vendredi 30 novembre 2018

"Moments de meditació"

"O, me fan riure amb llurs idees d'il.luminats...Mes de qui nos parles, Guiguita, hi ha pas ningú al nostre entorn". "Coneixi pas força gent a qui encanta de se veure dins del seu tort." "Qui representarà millor els interessos de la terra, el cargol que li llisa per dessus o el talp el seu veí subterràni?" "El culte de la llebre, ja ho sé, té deixa pas tranquil i el drama és que arrives pas a trencar-lo." "Estrany, lo que me diues encara que el to amb què m'ho diues m'evoca qualcú." "Home, podes pas sere sempre al bord de la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 novembre 2018

Mo. Frémont et Ch. Dalant à "La Bouite à Fabrique"

Si ce vendredi 30 novembre bien que désireux d'art vous ne puissiez (essence! essence! taxe! taxe!)  vous rendre à Céret pour soutenir l'exposition "Aíaía" du photographe Marc Gourmelon chez Odile Oms ni à Torreilles pour applaudir "Bestiaire" du Pont des Arts (au Cube-Office du tourisme), il vous reste la  possibilité d'un vernissage à Perpignan même. Où çà? A  "La Boîte à Fabrique" (il faudra nous habituer à cette appellation, au 19 de la rue Mailly, rue très passante). Comme disait l'autre  "c'est juste la porte... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 26 novembre 2018

"Poc i malament"

  Qui sou per ensenyar-me on passa les nits el pare sol, qui sou, incapaços, dropos, maníacs de la son.Allí on no hi ha temporals de renecs, no es pot tampoc assaborir un diàleg hipocorístic.Sol poca cosa fas i amb més gent -declara el pessimista- fas poc i malament.Tomàs d'Allí em va dir, traguen dels llavis el cigarret que s'estava fumant, el que em dius, m'ho crec.Quantes fòbies són plantó d'odi? A parer meu o segons els resultats de l'enquesta oficial?Tot no és pas negatiu, mes la resta és ben lleugera, i no és pas pols... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 25 novembre 2018

Marc Gourmelon chez Odile Oms

A Céret, la galerie Odile Oms...ne ferme pas sa porte aux "héritiers Nadar".  La photographie y trouve sa place et son heure.  La galerie ne nous a pas attendu pour en faire la promotion et montrer des artistes d'intérêt. Tel Marc Gourmelon.  Photographe issu de l' Ecole supérieure de la photographie à Arles-sur-Rhône. C'est à la fois un plasticien et chercheur. Les questions de l'espace, de la lumière, de l'objet, du regard ne sont pas épuisées, Félix Tournachon ne pouvait penser à tout!  L'image n'est ni le fruit... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 novembre 2018

Le Castillet à Perpignan a 650 ans, ET ALORS?

Perpignan fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a. Elle n'a pas d'antiquité(s), mais elle a un pied dans le moyen-âge et l'une des preuves de cet ancrage est son (nôtre, vôtre) CASTILLET/ CASTELLET. Alors, pourquoi sous une forme ou l'autre -c'est l'intention qui compte- ne pas le célébrer. Un anniversaire en est toujours une opportune occasion. Surtout qu'à 650 ans (âge attribué à sa première érection), l'âge est déjà des plus vénérables même si c'est du vénérable lilliputien comparé aux cheveux blancs de Mathusalem et à ceux (on... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 23 novembre 2018

Le "BESTIAIRE" de "PONT DES ARTS"

En matière d'arts plastiques, la ville de Torreilles a quelques encablures des cités phares de Collioure et de Céret, n'est ni à la traîne ni à la ramasse et vit d'une façon indépendant et joue sur une partition collective depuis des décades. Partition collective et thématique. Ici la thématique n'est pas contraignante, elle est fédérative. Ici le collectif ce n'est pas tous "au pas camarade, au pas", mais "à chacun sa danse": selon ton désir, ton génie ou ta grâce. Ni star ni tabou. Le plaisir à faire, le plaisir à co-exposer. Toute... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 novembre 2018

"Sense immersió"

Un fogot de coses mal endreçades Es pas per dire mes en fa un poc massa. Veues aquell despenja-figues és ell, si el cunyat de la Tété. Planxa-me la camisa de menjar fideus  que m'esperen sus la plassa pel discurs. Com podii sapiguer lo que tenia al calestró. Ja me'n malfiavi que trigaria, haurà, com a cada cop, trobat la masteguera inseparable. Dos tronxos de col (dos vilaretsde primera) s'enjiponaren per no sé què i s'estrijolaren a sang. Si vols anar lluny, marxis pas el cap massa enlaire que t'estropassaràs al primer... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 22 novembre 2018

"Frases manllevades i traduides"

Frases adaptades al català, tretes de l'epistolari en gran part inèdit del militar i compositor François de Fossa (Perpinyà 1775-Paris 1849) 1-"Es troba xiprers allí on es comptava només collir llorers."2-"No hi ha res millor per perfeccionar-se en una llengua que lligar una amoreta amb les que la parlen."3-"No parlava mai per a ell-mateix, com hagués pogut parlar pels altres?"4-"L'experiència condemna la meva opinió a posar-se a l'antípoda d'antany."5-"No sabria doblegar el meu esperit a la adulació."6-"Em faré aprenent a sabater... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 novembre 2018

François de Fossa et les Conseillers de P.

François de Fossa, le gentil compositeur de guitare pré-romantique pouvait à l'occasion monter dans les tours et pratiquer -d'excellence- le registre furax. Sa correspondance en contient de nombreuses scènes à des moments très distants et différents de sa vie.  Nous disons bien sa correspondance, puisque ayant vécu entre 1775 nous 1849 nous ne pouvons témoigner de l'avoir supris en concert de notes peu amènes dont on va, ci-dessous, vous régaler ou vous outrer. Mais insistons y bien, l'échantillon de colère fossaéenne que nous... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 novembre 2018

Ce que le pélican m'apporte

C'est quand le souvenir se fane qu'il faut fleurir la tombe. Je suis un héros de l'histoire mais je ne la ramène pas trop pour ne pas irriter ceux qui auraient voulu l'être mais, les pauvres, n'ont pas eu les bons coaches pour leur reconnaissance.   Pour te distraire aujourd'hui , dote-toi de bonnes cartouchières bourrées de tweets. "Cette voix magnifique qui a avalé des orages" nous dit le journaliste Henry-Jean Servat en évoquant Edith Piaf. Indifférent aux altitudes sommitales comme aux profondeurs abyssales, rester... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]