La peinture et la photographie, il y a belle lurette (disons supra bicentennale) qu'elles ne se regardent plus comme chiens en faïence. Et savent, à l'occasion, cohabiter, s'entraider, voire, pour les besoins d'une cause, se substituer. Bref en cette ère de bonne franquette, il n'y a que les effets de couple qui comptent.  Avec les preuves sur les cimaises. Michel Pagnoux, peintre vibrionnaire et coloriste et Maud Collet, une photographe qui en pince pour le monochrome seront (notez-le bien) à partir de ce prochain 6 juillet sur les murs du NOVOTEL à Rivesaltes. Les cimaises vont s'empourprer de plaisir et d'apiasement silencieux. Michel Pagnoux, notre Pesquet resté en Corbière, y montre sa "Joyous Cosmology" et Maud Collet son (curieux, intrigant) "Monochrome en triptyque". Evénement qui réunit la fantaisie et la rigueur, la fête de l'oeil et celle de l'imagination, bref qui invite à la conquête d'espaces d'évasion et de rêve qui sont à la portée de tous et toutes si notre tête se dévisse du faux nombre d'or des profits matérialistes. Le vernissage de cette rencontre estivale d'artistes aura lieu le jeudi 6 juillet 2017 à 18 h 30. Un ami surréalisant nous a dit "n'ayez pas peur d'y aller, car au pays du muscat le fromage peut devenir prince". NOVOTEL PERPIGNAN NORD RIVESALTES, 7 rue Alfred Sauvy.

xxx

De Rivesaltes au Boulou, c'est direct. Une halte vigneronne au bord de l'Agly et une halte aquatique au bord du Tech. Le Roussillon ne fait-il pas bien les choses? Deux haltes où satisfaire, loin de la prise de tête et de la crise de nerfs, ses fringales d'arts plastiques et de poésie. A Rivesaltes c'était au Novotel, au Boulou ce sera à l'EDA... Où ça ! Répétez? Oui, l'EDA: E comme Espace, D comme Des, A comme Arts, capito? Ya, Da, Si, Si...L'EDA, depuis déjà plusieurs années, est une bonne adresse. Le lieu situé en coeur de ville est spacieux et clair, donc recherché. Ses affiches ne baissent jamais d'un cran dans la volonté des orgaisateurs  de se maintenir à un bon rang de l'offre artistique populaire.  Ce 7 juillet lever de rideau, oh! pardon vernissage d'une exposition de peinture. Le nom de l'artiste invité, Alin Anseeuw, est bien connu, surtout dans le cercle des chatouilleurs de muses littéraires et des mainteneurs de revues de poésie (car, eh oui, voyez-vous elles existent, même petites, même confidentielles mais si nécessaires pour respirer hors des grisailles et des moiteurs). Son nom est attaché aux éditions Ecbolade. Mais ses talents sont aussi ceux d'un peintre plasticien dont les zones de résidence et d'action, le Nord (dans ce est aujourd'hui les Hauts de France) et...Banyuls-sur-Mer. Passage de la page à la toile mais la même explication avec l'en-deçà et l'au-delà des signes qu'ils soient verbaux, graphiques ou chromatiques. Il aime à dire : "Sur le plan artistique, j'ai toujours quelque chose en chantier, je n'établis pas de frontières entre mes textes et la peinture que je fais, même si ce n'st pas pareil." C'est dit..et  ce sera vérifiable à l'EDA, rue des Écoles du 7 juillet au 19 août.  Alin Anseeuw sera présent le vendredi 7 à l'inauguration à 18 h 30.

xxx

Connaissez-vous "Poetic Art", un nouveau magazine dont le N° 1 daté d'Avril 2017. Il s'agit d'un magzine sur papier glacé plutôt élégant, bien soigné avec des informations sur la vie artistique: expositions en cours ou passées. La préface est signée Valérie Mégardon, une jeune dame venue de la place des Vosges de la capitale à la place de la Cathédrale de Perpignan, son point de chute étant la galerie " Au coin des arts" au N°16 de la rue de l'Horloge. La quatrième de couverture nous donne ses téléphone et courriel  et nous apprend qu'elle est "Agent d'artistes sur rendez-vous". Dont acte! A la une une reproduction en pleine page d'un tableau de nature morte où abondent citrons,couteaux et poissons sur un plat en métal, lui même disposé sur un torchon grisonnant, posé sur une table ou rebord de cuisine. On se dit on nous fait le coup de la Raie de Chardin et voici revenus le classique, l'académique, l'hyperréaliste, trompettes au vent. Mais, il suffit de tourner les pages (délicatement, car c'est du neuf!) pour découvrir que s'y trouvent représentés une diversité de styles et de techniques (peinture, sculpture, art digital, vidéo...) et de belle façon plastique et photographique. On se rend également compte que ce qui fait l'unité de l'ensemble, ce sont deux choses. D'une part la structure de ce magazine de seize pages, avec une double page par artiste: ils sont au nombre de treize. D'autre part que les textes accompagnant le travail de chacun sont signés par la seule Valérie Mégardon. Cependant la nature du texte afférent à l'artiste retenu (et défendu, bien sûr) ne saurait se réduire à une banale annonce ou  une classique critique journaliste. L'originalité est celle d'un travail littéraire dans une forme poétique. Travail qui décrit avec une distance d'observateur ou analyse à travers le prisme de l'émotion. Ce qui pouvait sembler un catalogue d'art est en fait une anthologie poétique mais magnifiquement... illustrée. Les reproductions, qui occupent toute la gauche de la double page dévolue à l'artiste, sont très réussies, très belles, de même les trois reproductions de format réduit (d'autres oeuvres) qui se superposent sur la marge gauche de la page de droite dont l'essentiel de la surface est investie par le poème singulier imprimé  -de cet agent très spécial d'artistes. Les poèmes (nous les qualifions tels sans autorisation de leur signataire) n'ont comme titre que le nom du plasticien dans une reproduction d'écriture à la main. Au-dessous de l'écrit comme pour nous demander de quitter le champ de la poésie pour entrer champ de la vie, un encadré inique les adresses (téléphone et courriel) et l'actualité de chaque artiste.  Complète ce n° inaugural de "Poetic Art" (Poetic écrit en blanc, Art en noir), une double page avec le contenu d'une conférence du poète Hubert Bouziges, l'auteur entre aute de "Mille griffes une main" sur "Le poème cristallisation d'une nébuleuse." 

Les artistes figurant dans "Poetic Art" sont Aurélie Lafourcade, Julien Nègre, Christian Bardet, Jacqueline Kessas, Marlène Marens, Lise Delloue, L'instant indécis, Hervé Abel, Malon, Françoise Comaills, Samantha Schmid, Pierre Vyan et Renée Bouigue. 

xxx