Met Barran

samedi 1 octobre 2016

"t'excusis pas"

T'EXCUSIS PAS, PALLAGO

I PER QUÈ T'EXUSARIES?

VES PER LA TEVA

I NOSALTRES IREM PER LA NOSTRA.

HO VEUS BEN BÉ, NO...

QUE TENIM PAS

LA MATEIXA RUTA

AL DAVANT

DE NOSALTRES

NI LES MATEIXES CAMES

PER HI CÓRRER?

NO, PALLAGO,

T'EXCUSIS PAS!'NEM!

A CADASCÚ EL SEU RITME.

xxx

Posté par Jaume à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 29 septembre 2016

Héras, Sanhes, Vert Nibet

PERPIGNAN

ARTUR HERAS. Nouvelle exposition à Perpignan. Centre d'art Contemporain àcentmètresducentredumonde. Le Club des Mécènes, ville de Perpignan, la Région Occitanie (avec le "ie" du sanglot!), le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales et le "Centre Cultural La Nau de l'Universitat de València" vous invitent au vernissage qui aura lieu le vendredi 7 octobre 2016 à partir de 18 h 30. Exposition ouverte jusqu'au 18 décembre 2016. Puis du 9 au 22 janvier 2017. Tous les jours de 14 h à 18 h.

Titre de l'exposition:

"NO FICTION. OBSOLESCENCE ET PERMANENCE DE LA PEINTURE."

Double carton d'invitation (deux puissants visuels). Notes: 1) Langue catalane, portion congrue: "tenen l plaer de convidar-vos al vernissatge de l'exposicio" et "tots els dies". 2) Langue occitane (puisqu'Occitanie, il y a (urait): Néant.

Centre d'Art Contemporain, 3 avenue de Grande-Bretagne.66000 Perpignan.

 

PARIS

NICOLAS SANHES. L'artiste ruthano-parsisien formé à l'EBAP de Perpignan (fraîchement disparue) expose à Paris  un ensemble de petites sculptures et des oeuvres sur papier à la galerie Pierre-Alain Challier. Le vernissage aura lieu samedi 8 octobre de 18 h à 21 h. Notez bien -au cas où vous passeriez par la capitale-

Galerie PACEA, 8 rue Debelleyme Paris 3 .

Exposition jusqu'au 19 novembre 2016. Du mardi au samedi de 11 h à 19 h.

(Sont présentées en parallèle une sélection de photographies d'Eugenia Grandchamp de Raux.)

De Nicolas Sanhes on peut encore voir les sculptures monumentales présentées jusqu'au 16 octobre dans les jardins du Musée Soulages de Rodez

 

NEW YORK

Artiste transcontinentale bien connue, Michèle VERT NIBET s'apprête à s'envoler pour les USA,

où elle a été invitée à présenter une exposition de son monde magique pictural  

JADITE GALLERIES 413 W.50 th St. NEW YORK, NY 10019.

L'exposition sera en place du 18 au 31 octobre 2016.

xxx

 

 

 

Posté par Jaume à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

"se'n va a la caça"

"Rasat de fresc

Net com un palet

Bonic com un sou

Presumit com un pinsà.

Obra la porta

i sall al carrer

se li veu la camisa de menjar fideus,

més blanca que la pica del Canigó,

un dotze de febrer.

Ni un fil perdut

sus de la seva vesta,

Ni un plec a les seves calces

tot ben a punt

planxat  i perfumat

per anar

d'un pas segur

 la clenxa ben feta

i les sabates llustrades

que li renvien la seva bella imatge,

la d'un pinsà que se'n va

a la caça.

 És diumenge,

un diumenge de tardor.

xxx

 

Posté par Jaume à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 septembre 2016

"passeu pas pena"

"PASSEU

PAS PENA,

JA SÉ  

BÉ  PROU

QUE PENSEU PAS

CAP BÉ   DE JO...

I BÉ  , TENIU PLA RAÓ ,

PENSI COM VOSALTRES."

John Daltabaix i Prim

xxx

Posté par Jaume à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 septembre 2016

"armari casolà"

Qui no s'espera a ningú, ningú pot decebre-lo.

Vorejar els timbaus amb prou equilibri per no tombar-hi.

l que no té sentit avui potser no en tindrà mai...i què?

Fes-ho curt sinó ens obligaràs a retallar-te i a posar-te confús.

La seva part més bella, amorós mandrós, és la que no has encara tocat.

Un llibre se l'ha de rellegir no pas per l'entendre millor sinó pel sàller de la solitud d'un prestatge públic o d'un armari casolà.

La pràctica del comunicat de premsa és un indicador patent de la poca  confiança feta a la neutralitat d'un periodista de roda de premsa.

Ramon és un enginyer agronòmic que, si l'he ben entès, ha reeixit per fi
a transposar el gust de la poma al plàtan i el gust de plàtan a la poma
sense alterar-ne la forma volumètrica. M'ha dit que tastaria amb mi i
dos ajudants seus, en petit comitè,  l'intercanvi i m'ha implorat que de
moment no esventi el seu invent.

La deu subterrània del plor no s'autentifica a la llàgrima dels ulls.

xxx

L'anonimat, li va contestar, és una massa llarga hibernació.

S'estranyava de no pertànyer a la flor i nata del barri torçat, i ho
feia saber amb molts crits i gesticulacions, quan tres alienistes que es
preparen a entrar a l'hospital "Rovell de l'Ou", s'aturaren intrigats
per aquest senyor esvalotat exclòs de l'"élite"
i reconegueren en ell un antic condeixeble d'universitat, li van
recordar els estudis comuns i el van invitar, amb les gentileses i les
cerimònies inevitables, a entrar al "Rovell de L'ou" amb ells.

No dubtis  també tens el teu filisteu.

"Si em trobes bé, vota per mi. No et preocupis de cap de les meves
idees. Portem al poder, si em trobes bé: ben vestit, ben pentinant, fent
bona cara. No et preocupis; no t'oblidaré." (Rucada).

En el domini de l'art es veu dues categories, l'una d'autors productors
d'obres en quantitat mínima i una altra productors de moltes d'obres,
entre els criteris que explicarien aquesta desigual productivitat un
d'ells el qual sempre s'ha posat de banda (com si fos inepte o
vergonyós). Els autors fecunds són aquells a qui sempre se'ls hi escapa
un quelcom del qual es donen compta un cop l'obra publicada i es veuen
punxats a buscar i atrapar l'escapat, i aquesta perseguida de l'escapat
pot xifrar-se en moltes obres, ben o mal venudes. Els autors menys
fecunds, malthusians com es podia dir en altres temps, sembla, opinarem,
que la perseguida de l'escapat no els hi ha costat tant o, qui sap, que
se n'han cansat de buscar-lo, amb títols mal o ben impresos.

El pollí no tira ni d'un pollet ni d'un pollastre, menys encar d'un pollancre.

Posté par Jaume à 13:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 25 septembre 2016

"sense contracte"

Jo m'admiro pel poc què se'm concedeix per no marginar-me totalment.

El camp semàntic del lligam és vast i lligar-se necessita grans cavalcades reflexives.

El vaig trobar el cap entre les mans, solitari, abatut. En demanar-li
que passava, tragué els ulls mullats de les fosques de les mans, i em
contestà: per tant que el xiuli i moduli la meva xiuletada, ja no
obeeix, es queda a casa quan vaig a caça, s'ha fet defensor de la causa
animal, protector de la vida de la guatlla, del conill i del senglar...

Les estadístiques, tothom ho sap, se les fan per amagar o amargar el cos real, carn i ossos,  de l'home.

Les obres de ficció són menys discutibles que les obres testimonials.

Dins del nou món de la internet, a pas de puça, progressa el meu carretó. No em dic Marco Polo!

Escriure com es fa trinxeres i no com es posa filferrades.

Molts ramellets de pensaments avortats jeuen en aquesta pàgina d'investigador sense contracte.

Els qui fiàvem en el traçat de la via làctia, segons escampa la ciència, ens tocarà aviat revisar i profunditzar el seu convencional recorregut.

El tro aquesta "grossa caixa" de l'orquestrina temporal. A cops compleix, a cops fa figa.

Més que mai, per les nostres terres, s'ha d'encavallonar dret i sembrar
bona llavor per tal de fer bona collita, a desgrat de les intempèries
previsibles.

El seu simbolisme, de llençol blau o de manta negra? La fitxa d'ajuda no en diu res.

Dos pols literaris dins la cartografia contemporània de l'escriptor així
com del lector: el pol del "carpe diem" i el pol del "mea culpa". És el
moviment d'un pol vers l'altre i el moment de l'entrexoc d'ambdós que interessen el comentarista.

Els llocs comuns? Parlem-ne. Pesats, debilitants, potser. Ara, sense ells, segur que no sabríem qui som.

"Pintor de disfresses"... Per a qui, aquesta dedicatòria per a tu, jo o ell ? Pels tres puix que som llogaters del mateix taller, "A tot vent".

xxx

 

Posté par Jaume à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 septembre 2016

terrain d'aventures

Malgré le mode d'emploi, j'ai de la difficulté à dresser ma tente, alors comprenez ma peine à structurer une phrase, ma bonne tente à ânerie, que le premier souffle d'un lecteur dispersera.

Le désaccord est autant la condition d'un dialogue que la cause d'une querelle.

Il regarde la fenêtre. Un fin rideau bouge. Le silence s'installe. Il en découpe une tranche, il la goûte. Une silhouette apparaît. Il s'appuie sur le dossier de son fauteuil voltaire rouge. Il s'endort. Je me précipite hors de la pièce.

Vous comprendrez, je pense, que votre affaire n'étant pas prioritaire, nous l'ayions, cela fait quinze ans, mise de côté, puis que d'autres affaires aient subi, soumises à la question de la priorité, le même sort que le vôtre, et qu'elle se retrouve, non traitée, au plus bas de la pile. Vous le comprenez, n'est-ce pas?

Heureusement que de temps à autre deux ou trois géographes passent et secouent la lourde poussière des tapis nationaux brodés par les historiens. 

Etes-vous Stannah ou Otolift? interrogea le guichetier du Musée d'Escaliers d'Appartements.

Mes potes les cochons le savent bien, on leur jette bien moins de perles que ne le dit le proverbe.

Se mettre à la place d'un autre, on ne le peut pas, même si l'on est le tenant de la "transplantation d'organes".

Je n'ai jamais parié et je doute que l'on ait une fois parié sur moi, dit le vieux palefrenier au gentil petit écuyer qui vient voir sa prochaine monture.

Ah! Que les fleurs fanent vite dans les mains de l'impatient!

Qu'il se fasse fabuliste ou cartographe, je n'arrive pas à le suivre dans sa folie des labyrinthes. -A se demander, Monsieur le Journaliste, si vous ne préféreriez pas le suivre dans une folie de villes bombardées, dans une quelconque énième saga de l'amour dans les ruines.

L'aventure avec l'inconnu, c'est facile. Il suffit de laisser venir et faire. L'aventure avec l'habitude, c'est une autre paire de manches comme le dit la poésie populiste. Il faut y mettre du sien, beaucoup. Il faut le vouloir et s'y accrocher. On s'y voit forcé à plus de disponibilité, créativité et originalité. Mais si... l'habitude est un terrain d'aventures.

Peut-on rire de tout? La question est connue. La réponse ou contradictoire ou mitigée. Réfléchissant à celle que je pourrais y apporter, j'en ai trouvé et ramassé les élements tout en errant sur des terres naguère affermées à Dac & Blanche. " Bien sûr que l'on peut -et même doit- rire de tout mais pas tous les jours, car se serait trop épuisant."

A force de générosité et de conter fleurette à l'une ou à l'autre, le jardin de ses amours était comme glacé, désolé, crépusculaire. Pas un bégonia au rendez-vous du massif.

La compagnie de quelques grands auteurs ne te fait ni auteur ni grand mais fortifie tes vigilances de navigateur.

Quel instrument exprime le mieux la mélancolie la harpe, ou le violoncelle? Et l'angoisse le piano, ou le violon.

xxx

 

Posté par Jaume à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 septembre 2016

dernière caravane

Non je ne suis pas un homme de lettres sinon...d'un piquet je vous ferai, en un bon tour de main, une colonne

Vous n'êtes pas les premiers à me le dire, mes abstractions ne sont que des arbres secs.

Le cinéma ne s'est intéressé à moi que comme spectateur et certains savent que j'ai pleuré dans mon fauteuil.

Oui, c'est bien la fontaine...mais cela fait tellement longtemps...je ne retrouve plus l'air de cette enfance qui y coulait.

Aurait-il le temps de boucler son paquetage avant le passage de la dernière caravane?

Mais enfin, ne dis pas n'importe quoi: Nos estaminets numériques ne sentent pas la popote de choux-fleurs.

Amas de pièces détachées, c'est bien ça! Choisis celle qui te convient et laisse les autres. Tu n'es pas le seul nécessiteux.

La qualité de son regard était de voiler tout ce qu'il trouvait d'impudique devant et autour de lui.

Les parenthèses ces motels de la circulation syntaxique où s'attardent les voyageurs de l'écriture lourdaude...

Il est des mots crémeux dont nos lèvres restent ointes, et des mots rassis qui nous édenteraient si nous n'y prenions garde dans notre bouchée.

Celui qui loupe sa cible sait que tout ne lui est pas dû, que viser, mon biquet, n'est pas toucher.

Elle était photographiée de dos, épaules nues, assise . Ce n'est qu'en passant de l'autre côté, qu'il vit qu'elle riait. Toujours assise.

Comment expliquer la brièveté? Par un arrêt de croissance ou développement, ou par une amputation, une réduction, une involution?

 Tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de s'exprimer suppose un sacré apprentissage et ce n'est pas notre collège unique qui peut l'assurer.

Le désespoir c'est quand nos doigts gelés nous empêchent de jeter les dés sur le tapis.

Il avait toujours préféré le filet de sens au flot de non-sens mais que voulez-vous on ne fait pas toujours ce que l'on aurait préféré faire.

L'accumulation finira-t-elle par faire une somme?

xxx

Posté par Jaume à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 septembre 2016

Notre actualité

 

Les partisans du "Pas lui, pas lui" forment leurs cohortes. Ceux du "Mai si, Lui. Lui le Messie" également.

Son regard semi-bleuté était un peut-être qui appelait à plus d'audace.

Et bien, non, je n'ai aucun goût pour nos cimetières marins-migrants!

Du joli pommier, combien sont-elles tombées sans avoir connu l'accueil d'une main, l'affleurement d'un nez, et un mordillement de dents?

Des éléments de preuve ne sont pas La preuve. Continuez votre recherche.

Peut-on séduire, convaincre, persuader sans gesticuler, tout candidat à une élection, passant ou non par la case cathodique ou l'estrade numérique, sait bien que non, même s'il se trouve au tapis malgré sa gesticulation.

N'apportez de l'eau à mon moulin que si vous avez un certificat de pureté et de notabilité.

L'insensibilité dispense de toute cuirasse.

Anticiper l'avenir oblige soit à décrotter ses chaussures soit à en changer, c'est la moindre des choses qu'exigera le premier pas dans l'inconnu.

Il est fâcheux, n'est-ce pas, que nous qui savons soyons ainsi maintenus au ban du pouvoir?

Comment peut s'élever ce petit si on ne lui fait pas la courte-échelle?

Relire un texte -qui est une variété intellectuelle de sarclage- c'est l'alléger des brins de mauvaise littérature qui y avaient trouvé un bon terreau.

Prendre de la distance, vous pensez bien que ce n'est pas la même chose si l'on prend du recul ou si l'on prend de la hauteur!

Il cherchait sans cesse à se disculper quelque peu en avançant qu'il n'était que le co-scénariste de ses échecs. Hélas! nul n'a jamais pu savoir qui était son collaborateur.

Un néo-conservateur n'est pas plus à l'abri d'une aigreur d'estomac que vous et moi, mais lui il tient à nous la faire partager, quand il la tient, il la dorlote, puis nous l'expose avec plein de déliés. Ainsi vont les fabliaux de notre actualité.

Notre époque se veut-elle plus intolérante aux signes extérieurs religieux qu'aux signes extérieurs de richesse, hier chassés comme le dahu?

La malin (ne dites pas que vous ne l'avez pas encore rencontré) peut être habile. Jamais l'ingénu qui lui ne peut que se montrer tel qu'il est partout.

Qui fait appel à la transparence, interpelle-t-il l'embonpoint?

Des murs, des murs et...toujours des morts

Si vous ne croyez pas aux écrivains cannibales, c'est parce que vous ne voulez pas voir ceux qui dépècent et désossent et se nourri sent, mâchoires éditoriales brillantes, des drames de leurs contemporain (e)s.

Le passage d'"Occitan" à "Occitanie" embarrasse certains philologues qui y voient comme une manipulation, faut-il en déduire que ces mêmes philologues n'ont aucune empathie pour...sortons de la guerre, allons vers la paix...le néologisme: "hollandie", "sarkozie", "occitanie". Hihi!Hi!Hi! elle est bonne celle-là.

xxx   

Posté par Jaume à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 21 septembre 2016

CLAUDE DELMAS N'EST PLUS

Claude Delmas vient de nous quitter. Peu de semaines après la sortie de son dernier livre "Disparition des Pyrénées-Orientales" (Libre d'Arts). On le savait depuis longtemps gravement malade. On savait aussi avec quelle force et beauté littéraire il résistait à son mal. Son roman "A jamais ton nom sur ma langue "en avait une éblouissante preuve. L'amour et l'amitié de proches, la passion de l'écriture étaient ses armes. Il ne les a lâchées qu'après nous avoir donné, comme dans un sprint avec son dernier souffle de vie, cette "Disparition des Pyrénées-Orientales", qui sera comme l'autobiographie testamentaire du "retraité "de la rue Boileau, des hauts de Vingrau. Maison hospitalière comme jamais il n'en fut. Il s'est éteint chez lui à Vingrau, dans la matinée du 20 septembre, il avait 84 ans. Claude Delmas était écrivain, même s'il n'en fît pas carrière, même s'il ne se démit jamais d'une modestie qui chez lui n'était pas de l'orgueil rentré. Plus d'une vingtaine de titres en témoignent. Depuis "Le bain maure" (Julliard, 1964), salué dans L'Indépendant du Midi -le quotidien de sa terre natale- par Charles-Henry Reymont (François Napoléon) qui porta quelques jeunes lecteurs à la découvrir et à ne plus s'en éloigner. Oui, un écrivain dont la Médiathèque de Perpignan  par une intelligente exposition au printemps 2007 saura révéler et sa vigueur éditoriale et la diversité de ses intérêts thématiques. Deux libraires à Perpignan s'en firent les persuasifs et constants avocats, parce que réellement amoureux des bons livres: Jean-Louis Coste et Pierre Tisnès. Du cinéma à la tauromachie, de la poésie au roman policier, la femme et l'histoire... Oui, beaucoup de champs sur lesquels la maîtrise du récit ("Des reines Sont Mortes Jeunes et Belles") nous  faisait le compagnon jusqu'à la dernière ligne. L'exposition portait un titre simple mais ô combien cher à l'auteur, puisqu'il ressortait comme le troisième titre de son "sextette" Flammarion et d'une lignée de titres à l'envolée poétique. Goûtez celui-ci: "Le pont du Chemin de Fer est un Chant Triste dans l'Air".  La part la plus importante de sa bibliographie qui ne fut pas que parisienne (Julliard, Flammarion, POL, Hachette). A celle ou celui qui se penchera sur son oeuvre apparaîtra facilement un découpage en deux volets éditoriaux, presque "numériquement identiques. Central et périphérique -pour parler comme dans les années 1970. A partir du mitan des années 1990, revenu au pays et comme pour lui renouveler un attachement qui ne s'était jamais distendu, Claude Delmas -qu'avaient remarqué un Pierre Dumayet et un Jacques Chancel et qui ne reniait pas la capitale-confia la plupart de ses écrits à des éditeurs locaux ( de l'ici) comme Mare Nostrum, Balzac, Trabucaire, ou Voix Editions. De même collabora-t-il avec des artistes de sa génération ou des plus jeunes, de Claude Massé (en particulier: Les Catalans sont des Patots) et de Francesca Caruana. Ce n'était point par assoupissement régional, mais parce que la conscience, la mémoire et l'amitié avait ancré en lui une solide trinité qui orienta les faits et gestes de sa vie. Dans le privé comme dans le public. Sur le plan professionnel (des "Charbonnages de France" à "Air-France") comme sur le plan citoyen... Une personne plus qu'une figure, homme de coeur, de droit et de conviction...Rêveur et humaniste. Le natif de Rivesaltes ne pouvait accepter que l'on occultât le camp dit de Rivesaltes. Le fils d'instituteurs laïques ne pouvait que contribuer à la redécouverte nationale de l'oeuvre de Ludovic Massé, l'instituteur-romancier, père de son ami de jeunesse Claude Massé. Le résident de Vingrau, au temps fébrile des carrières, ne pouvait pas ne pas s'associer à la dynamisation culturelle de l'association des "Amis de Marcel Gili", à Génégals. Ni, mais sur d'autres terres, de poursuivre avec le cinéaste  Guy Cavagnac ce dialogue avec et pour le cinéma qu'il avait entamé étudiant montpelliérain avec Marcel Oms et Jean-Claude Rolland et noué, par la suite, jusqu'à l'alliance avec Catherine -sa femme. Ni, "nouveau-romantique" ou pas et voisin du "nouveau-roman" (Claude Simon)  garder fidélité à Bernard Noël ou Franck Venaille, à Mathieu Bénézet ou Jean-Claude Montel. Ce qui aura été son souci majeur, que ce soit devant des oeuvres de Peter Klasen, Georges Badin ou de Jean Gaudaire Thor, souci certes mis en sourdine par des priorités économiques du quotidien et les humeurs de l'actualité mais jamais effacé (comme sa production de "retraité" des Corbières le montre), c'est le travail de l'art et d'une langue pour nous faire entendre leur part d'inaltérabilité. Présente aussi bien dans "Le Schooner" que dans "Yamilee"," "Madrid et ses Castilles", ou "Histoire de Billy et la Mienne", unique roman  réédité, d'abord à Paris (Hachette, 1980) puis à Perpignan (Trabucaire 2001), Sans négliger, naturellement, cette "Disparition des Pyrénées-Orientales" (Libre d'Arts) qui est son adieu. Claude Delmas était un ami.  Un ami très affectueux. De longue date. Nous sommes dans la peine. Sincères condoléances à Catherine et à ses enfants.

xxx

 

Posté par Jaume à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]