On sait que Runar Kjeldsberg, jeune virtuose guitariste norvégien de la guitare a terminé en 2017 le défi qui lui avait été proposé -et que sa passsion lui a permis de mener à terme- d'enregistrer toute l'ioeuvre solo du guitariste François de Fossa (1775-1849). Une "intégrale" en 3 volumes, successivement sortis: "Four fantasias" (Vol. 1), " Divertissements op. 6 op 15"  (Vol. 2) et "Inspirations" (Vol.3).  Un interprète des premières décades du XXI° siècle au service de la musique (propre ou adaptée) d'un compositeur à l'ombre de la première moitié du XIX° si. Cet ouvrage (son côté disons monumental) a attiré l'attention de grands spécialistes de la musique classique tel que Blair Jackson, écrivain, éditeur et producteur qui, écrit-il dans le n° Spring 2018  (389) du prestigieux magazine américain " Classical Guitar": "I was utterly transported by all three volumes of de Fossa pieces, so I tracked down Kjeldsberg in Norway and asked him a few questions about his labor-of-love project." Les réponses aux questions, huit au total, font l'objet d'une très intéressante publication sous le titre sous le titre: "The Genius of François de Fossa: Runar Kjeldsberg Records the Complete Solo Guitar Works". On y apprend ( si l'on anglicise un tant soit peu) que R. K. approcha de Fossa en travaillant étudiant et à l'instigation de maîtres ou conseillers, tels Carlo Marchione et Erik Stenstadvold, et que leur caution professionnelle son projet put obtenir une aide financière. Projet qui rencontra, naturellement, un écho favorable auprès Matanya Ophee (aujourd'hui disparu) et de Luis Briso de Montiano pour l'accès à des pièces inédites du compositeur. Ce travail dont Roger Langvik a peaufiné l'excellence studio,  contribue à populariser internationalement un compositeur à reconnaître au-delà du copiste de quintettes de Luigi Boccherini, ou du traducteur de l'"Escuela de Guitarra" de Dionisio Aguado. R.K. indique à "Classical Guitar Magazine" la singularité créative de  Fossa par rapport aux Sor, Carulli, Giuliani o Napoléon Coste en soulignant qu' "Il diffère de la plupart des autres compositeurs de guitare de l'époque en ce qu'il n'avait pas peur d'utiliser des tonalités étranges pour la guitare, comme Bb major, F major ou F # minor. Il obtient également les modulations les plus fascinantes, tout en restant dans le style de la musique classique". R. K. justifie par ailleurs son parti-pris de jouer de Fossa sur des instruments de son temps (René Lacôte et Gennaro Fabricatore) qui sont "des oeuvres d'art exceptionnelles que nous devons adopter pour pouvoir entendre et ressentir le son de l'histoire". Le guitariste norvégien met finalement en exergue le nom de Matanya Ophee (1932-2017) qui a donné au monde de la guitare classique les partitions de François de Fossa, figure de son "âge d'or", un pan de patrimoine assez coquet. Grâce au brio de Runar Kjeldsberg, il est à la disposition de tous et toutes, dès lors que la fièvre des cordes les prend et qu'ils sauront les  pincer avec élégance et grâce. De Fossa est cher au coeur de nombreux Perpignanais et Roussillonnais, ils seront heureux d'apprendre que là-haut on l'aime aussi ce "Haydn de la guitare", né rue Na Pincarda, à Parpinyà. Certains penseront même que ce ne serait pas une erreur diplomatique d'inviter Runar Kjeldsberg à donner un concert en cette bonne ville om son alter ego s'appelle Juan Francisco Ortiz. Quelle belle rencontre de scène en perspective si l'initiative culturelle n'avait pas des pudeurs de gazelle.

....

xxx