salze o un meteorit caigut en un paisatge únic, desèrtic, fins als aguilons que no hi troben aliment. En Ell habiten aquests dos Ells: Imagineu llur convivència.

xxx

Dels seus vestits de galana joventut només - en obrir el ventall de l'armari de fusta de noguer- va trobar set botons desiguals que brillaven i dotze parracs esfilagarsats. No se n'estranyà però va sentir com un copet al cor.

xxx

Tots correm i alguns de nosaltres no voldríem ser atrapats.

xxx

Aquesta tarda no és de festa major pels escarabats i per les paneroles.

xxx

Bo prémer i pitjar tot no encabirà en el nostre present entre parèntesis. Alleujo per consegüent la càrrega i cerqui un altre maletí -Faci el que li sembli bo, senyor Pixatinter.

xxx

Els dies de festa, jo no treballo. Els dies feiners, jo treballo. Jo sempre obeint, formal, fent el que s'ha de fer esperant que un Picasso o un Bacon em pinti amb bona cara per la galeria dels ciutadans exemplars. Jo no vull ser ni profeta ni sindicalista, sempre quiet i bonàs. Els deis de festa, jo no treballo i en ballo quatre o cinc per la meva salut cardíaca i mental. Els deis feiners, jo treballo perquè l'experiència diu i no se'n cansa de repetir-ho "qui massa balla en perd el cap i no arriba enlloc". Jo sempre obeint fent girar la roda dels dies i del món. Com ell bell ase al servei de la sínia antiga, en gira perpetua.

xxx

El mosquit i el moxall es mostren afectuoses al bípede de dues maneres un bri diferents. El mosquit, que poca vergonya té amb sa veu de cigala esguerrada, s'abat sobre ta pell humana, la pica i es fa tres glopets de ta sang o més... si pot i no sempre pot, a causa del dret humà d'autodefensa. El moxall, el seu nom ja ho indica, no es vol gens brutal, té més educació i finesa, es posa amb precaució sobre el teu braç (menys encamisat el trobarà millor) com un helicòpter sobre una terrassa d'urgències d'hospital, però ho fa amb una sorollada calculada, gairebé inaudible, i un cop posat sobre ta pell, progressa sense pressa, entre pèl i pèl quan n'hi ha (el que no és contínuament el cas) fins al punt més segur on planta la baioneta per abeurar-se, xarrupar sense amoïnar-te, i ara desalterat, una mica ebri i (si un gest inconsiderat d'empipat no li ha soltat la vida) s'enlaira com un avió tornant triomfant de guerra.

xxx

Posté par Jaume à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 10 juillet 2017

Pablo Picasso

PABLO PICASSO, PEINTRE DE SON ÉTAT, TIENT À FAIRE SAVOIR QU'IL EST TRÈS HEUREUX DE SE VOIR EXPOSÉ UN PEU PARTOUT DANS L'HEXAGONE, CET ÉTÉ, Y COMPRIS À PERPIGNAN, MAIS ET IL TIENT À LE FAIRE SAVOIR SANS AMBIGUÏTÉ ET DUNE FAÇON TRÈS SONORE (SI POSSIBLE HORS DES RÉSEAUX SOCIAUX SUSCEPTIBLES DE PERVERTIR OU D'INSTRUMENTALISER SON MESSAGE) "JE NE POURRAIS ÊTRE PRÉSENT À L'ENTREE D'AUCUN DES MUSÉES QUI CÉLÈBRENT MES GRÂCES, Y COMPRIS À PERPIGNAN, POUR RÉPONDRE -CE QUE JE COMPRENDS- AU LÉGITIME DROIT AUX SELFIES AVEC CELLES ET CEUX QUI AIMENT MA PEINTURE, OU NE L'AIMENT PAS, Y COMPRIS À PERPIGNAN."

xxx

 

Posté par Jaume à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 9 juillet 2017

"La Bressola: Determinats a créixer"

Raríssimes són les revistes de paper catalanes integralment en català a la dita Catalunya Nord per quan una et ve a la mà no deixar-la caure ans llegir-la i rellegir-la tantes vegades que et sona i encara que potser et sona menys subscriu-t'hi, fes-la conèixer al teu entorn a qui sap o vol saber de català. Els Amics de la Bressola i la Bressola l'hi agrairan, si d'això no s'ha de tenir vergonya de dir-ne solidaritat. Fi d'any, almenys fi d'any escolar, llindar de vacances, la Bressola fa el punt d'un any de curs en el seu darrer butlletí (Ep! Que no ho veus és molt més que un butlletí: texts, 20 fotografies de color) i conclou posant-ho a la seva portada il·luminada de jovent: "Determinats a créixer". Joan Sebastià Haydn, el president de La Bressola, ho subratlla en el seu editorial amb tinta de clara satisfacció: "Després de festejar els 40 anys, vam festejar la fita dels 1000 alumnes i ara ens toca festejar aquesta nova escola a les terres del Riberal". Una nova escola? I o, manyacs lectors, i pas un somni d'una nova escola!, això sóc jo que ho escric, aquesta escola no és pas cap secret i és una realitat ben apuntada a Pesillà de la Ribera. La Casa Berga (i antiga biblioteca, ara ja tenen els pesillanencs la flamejant mediateca Ramon Llull) l'hostejarà. "Un curs s'acaba...i aviat començarem el següent", escriu Aleix Andreu i Oliver. Perquè, senyor President dels Amics de La Bressola, aquest to inconsiderat de pressa? Fidel a les seves rúbriques, el Butlletí declina activitats, visites, festes o recompenses. Una visita marcada, per exemple, la del Sr. Antoni Llobet, Secretari General de Polítiques Educatives del Departament d'Ensenyament de la Generalitat (hi ha títols que no s'acaben mai i que escapçaries sec si volies frustrar-ne els lectors, els quals es mereixen que se'ls hi digui tot, no?) del col·legi La Bressola al Soler. Una festa, per exemple, amb color institucional "La Bressolada", batejada enguany" de les Mil veus" per festejar el seu catorzè aniversari. Festa de maig, meravellosament juvenil i musical: Carles Beldà, Marc Serrats i Raph Dumas ("Sound Truck", l'expressió no és pas catalana, però qui tindrà barra per dir que no l'entén!). El Butlletí a la pàgina 6 presenta amb una entrevista "la banda sonora de La Bressola" i publica a les pàgines 8 i 9 el Pregó ric, encertat i emocionant de la gran escriptora Isabel-Clara Simó que declamà en català el poema l'Albatros de Charles Baudelaire, en la traducció de Xavier Benguerel. S'hi llegeix també després d'una evocació de la Flama del Canigó, una ressenya de trobades entorn de la lectura, degudes als Amics de La Bressola a Barcelona a la llibreria Documenta. Segueixen les especificitats de les escoles: El Xipoter (Sant Galdric): revista escolar pels infants de CE1, els llucets; El Llibre Vivent (Nyils): una participació en una iniciativa de la Mediateca del Departament; Descobrint Ceret (Sant Esteve): projecte Melodia; El món de les abelles (El Soler): visita als apicultors amb un petit tast de mel (doneu-me'n unes tres gotes de més, si us plau!); Teatre musical (El Vernet): com a professionals de l'espectacle; IMPROBABLE, el joc de cartes (Prada): llengua i arts plàstiques; Llibres i curts (El Col·legi): la novel·la de la massacre del vilatge de Vallmanya, al Conflent, al final de la 2a Guerra Mundial. El Butlletí es tanca sobre dos llibres: "Missió secreta al Museu d'Art", Amèlia Mora Sanromà i Josep Maria Brocal Llobregat. Cruïlla Edicions. i l'èxit de l'any del poeta i escultor Pere Figueres amb el títol de "9".  (La Bressola Estiu 2017-número 58)
xxxx

 

Posté par Jaume à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 8 juillet 2017

"Company de taula"

Somnieu, no hi aneu. Ningú us hi espera. El sol ha trencat el despertador. La nit només és glaç. No hi aneu. Somnieu. Fa bo. Aquesta llum no l'apagueu.

Una vespa intenta aterrir-se sobre el seu front, d'un gest de genísser, l'enviï a orris.

Els conec els cavalls de Troia que han infiltrat la meva nova capital digital. Els conec, però pare sant dels programes de neteja, ajudeu-me a tirar-los fora

Assajant les millors postures a agafar per xalar-se la bé en societat mati, tarda i nit, es va fracturar tres vèrtebres.

De Cresques a l'Alícia, de Borges a Houellebecq quants geògrafs encapritxats de territoris nacionals hi han perdut el seu llatí cartogràfic.

Una camisa ben planxada i una corbata amb un crane nus no veig perquè no ajudaria a defensar, senyor diputat, els drets de qui penca i pateix 

Quan la pluja amenaça, si encertes el teu pet de fugir, pots tornar sec a casa.

Quan pensava que tenia la raó al seu costat, ja podien blavejar-lo amb paraules i cops, ell no canviaria el color de la seva  certesa.

Caminar sobre l'aigua, i perquè no, però digues-me el calçat que he de posar-me.

Caram, sedentari, sí que ho era, gairebé sempre segellat al seti del seu despatx, però un sedentari mòbil, puix que tenia rodetes i girava com un vell disc de vinil reciclat.

Si ajuntes am i or obtindràs amor, si ajuntes o i di només obtindràs odi, doncs procura vigilar atentament les coses que ajuntes.

Mai, qualcú, en el teu pit, s'ha aixecat per exigir que desmentissis les teves ambicions estilístiques?

L'amistat es romp com el pa. Mes t'has de trobar un altre company de taula.

La granoteta de la Font d'En Vila, avui, en aquesta hora,  on para, per qui canta, o de què plora.

Una associació dura el temps d'un xoc entre les dues partides, o èxit o fracàs, no s'ha de mirar més enllà, i voler acumular èxits ou fracassos.

No es pot dir d'un teixit que és frívol, només frívol, Matilda, ho serà la persona que se'n vestirà per ser-ne.

xxx

Posté par Jaume à 19:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Art: Catalogues à la pelle in P.O.

Il est une activité éditoriale dont on ne parle sans doute pas assez dans le meanstream ou à tout le moins avec les mots de sympathie et de constant encouragement qui, dans la généralité des cas le méritent. Cette activité est celle, florissante, de la publication catalogue d'exposition d'arts plastiques. Florissante, elle l'est en ce début de saison estivale dans le département des Pyrénées-Orientales, où les vernissages, ne se ramassent peut-être pas à la pelle comme le dit une chanson pour les feuilles d'automne, mais se comptent bien au-delà des dix doigts de la main. Un catalogue -valeur ajouitée à toute création-  pour marquer l'événement et en faire mémoire (ou pas) pour la postérité curieuse (ou pas) de ce qui alors était et se faisait. Rigaud, Maillol, Picasso, Dalí...Augustin Hanicotte, André Susplugas...Bernard Dufour...Claude Parent Saura (arrêtons-là)  Un catalogue pour servir l'initiative teuf-teuf d'une institution (si nous voulons parler musée ou centre d'art qui ne parvient plus à se dégager de ses standards) ou  illustrer le coup de cimaise d'un free-lance, particulier ou association se débrouillant non sans éclat d'un lieu dans lequel l'hospitalité lui est (exceptionnellement) consentie. Le catalogue prouve l'événement (et c'est au nombre de catalogues produits que peut se mesurer la densité événementielle des rendez-vous artistiques des P.O.). Mais, il est d'abord (qu'il soit flamboyant et dodu ou avec moins d'embonpoint et de rouge aux lèvres) oeuvre par ce qu'elle montre et dit, et les émotions qui en découlent lorsqu'on le feuillette ou l'acquiert. Il est, ensuite, document, pédagogique et...patrimonial: pour celles et ceux qui prêtent sens à la thésaurisation de signes du passé (hier ou avant-hier, ou avant-hier et hier réactivés pour les compléter ou les réviser). Nul catalogue, quels qu'en soit le format, l'épaisseur et le poids, qu'il concerne un prince déjà rayonnant , mort et embaumé  ou un frais gardon, un manant à porter à la lumière, nul catalogue qu'il présente, loue, réhabilite et qu'elles que soient les signatures que l'on trouve à son sommaire: thuriféraires locaux ou fines lames mondialistes (ou imaginant l'être) ne tombe tout fait d'une Imprimerie Céleste. Ainsi aura-t-il fallu aux organisateurs d'événements aux "producteurs" de catalogues, les jours d'avant et souvent bien des jours  (et très avant) aller à la recherche au prêteur, au mécène, à la tire-lire républicaine, au bas-de-laine familial. tout le monde n'ayant pas la science infuse du crowfounding réticulaire en deux clics. En ce domaine du catalogue d'exposition se vérifie ce grand duo classique du Temple de l'Entreprise qui plonge toute initiative -surtout paroissiale ou cantonale- dans le vinaigre de l'angoisse: "On ne prête qu'aux riches" et  "Selon que tu seras puissant ou misérable...". Pensons-y lorsque l'on a en mains un très beau catalogue (individuel ou pluriel) de Perpignan, Bages, Céret, Collioure ou ...du Prieuré de Serrabona et gardons-nous de trouver celui-ci trop bavard et celui-là trop taiseux. Il y a des beaux livres, une mpisson d'été à ne pas négliger. Á trouver sur les lieux d'exposition et dans les vitrines de librairies. C'est, pensons-y, toute une exposition, une collection, oui un musée imaginaire (au sens malrucien) que l'on pose sur sa table ou ses genoux avant de le ranger sur les rayons de votre bibliothèque.  

xxx

Posté par Jaume à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 7 juillet 2017

ECBOLADE: DELMAS 1 MASSÉ

Tout à l'heure vers les 18 h / 18 h 30 de ce vendredi 7 juillet, à l'EDA de la ville du Boulou1 sera inaugurée l'exposition de peintures d'Alin Anseeuw. Une exposition à ne pas manquer (elle restera en place jusqu'au 19 août), à cause de la liberté de thème et de la facture de ce plasticien par ailleurs écrivain-poète et directeur d'ECBOLADE,  une revue avec une déjà assez longue et belle trajectoire, sans emphase arrogante ou de fausse modestie, au service de la création., dans l'artisanale conception de l'honnêteté.  La circonstance veut que deux personnalités de tout premier plan- toutes les deux hélas disparues voici y aient publié un titre à deux mains: "D'UN HOTEL L'AUTRE 2 ( en remontant vers le Nord)." Les co-auteurs en sont le rivesaltais Claude Delmas (1932-2016) et du cérétan Claude Massé (1934-2017). Le premier connu (surtout) comme romancier et par une collaboration avec des plasticiens, le second est fameux par ses "Patots" (figures en liège), ses collages en papiers colorés. et sa défense de la chose écrite, dont son père le romancier Ludovic Massé fut l'un des plus féconds représentants dans la première moitié du siècle passé et dont le fils Christophe Massé marque le sillage avec bonheur. Leur livre parut au début de l'année 2000, comme la meilleure des promesses d'une amitié féconde. Il était "le cent douzième de la collection Ecbolade".  Entièrement composé à la main en vendôme corps 16 sur centaure ivoire, format 17x25 et comprenant cinq reproductions en sérigraphie de collages silhouettes humaines. ECBOLADE  avait l'adresse suivante 1Bd Maistre 62290 Noeux-les-Mines. Nous profitons de la coincidence de l'ouverture ce prochain dimanche 9 juillet d'un hommage à Claude Delmas au Mas Génégals à Vingrau, dans les Corbières, à l'initiative des Ami.e.s de Marcel Gili, pour rappeler ce joli et peu connu joyau typographique et éditorial, irrigué par le voyage et l'amour, Camille et Consuelo...

1 Place des Ecoles, au coeur de la ville.

2 Ne pas confondre avec D'un Château l'autre de Louis-Ferdinand Céline.

xxx

Posté par Jaume à 14:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

des loups aux gants rouges

 

Elle lui dit qu'elle n'avait rien à lui dire. Il insista, l'implora. Alors elle lui mima la rupture. Il baissa la tête.

Migration ne rime ni avec voyage ni avec tourisme, il est utile de se le rappeler.

Qui se couche se lèvera si un mauvais sort ne lui est jeté pour l'en empêcher.

Quand en finira-t-on avec les camps! Hélas! Cancan!

La synecdoque n'est pas un perturbateur endocrinien.

Propos d'estrade (à reproduire à l'envi et tout son soûl): "Nous, nous, nous..."

C'est quand la mer est calme qu'elle met en forme ses colères.

C'est à l'écume de la dentition que l'on juge l'impatience des seconds!

Êtes vous réellement modernes, je veux dire connectés, oui con-nec-tés? Car voyez-vous nous avons quitté l'ère de messires Renaud & Balavoine, celle des branchés/chébrans et autres câblés.Ohé, m'entendenez-vous? Êtes vous con-nec-tés?

Celles et ceux qui s'éloignent du rivage ne prennent pas plus -ni moins-de risques que celles et ceux qui y demeurent, dit-on en précisant par temps de paix.

Postillonne, postillonne, il y a bien un postillon qui finira par se jucher sur le bout de mon nez!

Il y a les lois de la République et les oies de la Ferme, ne pas les confondre!

N'étant pas sûr de tous mes faits et gestes, je me suis mis en auto-vigilance depuis quarante-huit heures.

La source est tarie. Ce ne sont pas tes larmes qui vont étancher ma soif. 

A. Malgame: Maître de l'argumentation politique.

Le poids des mots, le choc des idées: deux fois assommé.

Dans un coin de la page 4 de son journal il tricotait une maille à l'endroit une maille à l'envers des mythologies pour une dizaine d'éventuels lecteurs. Il ne se vit jamais dépourvu de laine.

Une étiquette (dans notre monde marqué) ça se perd, ça se retourne, ça s'échange, ça se négocie. Une étiquette c'est fait pour danser, oui valser!

Et le professeur des écoles d'expliquer ( ce qui n'était jamais de la cas à l'époque bien ancienne des instituteurs) qu'être sur un nuage et être dans les nuages, ce n'était pas du tout la même chose. A ce moment-là le cancre cessa de regarder par la fenêtre!

Les transitions, écologiques ou pas, souvent de par leurs longueurs, se font désespérantes.   

J'ai pris de le chemin des vertes et profondes forêts sachant qu'une maisonnette blanche m'y attendait gardée par des loups en gants rouges.

En 1967, nous n'avons pas cru ce Prisonnier (Patrick Mc Goohan) qui clamait pourtant haut et fort "je ne suis pas un numéro", et nous voilà cinquante ans plus tard, en 2017, en plein dans la purée du numérique (toile et ministre à l'appui). 

Tandis qu'un gecko achevait sa varappe sur le mur du jardin, un papillon après avoir dansé dans l'air se posait sur le dossier du banc qui lui était adossé.   

Pour gagner du temps, il mâchait longuement ses minutes et en crachait non sans élégance les secondes devenues noyaux.

xxxxxx

Posté par Jaume à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 4 juillet 2017

Le street art, c'est aussi à Maury, na!

La belle saison venue (ou appelée telle) les villes les plus imaginatives du département des Pyrénées-Orientales se disputent les affiches les plus attractives pour plaire aux locaux comme aux extra-locaux (appelés aussi touristes ou vacanciers) et être la destination impérativement conseillée, le rendez-vous à ne pas manquer, tel jour ou sur telle période. Oui, car ce jour ou cette période, c'est moi le plus beau,le mieux fringué,  le plus moderne, le plus distrayant, le plus vivant, quoi. C'est ça le plus solidement enraciné dans le paysage des offres de sorties. Et, dans ce chapitre de l'enracinement, croyez-le bien la ville de Maury (où c'est ça?) n'est pas en reste, foi de vignoble, de pampre et grenache. Mais laissons la viti-viniculture et ses ésotérismes oenologiques à d'autres. Les racines de Maury ont un terreau culturel fait de Voix et de Toiles. Mais ne nous occupons pas non plus de Voix. Préférons-leur des Toiles, car Maury en Fenouillèdes non seulement a inventé (faut être cependant avec qui invite) cette manifestation originale baptisée ToutesToilesDehors, mais l'a confortée, développée et fait rayonner jusqu'à nos jours et, ses communicants actuellement de battre tambour pour nous faire savoir que l'édition 2017, de ce que nous pourrions (si l'on n'avait pas peur de se faire traiter d'"étatsunien" et d'égarer nos rares lecteurs) d'authentique street art, country pour nous faire comprendre, dans un sens non pas musical mais rural. Les avantages de ce street art maurinyois c'est  que 1) pris dans sa toile, il se plaque paisiblement  contre la façade (si le vent n'en prend pas jalousie et ne cherche pas à le déloger), 2) la fête étant passée ne subsistera aucune trace (animalière?) graphique ou colorée pour des grotte de Lascaux et Chauvet... à venir, 3) il transforme la petite ville en musée saisonnier open space, 4)  il rassemble, tout de même, 44 artistes soit (cela dit parce qu'on nous le souffle) 4 toiles, 4 emplacements muraux de plus que les 40 fauteuils de l'Académie Française, 5) il donne à voir des expressions picturales régionales et...classiques, 6) il oblige le public attiré par cette originale initiative d'un arrière-pays qui veut exister à se promener "les yeux en l'air" et de découvrir en sus des toiles les caractéristiques architecturales et urbanistiques de ce "lieu d'art". Le vernissage de ToutesToilesDehors 2017 aura lieu vendredi 7 juillet à 18 h 30. Un vernissage  aux allures de défilé sans parade (départ cellier des Vignerons), suivi d'un apéro-musical animé par Roost 66 et d'un pique-nique tiré du panier à même les rues. La mairie mettant à disposition tables et chaises. ToutesToilesDehors  se prolongera jusqu'au 25 août 2017. Vous voyez bien la belle saison est là. La peinture s'épanouit sur les murs de Maury

Voici la liste des 44 maurynois "on the walls streets": Alcantara, Altimiras, Ardene, Augusty, Bataille, Bertiches, Bertrand, Maraine, Blanc, Bourdanel, Brian, Boyer, Brian, Cambis, Candille, Cardot, Clauzel, Cordonnier, Dauliach, Deveaux, Vigreux, Dulucq, Ferrer, Filipp, Folcher, Gonati, Gout, Guizard, Hélias, Lavier, Llanas Martial, Michel, Nicolas, Escoudre, Pagnoux, Payet, Picard, Poutry, Quinta, Rivieccio, Rizzeto, Secall, ThiercelinVauthier, Vignaud, Sangerma, Villacèque.

xxx

Posté par Jaume à 18:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 1 juillet 2017

S'enniver de solos de François de Fossa

Que FOSSA soit un bon cru guitarristique, bien peu de pinceurs de cordes et de goûteurs de vibrations peuvent l'ignorer en ces deux premières décades du XXI° siècle. Oui, François de Fossa. François, le jeune frérot de Thérèse, le chiquet -comme en témoigne une lettre- en serait peut-être surpris mais sans doute ravi, car qui écrit de la musique aime bien à la voir jouer et écouter, qu'il soit à la rue Na Pincarda à Perpignan ou  à New York ou à Tokyo. Du côté de Perpignan, depuis que Matanya Ophee a mis les musiciens  sur le chemin des partitions retrouvées et réimprimées du "Haydn de la Guitare", c'est bien naturellement le cas. Et pour un tel, il y a même une légitime fierté à se revendiquer parmi les pionniers de la diffusion par le disque et par le concert, de pièces de son oeuvre. Ainsi la discothèque internationale François de Fossa s'étoffe de plus en plus, révélant de nouveaux talents passionnés. Comme Runar Kjeldsberg (1979), guitariste norvégien, formé notamment au Conservatoire de Maastricht et qui a été élevé au rang de bel d'interprète par les enseignements, entre autres, de l'Italien Carlo Marchione et du Norvégien Erik Stenstadvold. Un musicien audacieux qui s'est lancé dans l'enregistrement de toute l'oeuvre solo de François de Fossa. Ce qui n'est pas une mince paille ni de la musique de croisière. Fossa ne passe pas un compositeur léger; il écrivait pour son propre compte-et plaisir- et non pour satisfaire quelque public par en alignant les notes sur ses goûts. Bref, disent les professionnels, on ne pénètre pas l'univers musical du compositeur sans attention et effort. Voilà des deux qualités, à laquelle s'en ajoute une troisième: l'habileté, qui sont la force de Runar Kjeldsberg. Ce dernier est présentement l'auteur de trois CDs de pièces solos. Le premier et plus ancien réunit  quatre fantaisies (titre "Four Fantasias"): Première fantaisie Op. 5 (1 Adagio, 2 Rondo), Troisième Fantaisie Op. 10 sur un thème de Beethoven (3 Introduzione Capriccio, 4 Tema con variazoni), Quatrrième fantaisie Op. 11 Les Adieux à l'Espagne (5 Introducción, 6 tema con variazioni) et Cinquième Fantaisie Op. 12 sur l'air des folies d'Espagne. Soit au total 7 pièces et un régal à les entendre. Edité en 2014 par Ein Mangfaldig Kar ce premier volume a connu le succès qui a permis la poursuite du projet avec, datée de 2016, l'édition d'un deuxième volume consacré cette fois à des "Divertissements". Ce sont en fait deux CDs de 12 morceaux chacun. CD1 Opus 6: 1 Minuetto-trio, 2 Valse, 3 Andante Largo, 4 Valse, 5 Andante Maestoso, 6 Valse, 7 Minuetto, 8 Valse, 9 Lento Amoroso con molto expressione, 10 Minuetto, 11 Andante Lamentabile, 12 ValseCD 2 Opus 15: 1 Menuet espagnol, 2 Allemande, 3 Valse-Trio, 4 Andante, 5 Valse, 6 Contredanse, 7 Marcia, 8 Valse, 9 Pastorale, 10 God save the King, 11 Valse, 12 Contredanse. Une belle moisson de pages musicales que Runar Kjeldsberg, consciencieux et inspiré nous offre sur une guitare René Lacôte des années 1820. Deux albums soigneusement enregistrés par Roger Langvik  illustrés d'un portrait graphique stylisé et coloré de Fossa. Portrait également gravé sur le CD. La pochette contient des photos du jeune guitariste ainsi le livret d'accompagnement (en anglais) qu'il a lui-même rédigé. Une belle provision de sons à écouter pour s'approcher de ce qui pouvait s'apprécier dans la première moitié du XIX° s et dont on peut croire tout amateur de Fossa et de guitare classique aimera s'ennivrer. 

xxx

Posté par Jaume à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]