Le genre est ancien mais aucun motif oblige à le congédier. Approcher l'art de l'image par la poésie, en artisan du verbe, en visiteur amoureux plus qu'en critique avisé. Lire une peinture ou une sculpture comme une promenade inspirée, comme une conversation entre la main d'un artiste et l'oeil de celui regarde qui, dans la découverte de l'oeuvre, s'émeut, s'illumine, entre en joie ou en peine, fait poème et répons dans un écho baudelairien. Travail de rencontre et d'écriture de Valerie  Mégardon avec des créations artistiques (lors de visites d'expositions, ou d'ateliers, ou d'une navigation). Écriture de compréhension et d'admiration à la fois. Poème qui élucide et en même temps vénère, ce lieu, ce corps, ce miroir, cette pâte, ce message... que le tableau ou la sculpture pose (nt) devant notre regard. Valérie Mégardon s'approprie d'oeuvre de l'autre en la métamorphosant en miroir et divan sinon boule de cristal d'elle-même. Valérie Megardon dans le n° 2 de sa revue trimestrielle "Poetic Art" (janvier-février-mars 2018) a rassemblé et écrit sur neuf artistes représentés chacun par une reproduction d'oeuvre pleine-page et trois plus petits formats. L'ensemble offre une variété de matières et de factures, qui situe la poète critique au-delà d'un quelconque parti-pris de style ou d'époque. La clef de son intérêt est la résonance que l'oeuvre dans sa globalité ou en une de ses parties trouve dans sa sensibilité, sa mémoire...Des poèmes correspondances, très personnalisés, humanistes, affinitaires et lucides, où la conscience de la clepsydre vient taquiner le mot de l'Ecclésiale, "il y a un temps pour tout".

Gilles Grimoin (dont l'Atelier se trouve à Collioure),  Aurélie Lafourcade (qui vient d'exposer à Art Prestige à Perpignann, Steve Drevet, Claude Urban (céramiste à Castelnou, Paul Girard (remarqué dans une exposition à Palau-del-Vidre fin 2017), Mickael Waselynck (dont lAtelier se trouve à Torreilles), Catalina Valencia.R, Eric Turlot,  Alain Vilacèque (dont l'Atelier se trouve à Collioure).

Valérie Mégardon pour ce deuxième numéro de "Poetic Art" a eu la très bonne idée de confier deux pages à Hubert Bouziges, un poète dont les apparitions et les mots sont rares. Cofondateur du mouvement "Les hommes sans épaules", auteur de plusieurs recuils dont "La Bure et la Dérive", "Haute caresse", "Mille griffes une main", initiateur-animateur du (disparu) cénacle "L'Attitude poétique",  Hubert Bouziges donne à de trop rares occasions des conférences sur la poésie. Invité de "Poetic Art",  il y publie une "Approche de  Georgio de  Chirico" autour de son tableau  "Mystère et mélancolie d'une rue". A lire ne serait-ce que pour comprendre que l'art du spéléologue et celui du scaphandrier sont utiles à toute investigation sur les terres du fantastique.

xxx