jeudi 6 septembre 2018

Du commerce, du vent et du vain

Fuis...Laisse le dormeur au staccato de ses ronflements! Il la rejoignit dans la plus profonde caverne de sa montagne. Elle retira son voile blanc et me dit tout. "Je t'ai tout dit"- ponctua-t-elle. Un homme tout à coup se détacha de ma foule. Il était beau de visage et semblait étranger. Tout à coup, il se mit à danser, à tourner, tourner, tourner, une main retournée vers le ciel, une main retournée vers la terre. C'est un derviche lança une voisine au teint pâle mais au regard captivé!. La vie passe et ne ramasse pas ceux qui... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 4 septembre 2018

Disparition professeur Serge Kamké (1921-2018)

KAMKÉ Serge Un amour de l'art et du métier (peindre et enseigner)   Né à Toulouse le 20 novembre 1921, après avoir fait ses études secondaires au Lycée français de Barcelone, il regagna la France avec sa famille au moment de la guerre civile espagnole, et se fixa à Perpignan. L'un de ses amis de l'époque était le chanteur danois Georges Ulmer. Kamké va dès lors s'inscrire dans le paysage artistique roussillonnais comme homme de l'art, dans la recherche et l'application. Il fut l'une des colonnes pédagogiques de l'école d'Art... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 4 septembre 2018

"La casa del Avi"

Ni un rètol de botigani un nom de casaen què guiar-meQue feia, jo,aquell matí,anant pels carrersd'aquell poble,desert?Ni un animalque correNi un cotxeque pita,ni una personaa qui preguntarsi la coneixia,la casa de l'Avi.Igual un heroide pel·lículafantàsticaprogressavacarrer granamunt,les últimes floretesd'esperança.als ulls.Cap rètolni anticni pintat de nouCap nomque em fos coneguto desconegut.Només mursi portesque tanquen.Ni esglésiaNi placeta,tampoc,amb el seu arbre,la seva font,els seus quatre velletsenvoltatsd'un bàndol depardals... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 3 septembre 2018

"Dos poemes pobrets"

1 Ens van dirVeniu!No hi vamAnar.Ens van dirMireu.No vam mirar.Com podíemMirarVist que no Hi vàremAnar.Ens van dirParleu!No ho vamSentir.Canti el queVulguiAquell gamarúsDe la televisió, No ho vam Sentir. Van insistirVeniu.Mireu.Parleu.No senyor, Aixòés una mentida.Nosaltres,llunydel rotllo,a casa arraulits,ulls clucsi bocasilenciada,Escoltantun opus (entranyable)de BachNo...no...De Bach, No...De Mendelssohn,Això és. xxx 2 Un místic,aquell que titllende místic de broma baixaes dirigeix cap a miamb una galleda a la mà i... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 3 septembre 2018

Demain à Perpignan démarre SIROCCO

Avec SIROCCO la culture n'est pas du... vent. C'est le titre d'un festival parmi les plus originaux que la ville de Perpignan accueille durant l'année. Il est dédié aux Musiques du Monde et Cultures Nomades, des expressions trop souvent rabâchées mais qui ici ont tout leur sens  d'ouverture, de beauté, d'humanité. Créé, il y a déjà quelque temps par le Théâtre de la Complicité, et se déroulant d'abord au coeur du quartier Saint Matthieu et de la ville de Perpignan, il a quitté ensuite son espace d'origine trouvant hospitalité... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 septembre 2018

Obéir

"Obéir à soi n'étant pas facile, je m'abandonne à la délectation nouvelle d'obéir aux autres. Non, cet abandon n'est pas une lâche démission, mais un accommodement sensuel." xxx Jamais il n'avait tant échoué comme aujourd'hui à graver ses adages sur la voûte céleste. Ni les anges ni les bêtes, décidémment, n'en veulent. Sans doute, préfèrent-ils roucouler avec les leurs. xxx Tout à coup il s'est mis à hurler, comme si on lui avait enlevé ses derniers chevaux...quoi, QUOI, quoi, QUOI, votre Canigou...il n'a même pas eu la force de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 1 septembre 2018

Jordi Pere Cerdà et l'Université

L'écrivain Jordi Pere Cerdà (1920-2011), dont la troupe de l'Agora a repris au début de l'été "Quatre dones i el sol", son chef d'oeuvre théâtral, dans sa version originale et dont le trio Pere Figueres a empli de ses "Ocells per a Cristofor" le prieuré de Serrabona revient dans l'actualité. D'abord par une soutenance thèse en vue de l'obtention par M. Josep Samuel MARQUES MESEGUER d'un doctorat spécialité (Études catalanes et transfrontalières) dont le titre est en catalan: "Espai i identitat en l’obra de Jordi Pere Cerdà. Una... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 1 septembre 2018

Diades François de Fossa: Disette de public

Mme Nicole Rieu, archiviste, chercheuse et conteuse de talent a ravi son assistance à Sant Vicens, une assistance où la gent féminine dominée, très attentive, captivée par la singulière vie amoureuse de François de Fossa qu'elle leur a déroulée durant une heure et demie. Un brillant concert suivit où l'on apprécia deux jeunes interprètes qui n'ont pas hésité à confronter, sous le signe de l'amitié et de sonorités d'époque, des partitions du compositeur né Perpignan à celle du maître né à Barcelone, Ferdinand Sor (Ferran... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 30 août 2018

Ce 31 janvier, allons aux Urnes à Perpignan

La "Casa de la Catalanitat"1 présente à partir de ce vendredi 31 août jusqu'au 25 septembre 2018, l'exposition "55 Urnes par la Llibertat", une exposition d'artistes contemporains, rassemblée par Fina Duran et Etienne Sabench et comptant des artistes catalans et non catalans. 55 artistes qui ont travaillé l'objet-thème symbolique de l'expression démocratique de la liberté. (Un support, une forme, un signe, un geste...) Chacun.e se l'appropriant à sa manière. Le résultat est une offre séduisante et convaincante de propositions. L'un y... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 29 août 2018

"Et ça marchait"

Combien de cailloux philosophaux se sont effrités entre les doigts de bébés-alchimistes? Je lui dirai ceci, et puis je lui dira cela et je lui dirai le reste...Non!..Pas le reste, pas le reste, le supplia une voix exhumée d'un silence de vingt ans. Une pensée qui n'égratigne pas le convenu, a-dit- je ne sais plus qui ni où-est une pensée digne de la déchetterie. Griffoner sur une page blanche mais avec la grâce du cygne qui danse sur le petit lac de ma mémoire. Si les fantômes donnaient des cours, j'y courrais tout de suite... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]