Rayons de poésie-Post réveillon

 

(chapardés dans une remarquable "Anthologie bilingue de la poésie lyrique française des XVII° et XVII° siècles" due à Jean Dufournet (Gallimard 1989)

"Mout aim mes ieuz qui me firent choisir;

Lors que la vi, li laissai lonc estage,

Ne ja nul jour ne l'en quier departir"

 

Extrait de"La douce voiz du louseignol sauvage"

de Guy, châtelain de Coucy

xxx

"Pastorele, en moie foii,

Pour çou que bele te voi,

Cointe dame noble et fière,

Se tu vels, ferai de toi.

Laisse l'amour garçoniere,

Si te tien del tout a moi."

          Aé!

Septième strophe tirée de "Par desous

l'ombre d'un bois" de

Huon de Saint Quentin.xxx

xxx

Hidousement vait li mons empirant

Et chascun jor se torne plux a mal,

Ke tuit sont mort li boen prince roiaul,

C'on ne voit maix nul riche home vaillant"

Quatre vers d'ouverture du poème "Hidousement

vait li mons empirant"

de Colin Muset

xxx

        IX

Li chiés d'une trelle

Par nuit se resvelle

Pour pestrir pastés,

Et une corneille

Prist une corbelle;

Ce fut foletés,

Car dix-neuf vaissiaux d'és

Coururent a la mervelle;

ja i eüst cox donnés

Quant une chaloreille

D'un baston les a sevrés

         X

Une viés kemise

Eut s'entente mise

A savoir plaidier,

Et une cerise

S'est devant li mise

Pour li laidengier;

Ne fust une viés cuillier

Qui s'alaine avoir repise

S'i aportoit un vivier,

Toute l'iauwe de Tamise

Fust entrée en un panier.

Deux fatrasies de

Philippe de Beaumanoir.

Xxx

Medixant fel et failli,

Malle paissïon

Vos puist ardoir, ke traït

M'aveis sens raixon!

Por ceu dist en sa chanson,

A definement,

Jaikes de Cambrai: "Comment

Puis dureir c'adés ne cri:

Ma dame et Amors merci?"

 Dernière strophe de "Or m'est

bel dou tens d'avri"

de Jacques de Cambrai

xxx