Même si on a l'impression que l'on ne bat guère tambour pour ce 240 ème anniversaire de François de Fossa, ci-devant auto-proclamé Hadyn de la Guitare, et Major au 24 ème de Ligne, compositeur de musique, il n'y aucune raison de laisser croire qu'il ne se passe rien, que ce soit là-haut, à Paris, ou ici-bas à Perpignan, où il naquit, et en Roussillon où des bonnes volontés en révèlent et propagent les charmes. Des charmes musicaux pré-romantiques, jalousement goûtés, en son temps, en de rares salons légers. A Paris, les Archives publiques (qui dépendant du Gouvernement Français) n'ont pas hésité à la glisser dans le calendrier des "célébration nationales 2015", dans la section "...et gardons-nous d'oublier"(section de rattrapage?) ...François de Fossa (1775-1849).  Avec cette précision générale.

"Sans porter le label officiel des    Commémorations nationales, certains anniversaires sont célébrés par des      associations, des institutions, des collectivités ou même de simples     particuliers. Cette rubrique leur est destinée."

Ainsi le Perpignanais de la rue Na Pincarda, sans doute le plus international de son temps, se trouve-t-il à la suite de Soeur Charlotte de la Résurrection (1715-1794), du Tricentenaire de la naissance de Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, du cinquantenaire de l'école des loisirs, de Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895), Nicole Vedrès (1911-1965). Mais c'est déjà pas si mal, et puisque, avons-nous appris, il y a quelque temps, que la Sorbonne vait fait entendre sa musique, ce n'est pas,oh! non, une simple aumône. 

Et à Perpignan et dans le département des Pyrénées-Orientales, les bonnes volontés font ce qu'elles peuvent mais sans trop d'espèces sonnantes et trébuchantes. Un magistral concert a cependant été donné, le 28 juin, à Palau del Vidre, dans le cadre du festival Poésie et Musique et une conférence-concert sur "François de Fossa et ses amis" (cherchez lesquels!) à charge de Francisco Ortiz (le premier guitariste à avoir enregistré, en France, des pièces solos du maître) aura lieu le vendredi 31 juillet, à 21 h, au Fort de Bellegarde, au Perthus (Fossa y fut capitaine durant plusieurs mois en 1823). Entre temps sera sorti certainement des presses le nouvel ouvrage de Nicole Yrle  dont le titre "François de Fossa. L'Exil Première époque." (Cap Béar Editions). Voilà pour ce mois de juillet. Pour le moment laissons tranquille août et les mois suivants. Les personnes qui seraient intéressées (il en est) peuvent réclamer aux offices du tourisme, où il n'aura pas manqué d'être distribué, le beau dépliant imprimé qui recense tous les événements (ou presque tous). Titre du dépliant: "Hommage "Le Maître de Perpignan", guitariste et compositeur 1775-1849'. Les mêmes personnes peuvent égalementconsulter le site http://commémorationdefossa.over-blog.com, de plus en plus nourri et illustré parl'écrivain photographe et chanteur  Loïc Robinot. Naturellement celles qui donnent la préséance aux grandes institutions trouveront satisfaction à leur curiosité sur le site http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-2015/et-gardons-nous-d-oublier/

Non, c'est vrai, rien de commun avec des manifestations comme "L'Electrobeach" de Port-Barcarès ou "Les Déferlantes" d'Argelés sur Mer, et quelques autres très attrape-publics, ici c'est bien plus menu, bien plus discret et pourtant bien sympathique. Il n'est sans doute pas inutile d'indiquer, sinon de rappeler que l'Association Amitiés Internationales André Malraux (sic!) s'est impliquée dans l'organisation et le stimulation des événements, tout comme la Ville de Perpignan et le Conseil Général (mais là on comprend mieux). De même, est-il justice de souligner le travail graphique -qui n'est pas un travail de petites mains- fait pour la popularisation de l'image de Fossa, à savoir  les dessins de Thierry Delory et les créations plastiques de Nathalie Serre, parmi lesquelles a été choisi le visuel de l'affiche de l'Hommage.

  JO

 

xxx