Le "Printemps des Poètes" poursuit son cours à Ille-sur-Tet. Ils sont quatre au programme de Mardi 19 mars : Lætitia Costa, Evelyne Mauréso, Denis Rambour Joan-Pere Sunyer qui liront leurs poèmes. Une rencontre qui sera marquée également par le vernissage de l’exposition de Laetitia Costa et André Robèr -lequel (soit dit en passant) est le deus ex machina de cette "Illa dels Poetes 2019").

Avant de les voir et entendre demain à El Taller(13) Treize 18 h 30  faisons une rapide connaissance avec



Lætitia Costa. Comédienne intervenante, médiatrice culturelle, et animatrice d’ateliers philo pour enfants. Par ailleurs, depuis qu’elle sait tenir un stylo, elle scripte des lignes, elle lettre des phrases, elle enchaîne les mots. La plupart du temps, c’est illisible. Elle nomme cela des «scriptures», et apprend en 2018 qu’on peut nommer cela «poésie visuelle». Parfois, elle fait un effort de lisibilité et cela prend forme de poésie...



Evelyne Maureso. A choisi l’écriture poétique car c’est la forme qui lui permet le plus de liberté sans pour autant sacrifier à la pensée philosophique et réflexive, bien au contraire ! Elle aime aborder la démarche plastique scénique ou picturale au travers de sa pratique délibérément ouverte à l’autre pour qu’il se l’approprie. Le désir est moteur.
Elle vient de publier et si l’autre était toi aux éditions Paraules, à l’occasion de ce printemps des poètes 2019.

 

Denis Rambour. Né en 1952 dans la campagne gersoise. De son enfance rurale, il garde une nécessité de marches solitaires dans les forêts gasconnes et celles, voisines, des Landes. Déjà, mots et éléments naturels s’entrechoquent et se font écho. Il est psychiatre hospitalier dans les Pyrénées-Orientales. Dans son exercice, la pratique clinique s’appuie parfois sur la littérature, à la recherche de «l’instant soignant» moment possible de dénouement de l’impasse psychique de la souffrance.

 

Joan-Pere Sunyer. à Claira (à la gare de Claira) le 26 aout 1943. Instituteur, il accomplit la plus grande partie de sa carrière dans le Val d’Oise. Depuis son retour au pays en 1989, il a enseigné à l’école Jean Clerc de Prades où il s’est installé. Il a eu la satisfaction, pour couronner sa carrière, d’y effectuer sa dernière année dans la filière bilingue (catalan-français à parité horaire) de l’Enseignement Public.
Il écrit en catalan depuis 1965, sans avoir jamais rien édité jusqu’à la sortie du recueil « AUCA DE L’ARBRE » (autoédité).

xxx

Lætitia Costa - André Robèr. Regards croisés - Poésies visuelles En préfiguration de la 4ème biennale internationale de poésie visuelle d’Ille sur Tet. Exposition jusqu'au 29 mars. El Taller (Treize) 13 rue Sainte-Croix.