La fadaise appartient au comic trip musical

Quand je pense qu'avec son accent Buanoparte n'aurait pu succéder à David Pujadas au JT du Vingt-heures.

Son sport favori à M Coach était de pousser le plus possible de gens dans le margouillis.

L'urgence...Oh, cette urgence qui, si l'on n'y prend garde, nous précipite dans le vide.

Se vêtir d'écailles, comme un jeune poisson à la conquête d'un océan.

Cosmétiquée la grâce n'est plus la grâce mais un nuage de glu.

La saillie s'oppose, je l'admets, au raisonnement mais doit-on forcer le sanglier à un travail d'Hercule.

A quelle défonce pouvait-il bien penser, le front blême, les yeux rivés au sol, les joues creuses.

Je lui ai dit "arrête", et il est revenu avec une assiette qui en était remplie à ras-bord, comme si j'avais été le croqueur de fonds d'écuelles du village d'en-bas.

Séduit par le franc-parler des conversations des ombres, il n'en manquait jamais aucune.

A voir tout ce monde qui se pressait et le pressait à vouloir son bonheur, il se dit "je dois faire une bien triste figure, je dois être dans un bien piteux état".

 

Pousse ta chansonnette, Nénette,

que grenouille rime avec chatouille

et quenouille avec andouille, ouille!

ouille! qu'elle nouille ma Nénette,

et n'oublie ni douille ni rouille ni...

Ah, quelle est belle ta chansonnette,

Nénette, ma bouille.

 

Un doigt posé devant sa bouche, il dresse, d'une façon inaccoutumée, l'oreille -oui, c'est ça, à la manière d'un lièvre qui se sent menacé. Sa tête se meut et entraîne son regard à inspecter l'alentour. Il ne voit rien. Rien de rien comme dans le refrain célèbre. Il maintient quelques secondes encore son oreille dressée- comme le lièvre qui, encore, ne soupçonne pas à son réel degré de péril la menace. Son nez, bravache, se fronce comme un sourcil... Il observe mais il ne voit rien. Tout reste coi...Même l'air n'ose moufter une syllabe. Son doigt, alors, abandonne la garde et se repose. Il entr'ouvre les lèvres et maugrée avec l'intelligibilité minimale "j'avais cru". (Pour le civet, sa maisonnée attendra).

Le vieux grinche pas question de le voir de sitôt changer son habitude.

Chasseurs et pêcheurs de bons mots ne désespérez jamais de jours meilleurs. 

Il était tellement haineux contre les lumières qu'il aurait piétiné, écrasé, écrabouillé avec ses deux pieds (crash! crash! crash! et crash!) tout soleil au petit lever.

A sa démarche de culbuto, je comprenais que nous étions du même parage, que le jeu nous rassemblait ben plus que la marche.

Je préfère qu'il dise des âneries toute la journée plutôt qu'il ne ne s'habitue au jeu stupide du qui perd gagne.

Il est des contes qui s'achèvent sans savoir où ils ont commencé. Il est des contes qui commencent mais ne veulent pas se perdre en route. Il est des contes qui tournent court.

Cessez d'être barbares! Ne dérangez aucune chatte qui rêve. Soyez humains! 

Les éléphants méritent beaucoup mieux que d'être comparés avec des politiques décatis.

On me dit que le livre que je te vois lire, je l'ai entendu dire à la télé, ne vaut pas tripette et que l'on gâche son plaisir de lecture à se le mettre sous la dent...- Oh, oh mon bon relais d'apôtre! Je me suis toujours nourri, et toujours pour mon bien, de tripes, tripous et...triplettes... Alors, ta télé elle peut dire tout ce qu'elle veut  te faire téter et toi tu peux le chanter sur tous les toits avec avec elle, je ne modifierait pas d'une bouchée mes goûts et fourchettes gastronomiques.

xxx