Cela a commencé...bien avant la dernière pluie...

et l'on a fait taire le coq à son matinal lever des couleurs

et l'on a bâillonna la cloche horlogère et assidue,

alors chacun se coucha et se leva

tranquille...comme Baptiste,

celui de la capitale

amoureux fou

de cette campagne si hospitalière, si verte, si silencieuse.

Mais cela ne paraît plus suffire

à notre Baptiste

qui de son chalet dans la vallée ou à flanc de colline

s'insurge et pétitonne:

Shut-up, les moutons et les vaches,

Vos gueules les transhumants,

arrachez clochettes et sonnailles,

je ne veux, en mon cher village,

entendre voler une seule mouche

paysanne.

Vos gueules, les transhumants?

  Mettez colliers et pendentifs assourdissants

à terre. Chez le brocanteur

ou au marché aux puces,

c'est oui!

 A leurs cous, c'est non,

plus jamais!

Cette "intolérance" ne s'arrêtera-t-elle

donc jamais?

Et finira-t-on par ne plus supporter

jusqu'au

 tic-tac du coeur

de son voisin?

 

Et Baptiste...calme toi!

 

xxx