Le savoir a besoin de deux jambes pour progresser. L'une s'appelle curiosité et l'autre mémoire.

xxx

Je ne suis grincheux qu'à certaines heures, aux autres je dors.

xxx

A force de m'entendre dire que j'étais petit, et que je ne grandirai plus, j'ai relevé le gant lancé par leurs humiliations et je me suis dressé sur la pointe des  pieds. Regardez comme vous avez tort, leur ai-je dit, comme vous êtes injustes! Et hip et hop! Je me suis envolé et, aujourd'hui, je plane au-dessus de tous leurs rêves de petite grandeur.

xxx

Nous y sommes, enfin. L'âge d'or n'est plus avant nous, mais là, bien là. Nous sommes l'âge d'or. Et tout blogueur est un Patron de presse, et tout blogueur est une statue de la Liberté. Le web, quel pied ! auraient dit les Anciens.

xxx 

Jouer de la guimbarde n'est pas moins aisé que de jouer de la flûte traversière. Mais il existe des arriérés en tout.

xxx

L'herbivore n'est pas, évitons la confusion, un brouteur d'herbe, mais un gourmet d'épinards qui, comme cela fut établi durant le règne de Popeye, ont la vertu de gonfler les biceps.

xxx 

Je n'ai pas vu les prix littéraires passer, pris que j'étais par mes propres références, de "La pensée métisse" de Serge Gruzinsky, à "La Mal-mesure de l'homme" de Stephen Jay Gould, du "Diderot ou le Bonheur de penser" de Jacques  Attali aux "Terres de sang" de Timothy Snyder -avec une concession localiste à "la prodigieuse verbe verte Carlos de Lazerme" de Claude Cymerman. Tout cela occupe beaucoup, c'est vrai. Mais, pourquoi n'y aurait-il, cher Lulu, que du temps pour le frivole, le futile, le "ce qu'il faut lire parce que..." J'ai oublié un titre, pardonnez-moi,  "Le Salon bleu D'Arthénice'" par Son Ombre. Une édition de 1912. Une anthologie de 72 textes de 72 auteurs. Une lecture distanciée d'un plein siècle qui apprend ce qu'est la relativité de la notoriété et la saignée de la postérité. Fouillez les librairies d'anciens!

xxx

Je n'ai jamais compris l'invalidation d'une tradition au prétexte qu'elle n'est pas autochtone, mais si elle y a pris racine (la corrida par exemple) c'est bien parce que des gens l'ont acceptée et qu'elle doit, quelque part, y satisfaire un désir ou un manque. C'est sur ce désir ou ce manque qu'il conviendrait de s'interroger et non pas de rejeter l'allogène, de le bouter hors du patrimoine du territoire. Une tradition qui n'existe plus, dans les Pyrénées-Orientales, depuis un siècle et demi est-elle plus locale que celle qui s'y illustre depuis le même laps de temps? Le disparu a-t-il plus de pertinence que ce qui est encore, même si on peut désapprouver et honnir ce présent au nom d'une morale: le respect de la vie des animaux. 

xxx

La courbe des réunions en faveur de la sécurité étant grimpante celle du sentiment d'insécurité fléchit-elle pour autant?

xxx

La vocation d'un élu politique est-elle d'ourdir des pièges en prévision d'une éventuelle réélection  ou de lutter contre le désarroi quotidien qui grandit et qui gronde.

xxx 

Quand on fume la pipe, on ne joue pas du pipeau, quand on joue du pipeau on ne fume la pipe. Chaque chose en son temps, donc. L'une après l'autre!

xxx

Quel dommage que vous entraviez que dalle à la langue catalane, il vous échappera donc l'avalanche d'articles laudatifs qui tombent sur "Les meues universitats" (L'Avenç) du romancier ascendant Joan-Daniel Bezsonoff. Chronique sur chronique, de la belle étoffe pour la coupe d'un bel habit de lumières!

xxx