Met Barran

mercredi 24 mai 2017

"Confitura per qui en vulgui."

La bona pintura emmudeix qui té sort d'encontrar-la, ço no m'ho ha dit cap pintor ni historiador de l'art, tampoc me l'he inventat per fer-me un pèl docent, ço m'ho ha mussitat un amatent a les arts plàstiques, fuster de fusteria antiga a punt de jubilar-se, que visitant el nou museu de la comarca es desmaià al davant del mateix quadre que ens havia imantat ambdós.

Del que opinava, ningú en feia cabal, tothom el coneixia i sabia que era tant pillo que pinxo. Tanmateix, ningú li refusava el vermut o el cigar que oferia passant la porta del cafè "La República".

Ai, com li agradava ser bressolada pel goril·la que s'havia escapat del zoo i al qual murmurava sa tendresa filial!

Falten bugaderes d'antany per a legislar per la més perfecta moral política, elles tenien una idea exacta i alta de la neteja, fins a les menys valentes, i no s'abstenien d'ensabonar, fregar, tòrcer, batre la roba, tirant-la a l'aigua viva una, dues, tres, o cinc cops si necessari per extreure'n la més petita partícula, el mendre bri -deia Na Maria Castanya- de caca. Elles ho feien aplegades en un rentador públic, a la vista de tothom. La maquinaria rentadora ha malmès aquest ideal i gust de calçotets nets.

Anys enrere, després d'un maig ardent i fallat, filòsofs, novel·listes, quan no eren teòlegs, evocaven el retorn del Mal sobre l'escenari de la nostra societat, qui els llegia? Qui els comprenia? Qui se'ls escoltava per premunir nos del pitjor? No, l'espasa de Dàmocles no es troba només per damunt dels nostres caps, i passeja la seva ombra idiota i assassina pels carrers de les nostres ciutats grans.

La perplexitat ens nua els sentits i ens lliga els peus. Clar igual estat ben pocs desitgem viure'l.

Si la cultura és confitura, no tinguem por a embrutar-nos la cara i rasclem fort els fons dels pots.

No totes les imatges són esbatanades per la nostra entrada i comprensió. S'ha de preveure un pic o un martell i, si tems el soroll que alerta, algun signe o número màgic, per penetrar les recalcitrants fins al moll semàntic més secretament guardat.

La meva orella no és mai quieta, sempre a punt de tendir-se per saber què passa, si és un esquinç o un patac, què es diu, qui canta, si ho fa bé o mal, si és un matrimoni que trenca els plats, o una parella jova que puja al setè cel... Insaciable orella espia, em pertorba quan em posi a escriure, força més, sapigueu-ho, que ho faria un assalt de vespes.

xxx

Posté par Jaume à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 22 mai 2017

"és cosa d'altre món"

Mai, abans, de posar-se al llit, mai Joana La Prima es despullava,
perquè no passés mala nit, al davant del mirall que, igual un jutge,
tronava en la cambra.

Torç el coll
de tot allò que fa
cara de senzill,
allò és màscara,
allò és engany,
si, trampa és,
allò que ve a tu,
els ulls rient
però les mans
BUIDES.

Els malsons són uns reliquiaris trencats que exigeixen justicia.

No totes les ferides s'intervcanvien en condecoracions.

Ben segur que m'ho crec que les millors cireres vénen de Ceret i els
millors albercocs de Salses. Qui ho ignora, serà qualque palatreca que
viu o al nord de la Corbera o al sud de l'Albera.

El burro català sempre preferirà donar fe al lleó de la Metro Goldwing-Mayer que no pas al brau d'Osborne.

Les vestals de la Dignitat poden tenir unes franges de la roba brutes de fang.

Un envejós s'exclamà amb veu potent de Déu únic: "Malament qui es deixà premiar per prosternar-se"

D'una forta alenada enviar-los al caram, sense por de rebre una bufetada de retorn.

A la poesia, que li puc regalar, excepte uns punts suspensius...

No vaig poder copsar l'última síl·laba de la paraula (estranya doncs) que la ploma de llum del seu ull m'adreçava, en secret.

No t'esborris del catàleg dels oblidats. Ja ho faran per tu.

Quants parells de calçats m'haurà costat la vana investigació d'un grial, el desig pelegrí de besar el seu calze daurat.

Sempre les més absurdes qüestions li tornaven... i de quants lectors un
llibre, una obra mestra, un monument insigne de la literatura -pensa en
aquells que no són pas tu-es recorda la visita, àvida o flegmàtica.

Els seus pits no eren ni de fusta ni de marbre i couíen al clot de les seves mans serenes.

Quin temps fa! Entre somni i realitat. Un lluminós pluvill!

De les rucades que feia, mes qui n'hauria tingut el Geni?

Amb una inhabitual elegància la nit esculpeix el dol dels dies passats.

No serà dia faust, el dia en què del teu nom es farà una senyera, es digui Atlàntida o Catalunya.

Els dansaires de sardanes es divideixen en dues categories, els que dansen
els ulls fixats al cel, i els que ballen els ulls clavats a terra. Saben que la rotllana té un melic?

No et deixis,
per qualsevol,
esquilar
la llana de la teva
HORA
i l'hivern no et caurà
per damunt.

Un entrellaç de dits pot augurar l'entrellaç de cossos però no premis massa, que els seus dits ben fràgils semblen.

No puc garantir la provinença dels meus disbarats literaris i altres
aproximacions però això no us autoritza, felibres febrils, a escarnir-me
com a farsaire o com a falsari.

No esvorellis, el vas d'amor, que t'ofereix la lluna, amb ta ganeta frenètica.

Els mots no són pas moltons que s'han de vigilar constantment si no et rebentaràs els ulls, assossega doncs la teva mirada.

Al jardí de les ombres també espelleixen flors amb color. No és gens estrany, és cosa d'altre món.

L'una deia a l'altra, immòbils les dues sobre un prestatge del museu Toc i Pic, no puc evocar, sense que un rajet
de llàgrimes em regalimi sobre la galta, aquell temps on picàvem i
repicàvem, en un metronímic balancí -fins a perdre'n casi el seny- les
bones i males hores dels paisans, els nostres súbdits.- Eixuga't les
llàgrimes, que un visitador ve i no té parer de bromista.

L'evanescència és l'òmnibus que passa per a tots, et trobis a cobert o a cel obert.

xxx

Posté par Jaume à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 mai 2017

Le Fort de Bellegarde attend Joseph Mauréso

 Après le château de Crouseilles, très fûté en Madiran, Pacherenc et Vic Bilh, où il a présenté son travail avec succès le peintre Joseph Mauréso installera prochainement un ensemble de travaux au Fort de Bellegarde, un lieu qu'il connaît plutôt bien, et où il se sentirait presque comme un poisson dans l'eau. Lieu choisi: la Chapelle,  du moins ce qui naguère en tenait lieu abritant du sacré. Une coquille vide, en quelque sorte. Le religieux -le sacré- bouté-hors par la curieuses histoire des hommes, l'architecture n'en a cependant pas vacillé sur ses piliers et depuis un joli temps déjà la coquille vide se remplit à la saison d'été, disons de perles de l'art classique, moderne, contemporain ou, tout simplement, de l'art tout court. De perles sur mesure. Le lieu ne tolère pas que l'on se moque de lui. Les murs, en matière de peinture, ne comptent pas pour des prunes et n'acceptent de jouer le rôle de cimaises que si elles ne se risquent pas de se voir faire un enfant dans le dos. Ce n'est qu'à ces conditions que l'objet plastique peut irradier du principe sacré et ne pas se satisfaire de diffuser du trait décoratif. C'est l'au-delà d'une animation murale, d'un banal enjolivement. A ces fonctions, un badigeonnage réfléchi suffirait. Il y a plus. Il y a une "installation" nécessaire, pour habiter un lieu et l'habiter ça part d'un dialogue avec les espaces et les lumières, avec une architecture et une ambiance. Dialogue qui n'aura d'issue que dans un compris. Celui-ci: que l'architecture n'exerce pas de domination passive sur ce qu'on y montre (dresse, accroche, déploie, promène), et que l'artiste n'en lime pas, par excès de conquête spatiale, les caractères les plus prégnants, les plus stylés,  établissant avec eux plutôt des points de connexion pour mieux montrer/voir...les peintures, les oeuvres exposées comme autant de "hautes fenêtres". C'est un peu à cela que ressemblera la chapelle du Fort de Bellegarde laquelle, du coup et par le biais de de l'art, de l'esthétique, va recouvrer -provisoirement- un air sacré. Vive l'art! devrait dire le visiteur du monument qui aura repris parole humaine. On sait que le plasticien Joseph Mauréso qui mène un travail loin des chemins d'art balisés ne tend guère la main à l'anecdote et poursuit son isolement du social (l'art n'est plus son reflet) sans fuite dans la rêverie ou dans l'accro-branche conceptuel, mais par l'examen le plus raffiné (au sens chimique et non pas mondain) des éléments avec lesquels la ligne et le couleur, le geste et la visée, font manifeste visuel sur un support et donc font image. Une image dont le plus souvent on ne peut (du moins en d'antérieurs travaux) attraper et nommer que quelques bribes -qui ne sont peut-être que des petits leurres polissons. Joseph Mauréso travaille comme un explorateur du sensible - à la fois scaphandrier et astronaute. Ce qu'il donne à voir (bientôt en cette chapelle du Fort de Belelgarde) dans ses remontées comme dans ses descentes c'est peu-on penser (sans chercher à lire) des cartes et des pages de son journal d'exploration. Exploration qui, selon nous, viserait à comprendre l'art à partir de deux pôles, celui de la lumière et celui du silence...

Joseph Mauréso présentera du 19 juin au 17 septembre 2017 une série de peintures intitulée "illisible" qui témoignent de ses recherches les plus actuelles. Le vernissage aura lieu le vendredi 16 juin à 18 h. Comme il est désormais de coutume dans une manifestation de cet artiste, le collectif "Dérives  de Raison" proposera une action performative avec poésie, chant, musique, danse et texte réflexif.

xxx

 

Posté par Jaume à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ben,dame! c'est vrai ça

A Cannes, il font leur cinéma. Qui n'a pas besoin de bains de fiction?

Du balcon de l'Egalité. Il cria...tous les hommes ont les mêmes droits et brutalement il s'arrêta, convaincu qu'il en avait trop dit pour être véritablement cru.

Allons bon! Voilà que l'on me traite d'atavique (même pas de conservateur, ou de réactionnaire) parce que je taille moi-même mes crayons.

Il lui arrivait, par temps de tramontane, de voir un dentier d'homme actionnant une vieille machine Singer et d'entrendre une voix familière répondant à une voix qui ne l'était pas. La tramontane apaisée, le rentier revenait à sa place et tout rentrait dans le silence.La curiosité n'est un défaut que si l'on s'y brise l'arête du nez. 

Las de ne pas pouvoir renverser la table comme ils l'auraient souhaité, ils prirent la (très bonne) résolution de la parer avec mes meilleurs plats à déguster, assis. 

Son visage semblait prendre plaisir à se parcheminer, et à se couvrir de petites tâches comme pour mieux inquiéter mon attention.

Il avait digitalisé à outrance et ses yeux avaient une lourdeur de boeuf.

Je lui dis "je ne me retrouve plus" et elle, du tac au tac, comme si je l'avais froissée, "et bien t'as qu'à embaucher un détective pour t'aider".

Le coquelicot est plus éphémère que le géranium, mais ainsi que le veut la chanson, je l'aime. 

Le pari de la transformation donne des boutons à celles et ceux que l'odeur de tout changement dérange.

Nous les humbles, les petites gens, nous sommes condamnés à regarder le spectacle qu'on nous joue, et à le regarder depuis un strapontin et pas toujours au premier rang.

Les choses que l'on voit on hésite bien des fois à les relater, consigner ou rapporter, doutant au dernier instant de notre perception plus que de nôtre talent. Mais tout le monde ne souffre pas de ce trouble... 

De quelqu'un qui porte un vêtement, on peut dire qu'il est sapé, de quelqu'un qui porte un uniforme (c'est une histoire du temps passé qui ici-même affleure), ont peut dire qu'il est casqué. 

Ne tombez jamais dans le piège que vous tend le "je", placé par-ci, par-là, comme pour désigner des taupinières.

Le bâillement indique que l'on s'approche d'une certaine rive, appelez-la comme il vous plaira, ennui ou sommeil.

On apprend très vite, presqu'impulsivement, à être courtisan (il suffit qu'une cour s'ouvre devant vous), inutile donc de financer quelqu'établissemlent que ce soit public ou privé de " Cours Accéléré de Courtisanerie"

A d'aucuns, un coussin de souvenirs est indispensable pour bien digérer le temps présent.

Les tweets, cela peut aller du couple taquin mouche/moucheron  à l'affreux couple guêpe/ frelon, ces thénardiers aériens .

Non, il ne marchait pas, il grimpait. Le voici en-haut. Ben dame, c'est vrai ça.

En lisant "Il faut faire de la philologie à coups de martreau" (cette phrase est de Maurice Olender, auteur de "Un fantôme dans la Bibliothèque" Seuil), j'ai fait un bond en arrière pour épargner les coups à deux ou trois mots que j'allais employer.

Posté par Jaume à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 19 mai 2017

"Ma-Dolors Vallverdù i els Jocs Florals de Perpinyà"

Maria Dolors Vallverdú i Torrents ha lligat poèticament et seu patrònim a la ciutat de Perpinyà i particularment als seus Jocs Florals de la Ginesta d'Or, als quals ha participat un munt de vegades enduent-se també un munt de premis. El primer remunta al juny 1964 i va ser el Premi "Revista Conflent" als Jocs Florals de la Llengua Catalana, celebrats al Palau dels Reis de Mallorca. Seguiran: Premi "Garbí" (1969, 1972), Premi "Frederic Saisset" (1970), "Gran Medalla" (1971), "Rosa de plata" (1973), "Englantina" (1974), "Medalla" (1975, 1982), Premi "Josep Sebastià Pons" (1981), "Flor Natural" i "Premi de la Vila de Perpinyà" (1986), "Confirmació de la Flor Natural" (1987). Si, Perpinyà antiga capital del reialme de Mallorca és una destinació bastant habitual de la trobairitz transpirinenca Maria Dolors.

L'any 1988 es veu proclamada com a Mestre en Gai Saber per la Companyia Literària de la Ginesta d'Or de Perpinyà i integra amb força emoció com a Mantenidora de la Secció Catalana de l'Acadèmia dels Jocs Florals del Rosselló. El 1990, se li fa concessió de la Insígnia d'or del Col·legi de Mantenidors de l'Acadèmia dels Jocs Florals del Rosselló. Un súmmum en la consideració. Però, a partir d'aleshores, les seves participacions en concursos les dedica a les ciutats d'Agen o Tolosa com també a Andorra o Mallorca i en torna amb premis i distincions. No es pot faltar de subratllar per exemple el "Jasmin d'Argent" que se li atorgà Agen, el 25 de novembre del 2000, en presència de Koïchiro Matsuura, director general de la UNESCO, pel seu poema "Esperit de la terra".

A Perpinyà, el 2008, obtindrà una "Menció honorífica fora de concurs pel poema "L'encadenada llum" (que donarà el seu títol a un recull que publicarà amb èxit el 2010). També sortirà finalista (però en un altre àmbit que aquell dels estrictes Jocs Florals) del "Premi de Poesia Francesc Català de l'Òmnium Cultural de la Catalunya Nord" (2009) i aquest mateix any, i pel mateix 2009 quedarà finalista del "Premi internacional de Literatura Antonio Machado" de Cotlliure.

El Rosselló o la Catalunya nord no té un paper secundari dins l'estimulació, l'ampliament i la maduresa de la vocació poètica de la filla de Reus (a l'ombra de Fortuny i Gaudí). La Catalunya nord i Perpinyà pertanyen en la cartografia íntima i humana de la gran poetessa de Reus, Cartografia teixida al fil del temps a través relacions admiratives i respectuoses amb personalitats il·lustrades de la cultura catalana al nord de l'Albera. Com ara Modest Sabaté, Jordi Barre, Jordi Pere Cerdà o Renada Laura Portet i Joan Tocabens...

Les obres de Maria Dolors Vallverdú i Torrents premiades a Perpinyà es troben en els catàleg anyals dels Jocs Florals i en els poemaris de l'autora. N'ha publicat, a hores d'ara, vuit. El seu primer recull va veure la llum en els seus 23 anys amb el títol de "Poemes" (1968). Seguirà "Enllà de les paraules" (1977), "Per camins introbables" (1995), "L'encadenada llum" (2010), "Només terra" (2015), "Mestral" (2017). L'autora ha firmat "En memòria del President Companys", en col·laboració amb tres altres autors Xavier Amorós i Solà, Josep Risueño i Granda i Josep Pelegrí i Ramon. El seu llibre "Blava aparença 1936-1982",  en el qual l'autora recorda i ret homenatge al seu pare implicat dins la història catalana i antifranquista, aconseguí l'adhesió del públic i de la crítica. Igualment "Mestral" (Neopàtria)  el seu poemari més recentment presentat a les llibreries i vuité de la seva bibliografia.

"Un recull de poemes que parlen de l'amor, de les petites coses quotidianes, dels nostres paisatges, del dolor, de l'esperança i de la llibertat, amb la pulcritud i la sensibilitat tan característiques d'aquesta poeta que ja compta amb una trajectòria literària ben consolidada

". Una apreciació que confirma un magnífic desplegament de la "sensibilitat aguda, afinada per una avidesa permanent"  que havia notat l'escriptora Lena Paùls prologant el seu primer poemari.

Maria Dolors Vallverdu i Torrents figura en vàries antologies paper (poesia femenina, poesia reusenca) o digital com "Tèrbol atzur" es també implicada en

-l'"Associació de Relataires en Català", fundada el 21 de novembre del 2007 per la defensa i la difusió del català i la promoció de la lectura i escriptura en català, en tots els seus àmbits literaris.
-o "Reusenques de Lletres" que aplega d'ençà del 2012 diverses escriptores vinculades a Reus, capital del Baix Camp. Narradores, poetes, dramaturgues, periodistes, assagistes, historiadores, biògrafes. L'últim llibre publicat pel col·lectiu és un sorprenent i encativador "14 vermuts: Espais literaris amb aroma de donzell" (2016)

-i en la revista digital JoEscric. com

Maria Dolors Vallverdú i Torrents. Mestra en Gai Saber i Mantenidora de l'Acadèmia dels Jocs Florals del Rosselló és Presidenta del PREMI (anyal) de poesia catalana "FRANCESC MARTÍ QUEIXALÓS".

Aquest diumenge 21 de maig 2017 a la tarda, a la sala Arago de la Casa de Vila de Perpinyà la benemèrita autora presidirà la remesa dels premis dels Jocs Florals de la Ginesta d'or i principalment la Flor natural que escau aquest anys a un(a) poeta. sa de la secció de llengua catalana.

xxx

 

Posté par Jaume à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 18 mai 2017

FOSSA du SUD au Nord de l'EUROPE

L'Italie tout autant que le Roussillon (bien plus me souffle un malveillant) s'interesse au guitariste préromantique François de Fossa (1775-1849), né à Perpignan mais porté sur le pinacle de la guitare aux States par Matanya Ophee. Non ça n'a pas été sous Trump mais sous Reagan. Il est possible que de Fossa ressuscitant des quintettes pour guitare du très italien Luigi Boccherini n'ait été pris, en Italie, pour un italien méconnu. On peut le supposer mais la confusion fut assez rapidement levée. N'empêche que dès la diffusion des premières pages musicales du chef de bataillon, compositeur et joueur de guitare, des musiciens transalpins l'apprécièrent, le jouèrent, l'inscrirent à leur répertoire, l'enseignèrent, et gravèrent des CD. Le plus magistral étant  le Stradivarius  1994 des "Trois Quatuors op. 19" de Matteo Mela, Lorenzo Micheli, Ivan Rabaglia, Enrico Bronzi. Deux d'entre eux firent le voyage d'Italie jusqu'à Palau del Vidre en 1995 pour le Ier Colloque international François de Fossa et y firent partager au public des instants sublimes de ce qui était une bien pimpante musique de chambre que l'on découvrait in vivo.. .Ces musiciens et la critique musicale (qui, bien souvent, sont dans les mêmes mains), dans les premiers sillons tracés par un Matanya Ophee, un Brian Jeffery ont contribué aux bonnes récoltes de solos, duos, trios et quatuors. On doit citer Carlo Marchione, Angelo Gilardino et Fabio Rizza... Parmi les plus enthousiastes et les plus féconds. Fabio Rizza pour ne parler que de lui, musicien, architecte, critique et éditeur vient d'éditer pour les fameuses UtORPHEUS Edizioni de Bologne la partition de la "Première fantaisie op. 5 pour guitare". Une édition qui prouve que du nord au sud de l'Europe, on aime jeter un coup d'oeil, prêter l'oreille aux notes du militaire compositeur arrangeur et pincer les cordes d'une guitare en signe d'admiration et d'hommage. Le turinois Fabio Rizza édite, le jeune prodige norvégien  Runar Kjeldsberg a réalisé le deuxième volume (Opus 6, opus 15 douze Divertissements)  de l'intégrale des solos de François de Fossa  

xxx

 

Posté par Jaume à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chevalier servant

Je m'étais aussitôt mis en quête de ce qu'elle m'avait demandé, ouvrant la porte et la fermant derrière moi sans grincement, je voulais lui rendre ce service et lui faire plaisir (épongeant du coup des arriérés de tendresse), je m'empressai même, il est des petits bonheurs comme des grands qu'il ne fait pas tergiverser à prodiguer lorsque l'on en a la capacité et le loisir, le loisir, je me l'étais donné, la capacité, une nouvelle fois je la mettais à l'épreuve -faisant, bien sûr, le pari que c'était fois ça irait, et je filai dans la rue et la quittai pour prendre une "nationale" avec le ça ira , ça ira, en tête et dans le coeur, cela naturellement m'activiait, me sur-activait, et je pensai, je serai très bientôt de retour et elle me remerciera de l'avoir servi -quelle princesse digne de ce nom, qu'elle soit brune ou blonde, ne remercie pas son chevalier servant, avec ou sans épée au fourreau, l'espoir de la récompense accroché dans ma tête comme une étoile et accroché -je réutilise l'image de l'étoile- dans un coin de mon coeur comme une étoile brillant de tout son feu, j'étai sur la route et comme aimait à dire son neveu, je traçai, oui j'accourais (comme à la rescousse et c'est vrai qu'elle m'avait demandé de la tirer du mauvais pas où elle se trouvait, qu'on lui avait laissé sur les bras une curieuse patate chaude!) et pour ne point trop tarder je me mis à galoper, non pas comme un cow-boy cogneur mais comme un indien redresseur de torts, mais dans ce passage du statut du bipède au quadrupède, la vitesse acquise par la métamorphose me retourna et le coeur et la tête et le bec et toutes les alouettes des alentours en furent effrayées, devant moi, sans aucun panneau indicateur, une route toute droite et longue, longue et -doute glacial!-peut-être sans issue, c'est alors interrogeant ce terminal, ce terme en al, qu'un éblouissement me frappa, me sidérant presque, je m'étais aussitôt mis en quête de ce qu'elle m'avait demandé, j'avais obtempéré comme dit toujours la grande tante du neveu, oui mais voilà, j'étais bloqué net dans ma course, comme si l'on m'avait mis des fers aux pieds, mais comme il arrive parfois (le paradoxe n'hésitant pas à nous surprendre là où on l'attend pas), c'est du choc, de l'éblouissement, de la presque sidération que sont nés un éclair de lucidité, suivi d'un trait de panique mais, au juste, diable! que m'avait-elle demandé d'aller lui quérir? Avais-je réellement entendu ce qu'elle me demandait pour que ce ne soit pas cloué dans ma mémoire ? Dans l'impossibilité de répondre à ces questions, j'ai henni profondément, je me suis ébroué dispersant les escadrilles de mouches qui assaillaient ma tête et ma queue, j'ai dépoussiéré également ma crinière, j'ai dés-ankylosé mes jarrets, puis après avoir essuyé quatre gosses larmes, j'ai fait demi-tour, l'heure était déjà crépusculaire et je suis rentré au petit trot et penaud à l'écurie, où la vérité ne tarda pas longtemps à tomber, elle m'attendait et je la vis, sa déception la faisant passer du grave enveloppant à l'aigu pénétrant, je fus ce soir-là (ignorant tout du calendrier hippo-grégorien, je ne puis dire quand c'était) privé d'eau, d'avoine et de paille fraîche. Je dormis bien sûr debout toute la nuit, perclus de cauchemars.  

xxx

Posté par Jaume à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 13 mai 2017

Démographie en baisse

Il s'était fait un empire dans le commerce international des barbes d'épis de céréales, cela déplaisait et vait motivé une gigantesque retraite aux flambeaux menaçants.

Un pigeon voyageur m'assure que, dans l'ancien-temps, le merveilleux temps où les drones ne sifflaient pas sur nos toits, un rossignol n'aurait jamais pris en nauto-stop une pie. Mais lui dis-je en lui coupant la parole, vous pensez que ce n'est plus le cas de nos jours. De moins en moins réplique-t-il, nullement décontenancé par mon propos, car la démographie des pies comme des rossignols, dramatique signe des temps, est en baisse. 

Au vingt-heures, on se bouscule au portillon cathodique. Quels que cris et avanies et puis c'est le classique..circulez, il n'y a rien à voir et à attendre.

Les pleurs contrairement à bien des feuilles ne tombent pas qu'en automne.

L'orgueil d'un paon n'a qu'un équivalent l'orgueil d'un pou.

Ce que je pourrais regretter de ma ruralité passée, c'est ne ne pouvoir plus à l'image d'un boeuf de mon adolescence m'étendre et me reposer sous un noyer quand le soleil s'énerve.

Tous ces mots de nos langues qui n'auront jamais l'hospitalité de nos voix, qui ignoreront l'amitié de nos plumes et qui ne rencontreront un regard bienveillant de notre part, j'avoue qu'en le constatant cela m'attriste plutôt grave.

L'alphabet de la langue gasconne ignore la lettre k et le i grec, je sais bien que cela ne vous fait pas une belle jambe, mais voilà, c'est lâché et...peut-être contredit.

A propos de langue gasconne ou béarnaise approchée, savez-vous comment l'on dit "une langue bien pendue"? Je vois que vous voulez le savoir, et donc je continue: "Aver ua lenga de laèra"...Ah! bon! Et comment cela se traduit en français du début de l'ère Macron? -Timpatiente pas peti républicain, j'y viens, j'y arrive, cela veut dire "Avoir une langue de laveuse de laine". Comme quoi le battoir  à parolesde cette catégorie de lavandière devait être plus leste conséquent que le battoir à paroles de la laveuse de coton.

J'ai débuaché deux tisserandes des fossés pour les faire travailler, au noir, dans un de mes débarras.

Les contre sont déjà pour et les pour, regardez-les, hésitent! 

Posté par Jaume à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 12 mai 2017

Perpignan. Incendie à la Citadelle.

La "GACETA DE MADRID" du 31 juillet 1817 publiait un fragment d'une lettre non signée d'un habitant de Perpignan en date du 5 juillet. Cette lettre rédigée en castillan faisait état d'un incendie à la Citadelle  (le 4 juillet). Nous en donnons ici l'adaptation en français.

"Hier nous craignîmes que cette ville soit réduite à un tas de ruines; mais heureusement nous avons échappé à une telle horrible catastrophe, et aujourd'hui nous nous en félicitons en remerciant la divine Providence.

Hier on on sentit une chaleur extraordinaire qui nous fit présager une tempête, laquelle en effet se vérifia vers  cinq heures de la l'après-midi. La foudre frappa  la citadelle , à 15 pas du grand magasin de poudres, et là où sont fabriqués les mixtes; brisa la porta, et enflamma en un instant certaines matières combustibles comme brai, étoupins &tc. Le feu se transmit immédiatement du magasin aux aux mixtes, aux grenades, cartouches et obus qui étaient chargés, et tout explosa tandis que les officiers et le soldats de la garnison accouraient chercher les pompes à eau de la ville. Le feu se propagea avec une telle rapidité que nous eûmes peur qu'il ne se communiquât du magasin des mixtes a celui de la poudre; c'est pour cette raison que l'on fit immédiatement un fossé, que l'on remplit d'eau, ce qui l'empêcha de se propager.

Quand les militaires descendirent de la Citadelle annonçant que le feu était si près du magasin de poudres, tous les habitants aterrés voulurent se sauver en abandonant la ville: femmes, enfants, vieux, malades &tc.  tous s'enfuirent en dépit de la tempête se réfugier au Vernet ou dans ses environs, laissant la ville déserte. Malgré cette effarante confusion, il n'y eut pas le plus léger accident  ni à la ville ni ni à la la citadelle.

Ce fait divers aura 200 ans le 4 juillet prochain

xxx

Posté par Jaume à 15:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Falses il.luminacions

Bé prou que ho sé que t'agradaria que et digués que ets bonica com aquella Lluïsa d'or d'abans. D'aquell temps de barques noves que no temien la tempesta. Però mentir no sé. I et miro... tendrament. (Tret de "Quan l'oceà perdé les ones").

xxx

De llesca en llesca el pernil es fon, de qualsevol biga pengi.

xxx

Un dels llocs més apaivagadors del seu despatx era aquell raconet entre porta i biblioteca, on havia -d'ençà d'anys- fixat l'autoretrat de Gibran Khalil Gibran i al qual s'enfrontava en entrar i en sortir del despatx.

xxx

Durant una temporada es va dedicar a l'escriptura bonsai. La seva fama no va augmentar.

xxx

Sempre li va prestar atenció, prement-la fins a incomodar-la, però mai -ni pensar-hi- va prestar-li els quants euros que la salvarien del jas del còrrec. Tret de "Zola no era populista"

xxx

La seu de la nostra memòria alguns de nosaltres la tenim a la planta dels peus, repartida en dues delegacions... per si de cas.

xxx

Les mitologies grans abeuradors de qui pateix set d'una imaginació amb tots els colors del gust humà se'n troben per tots els cantons.

xxx

Una càpsula d'optimisme febril per resistir tota punxada de neguit.

xxx

Un cistellet de flors de ginesta amb un grapat de cireres, si, el vols, te'l duc.

xxx

Vaig entrar dins de la nit per esborrar totes les falses il·luminacions.

xxx

No l'imitis, engega la teva dèria. No gastis tems, que et faltarà.

xxx

Com opinar sense enraonament? Obedient el lloro.

xxx

La memòria no fa només ofici de cofre pels records, és també, per qui sap manejar-la, una mena de màquina per a fabricar records escurats, amables, pronunciables.

xxx

Va desprendre's de l'apologia de les nostàlgies quan, en un carreró de la seva memòria, va recordar la corretja del seu bon papà i el silenci de la seva bona mamà als crits que feia. Aneu amb compte amb això de la nostàlgia!

xxx

L'individu pot protegir-se, mes fer front serà més incert.

xxx

Quan m'hauré fet gran sí que no em cansaré de veure les coses petites. Tret de "La vida no enganya".

xxx

En molts assumptes millor no posar-hi el nas per evitar-se l'asfixia. Consell d'un reviscolat al darrer minut.

xxx

Només els grans escriptors tenen l'expertesa dels bons sinònims. Per la resta de la patuleia grafòmana tant se val, prenen un dels conillets de la conillera lexical sense interrogar-ne massa la pertinència, i sense intuir els danys generats per la seva desimboltura, per exemple irritant els conillets que no s'han escollit o matxucant el sentit de què es volia comunicar, el conillet triat güellant a destra i a sinistra - com diria un amiguet meu factòtum de llengües agonitzants.

xxx

 

 

Posté par Jaume à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]