018

C'est, dirais-je, une sorte de fuite des discours, mais en ménageant quelques poses réthoriques.

Sur ses lèvres, toujours un baiser prêt à l'envol.

Avec ta patinette bien que flambant neuve, tu penses pouvoir tenir la course jusqu'au podium?

Tu n'as jamais été invité à festiner l'Elysée, à Versailles ni au fort de Bregançon mais, depuis une semaine, tu dînes chaque jour avec  Lafontaine, Molière et Racine. Pas de quoi par conséquent te montrer attristé de l'indifférence présidentielle.

Moi, ma chambre d'hôtel est cette palombière, me dit au pied d'un chêne majestueux, le fils du garde-forestier qui voulait me faire découvrir une forme de tourisme vert proposé par sa région. Naturellement, je grimpai dans la palombière avec les précautions que dicte l'appréhension de la montée...

Pour la satisfaction des adeptes des bains de minuit, les fonds marins de notre siècle proposent des créatures bien peu appétissantes.

Je sais bien que les amateurs de homards et de caviar n'y prêteront pas l'oreille, mais où trouver du bon pain dans cette ville où de moins en moins de boulangers demeurent maîtres de la qualité de leurs fournées?

La double révolution du camping et du camping-car m'a échappé. J'ajouterais sans chercher à vous surprendre ou ébahir...et tant d'autres que nous pourrons évoquer si vous en avez le désir entre la pomme et le fromage.

Dans nos contrées, nous écrit un correspondant de Perpignan Sud, la musique coule à flots et s'habille de tous les sons, mais on ne peut dire la même chose d'un théâtre réduit à ses expressions de scène les plus pauvrettes. Nous lui avons répondu qu'il n'est pas dans notre pouvoir de changer le visage ludique de l'été.

Si l'on m'avait dit que je devais rentrer après les vacances,je ne serais pas venu. A présent, mon minet, cruch cruch, c'est trop tard!

Qui dit sable dit promesses de verre. Et le verre, c'est bien connu, assomme moins la vue que le béton.

Veiller à ce que l'on ne mette jamais votre langue aux arrêts et revendiquer le droit de poster à hue et à dia, avec ou sans postillon, ce que bon vous semble -T'inquiète tribun!.

Il faut bien le reconnaître, il est des séries qui nous menottent devant un écran. Pris au piège. Comme les canards et les oies le sont à celui du gavacge.

Les accords de l'ennui et du vin sont connus. Qu'il soit ou non artiste, qui n'y aura pas goûté une fois au moins jusqu'à se brûler la gorge.

Ma mémoire se fait économe.

xxx