mercredi 30 janvier 2019

"Belleu és millor així"

El Sr. K. Ram dirigia una carrera de saviesa i mal pagava els seus quadres i obrers.Tres gotes d'una pluja gèlida toparan sobre el vidre confús de la finestra del seu despatx i no es dignà saber que li demanaven.Polítiques? No: samfaines amargues!Un nervi de bou a la mà, l'Anton guaitava el primer gest de l'Enric qui, tres passos al davant, acomodava el seu puny americà. Eren les cinc de la tarda, en punt.Sí, que en val la pena d'interrogar-se a propòsit del fonament del fons personal d'injúries i renecs que és el nostre a fi de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 janvier 2019

7(VII) Les deux F., Francisco & François et une guitare

Notes (à suivre)Là la rencontre entre François et Francisco est une certitude pas une supputation. Sous la plume de François, le familier roussillonnais benabent a été abandonné au profit de Benavent - bien qu' à Madrid, converti en "botifler"° , le marquis est "de Benavnte".. Aucune doute, les familles de Riquer et de Fossa se connaissent. Francisco Borja et Thérèse Fossa, devenue Mme Campagne- lançons un jeton sur le tapis de la fiction- ont même dansé ensemble chez le comte et la comtesse de Ros...Vieille connaissance...alors rien... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 26 janvier 2019

"entre nous"

Il n'était pas de ceux qui croient. Lui s'attachait, avec une pointe de tendresses dans les paroles, à ne pas désespérer. Écossez les mots pour les ensemencer au mieux. C'est avec un arc-en-ciel que l'on fait les plus beaux cerfs-volants. Il parlait comme un professeur au Collège de France, mais ne goûtait que la compagnie de va-nu-pieds et de sans-raison, les égarés. Au printemps, chaque fois que le vent épouse les feuilles du saule, la peau du ruisseau, qui coule à ses pieds, frissonne. Je ne suis guère performant, je viens de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 janvier 2019

6 (VI) Les deux F., Francisco & François et une guitare

Notes (à suivre) Mais ne pressons pas, jusqu'à nous essouffler notre marche...Faisons même marche arrière pour voir ce que nous n'avions pas vu. Posons-nous la question. Lors de son  premier séjour madrilène, donc d'avant sa période mexicaine, Fossa avait--il pu participer à des soirées musicales, en particulier chez... le marquis de Benavent. Giovanni Grano°: "Por lo tanto, durante la década de 1787 a 1797, el compositor tuvo un sueldo tanto por parte de la casa real como por parte del Rey de Prusia. En este período... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2019

5 (V) Les deux F., Francisco & François.

NOTES (à suivre) La relation Boccherini/ Marquis de Benavent s'est construite tandis que Fossa mué en Fosa quitte Madrid pour se rendre à Cadiz, via l'outre-mer. Il arrive  le 18 mai 1796 dans le port andalou, ou bloqué par les Anglais- il n'y embarquera que  le 10 avril 1798. Il voyage sur le "Monarca" parvenant à Veracruz le 19 mai 1798. Il ne reviendra du "Mexique" qu'en 1803. Le Ier octobre, il est à Véracruz. "Le bâtiment sur lequel je m'embarque s'apelle la Corbeta San Pablo". °Dans une lettre du 17/19... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2019

"feuille de pacotille"

Adrien, de la maison de retraite des vieux tribuns (M.R.D.T.), répondant à l'une de mes enquêtes m'a adressé le sms suivant: "J'ai fini par me taire. Personne ne me donnait raison. Mes mots leur étaient antipathiques. Certains d'entre-eux n'osaient même sortir de ma gorge. Les mots m'ont épuisé. Mes lèvres sont devenues sèches... Qu'auriez-vous fait à ma place? J'ai claqué mon bec, plié mes notes et descendu, en vaincu, les douze marches qui séparaient l'estrade de mes vérités du parterre du libre-arbitre". Ce sms m'a paru plein de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 21 janvier 2019

"al·lèrgic al flux melodiós."

Algú (amics coneguts) podria recordar-me en quina orquestrina tocava el timbal?He recollit de la boca d'un ancià aquestes paraules meravelloses: quan veig passar un jove amb la cara contenta, em sento optimista.Això de l'interès general et preocupa molt a tu, per què a ell tant se li fot i, t'asseguro, no sap mentir.Està nevant. La igualtat neix. L'odi no s'apaga fent-li manyagues. Qui s'ho creu acabarà dins una caldera. Si, en una assemblea, et sembla que l'atenció de l'audiència es descarta de tu, tomba la vesta ( només ella) per... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2019

IIIIIbis (V bis) Les deux F., Francisco et François et une guitare

La relation Boccherini/ Marquis de Benavent s'est construite tandis que Fossa mué en Fosa quitte Madrid pour se rendre à Cadiz, via l'outre-mer. Il arrive  le 18 mai 1796 dans le port andalou, ou bloqué par les Anglais- il n'y embarquera que  le 10 avril 1798. Il voyage sur le "Monarca" parvenant à Veracruz le 19 mai 1798. Il ne repartira de la 3Nouvelle Espane" que le 20 avril 1803. Le 17 décembre 1803 "j'ai eu le bonheur de mouiller dans cette rade ce matin à huit heures", écrit-il à sa soeur de la "Baie de Cadix" le 17... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2019

4 (IV) Les deux F., Francisco & François et une guitare.

Notes Fossa fera plusieurs séjours à Madrid, durant sa longue période espagnole, entre 1793 et 1813, à savoir une vingtaine d'années. Pas moins de cinq -révèle la lecture complète de sa correspondance,  d'une durée plus ou moins longue, mais jamais un séjour d'agrément. Voyons ce qu'il en fut de son premier séjour. Après avoir quitté Barcelone et avant de se rendre à Cadix pour y embarquer vers la Nouvelle Espagne. Madrid 28 octobre 1796 "je suis arrivé hier dans cette ville"..."je t'écris de chez mon cousin qui m'a reçu le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 19 janvier 2019

"si que pena al trobar"

Me'n diras lo que vudras mes, per ré al mun, en salliré una lletra. Jo deixi pas ni un euro a n'un ric, sé ben bé que mai me'l tornarà,  me dirà que le troba pas més, que se recorda pas que en va fer, etc.... I cum se fa que vegis pas el demà a la mateixa finestra que jo? Certins demucrates frenetiques te demanes d'un venen, i qui els va parir? Semblen germans bessuns de lus d'en façe. Viure en comunitat perqué pas, a cundició que amb els culzes me freteu pas les costelles. Cum els hereus s'ho mengen tut,  feu de per... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]