Il est des peintres qui montrent...souvent et d'autres qui sont beaucoup plus chiches en exhibitions, soit par choix, soit par la difficulté de montrer. D'où des artistes en pleine lumière, d'autres qui restent encore dans le clair-obscur et d'autres en attente d'un rayon de clarté. Toutefois tous contribuent à composer le paysage global d'un art vivant en Roussillon (que son identité s'exprime en pyrénées-orientales (ou orientables comme le corrigeait Norbert Narach, en Catalogne/Catalunya nord, comme rebaptisa Llorenç Planes, ou en Occitanie dans une dernière appellation inclusive, déclenchant des déclarations de pays-ci et de pays-ça... A chacun.e son cadre. L'essentiel est qu'il/elle  s'y accomode, s'y trouve le mieux possible. Peindre en Occitanie? En pays catalan? En Roussillon? Dans les Pyrénées-Orientales est-ce que cela pervertit l'orignalité d'une vision, la justesse d'un trait, la précision d'une touche, le charme d'un sous-bois, l'interrogation d'un éperon rocheux? Il en est (des artistes) qui revendiquent des racines, et d'autres qui s'enracinent. Ou, à l'opposé, masquent ou oublient ces mêmes racines. Au bord des Corbières. Comme au pied du Canigou. Du côté du Vallespir comm en Salanque. le. Il semble que pour le peintre Michel Puntunet, qui trouve à Thuir l'occasion et le lieu de montrer qu'il existe, les choses s'énoncent de manière bien explicite dans le titre de son exposition: Vinyes verdes vora el mar.  Avec une double affirmation. D'abord géo-naturaliste: des vignes au bord de la mer, ensuite culturelle: le choix de la langue catalane pour un titre: sans sarment agressif, sans raisins verts. Y transparaît un attachement sentimental à un terroir, sans doute, et un hommage à la création artistique. Précisémment au grand écrivain sud-catalan Josep-Maria de Sagarra (1897-1961), auteur du poème Vinyes verdes vora el mar, mis en musique, chanté, grâce  et... mondialisé par Lluís LLach, l'icône transpyrénéenne catalane. Vinyes verdes vora el mar...c'est un capital émotionnel. Et Puntunet s'adresse aux yeux du coeur plus qu'aux yeux de l'esprit par son travail sur les paysages  d'abord observés puis rêvés dans un voyage à bord d'un véhicule couleurs. Mais aussi des natures mortes, des portraits... Grâce à l'association des  Cimaises Ephémères animée par le bienveillant Jean-Georges Mas, on pourra voir et apprécier son travail sur celles du Musée des Arts et Traditions, place de la République à Thuir.  Vernissage samedi 29 septembre à 18 h 30. Ouverte au public du 30 septembre au 7 octobre. Entrée libre tous les jours de 15 h à 18 h.

xxx