dimanche 28 septembre 2014

Livre, roman, écriture

Il n'est pas un jour où on ne le tarabuste avec une question, ou une autre. Un jour c'est l'agriculture, la veille c'était le truc de schiste, ou le machin des finances. Et aujourd'hui, qu'est-ce qu'il lui veut? "Et, toi? Oui toi, le blondinet joufflu qui tapote ton smartphone ou quelque chose qui lui ressemble c'est quoi... un livre?...c'est quoi un roman? c'est quoi l'écriture?" Il va me prendre la tête. Au ton où il me pose sa question, je sens bien qu'il ne se laissera pas convaincre sans me chicaner, me serrer de près. Marius est... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 septembre 2014

La senyora. 14

No ! El gat no l’havia pas exclosa completament del seu cor. De fet, sols un ventricle ho havia gosat. Esgarrapar, espellar, desfigurar la senyora A. no ! Això no, que quedi ben clar, amics lectors ! No, podia anar… fins a semblant extremitat. La seva ètica (de gat beneficiant-se d'una doble cultura, del bosc i de l’immoble, si's plau!) s’hi oposava. Ara bé, aquest dimecres que (al donar a conèixer -a la societat civil, com a la societat militar o religiosa-la narració que progressa xino xano sota els vostres ulls i que... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 27 septembre 2014

Un Perpignanais danse et offre ALICE aux Chiliens.

On a le souci des artistes qui font étape à Perpignan. On se soucie beaucoup moins de ceux, originaires de Perpignan, qui font les belles soirées de capitales étrangères. Connaissez-vous, par exemple Mathieu Guilhaumon? Savez-vous qu'il est né à Perpignan et que ce danseur et chorégraphe fit ses premiers pas au conservatoire de Perpignan Martine Limeuil, Max mattox) et puis de formations dans des conservatoires étrangers et de stages dans des grandes compagnies, et d'audaces prises en tant que créateur propre, travaillant pour le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 27 septembre 2014

La senyora A. 13

La senyora A.- que mai s'havia pensat participar al joc olímpic de la conquesta d'un tros de llonganissa- veia la seva destresa s'afluixar i els seus tirs fallar. Cada cop que abatia la seva arma, el felí mercès a la seva ingeniositat s'esquiva, es salvava. Quan queia el cop amb la determinació de li prendfre et pèl i de matxucar-li la seva integritat costellera en desviava, d'un petit bot a l'esquerra o d'un gran bot a la dreta, l’impacte. Quin bell guerrer aquest gat! (gat sine nomine, ho torno a precisar, que es deu a qui... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 26 septembre 2014

Je peins, je goûte et... toi.

DESCOSSY, en Languedoc-Roussillon c'est un nom d'artiste dynastique. Peintre, photographe et...peintre. Trois générations. De Camille+, le premier de cordée, le sage inoubliable à Julien, actuellement sur toile. Julien Descossy n'en est plus à son coup d'essai, il a déjà fait parler, honorablement, de son travail sur les cimaises du département et d'ailleurs. A Céret, on l'aime beaucoup du côté de chez Odile Oms, et à Collioure itou. Des territoires qu'il connaît bien, qui "sont siens"' étés et hivers et auxquels, à chaque exposition... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 26 septembre 2014

A 18 h avec Claude Delmas

Une librairie est un lieu que fréquentent des lecteurs. Ils y trouvent des livres et même celui qu'ils ne cherchaient pas. Il y rencontrent aussi, parfois, des écrivains dont on parle beaucoup et d'autres dont on parle trop peu. En particulier en haut-lieu. Nous croyons savoir, car l'information nous en a été donnée (tardivement, regrettons-le), que la Librairie Coste Torcatis+ propose ce vendredi 26 septembre à 18 h -très précises- avec le romancier Claude Delmas dont les éditions du Trabucaire viennent de faire paraître son dernier... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 septembre 2014

La senyora A. 12

La resistència del gat, la senyora A. no l’entenia. Però, quina mosca, Déu meu, havia picat el gat, qui dimoni se'n havia apoderat ? Perquè portar-se tant mal amb ella ? En què, ella, quin dia, o quina nit, l’havia decebut o menyspreuat ? Què no li tenia a la seva hora el plat plé de croquetes, i quan li miolava que les que li havia comprat ni li agradaven, desseguit li en feia tastar d'altres, fins encertar les que li anaven més a gust, i quin plaer sentir el seu craquejar, i veure la seva delectació ? Es coneixien des de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 25 septembre 2014

Tous à L'Hospitalet

Qui ne connaît la belle Aude et le Château L'Hospitalet, tout près de Narbonne? Cet automne,cette soeur de la Méditerranée y sourit à l'art. A l'art contemporain et aux survivances ringardes, obsolètes des outre-tombes d'hier, ou avant hier. Un jeune artiste, en la circonstance commissaire d'exposition, Nicolas Daubanes, est parvenu à réunir un quintette de collègues artistes, régionalement connus ou en passe de le devenir au premier rang. De quoi démontrer que le dit art contemporain n'est pas "monolithique", qu'il n'existe qu'à... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 24 septembre 2014

La senyora A. 11

El gat amb el tros de llonganissa, com si fos empeltat a la seva boca, i li fa com un cua bellugadissa al davant, exhiba totes les proeses del seu  geni bestioler per esquivar -pim!-la patacada a l’orella, -pam!- la garrotada al llom, -pum!- la fretada al ventre, -i repum!- el xoc a les potes postreres. Acorralat (com ja sabeu si la memòria dels episodis de guerre anteriors no us ha fet trampa o traveta) el gat sols disposa  d’un espai d’operació reduït, internat en un camp, la cuina de la senyora A, al tercer pis de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 23 septembre 2014

Ignorances

Qui sont toutes ces gens qui attisent les feux? Sédentaire ou nomade, l'arbalétrier t'a dans sa visée! Avenir, ouvre tes paupières! La clameur comme le brouillard endommagent la clarté de ce qui veut se faire voir ou entendre. Nous vivons un temps qui use et abuse de la violence de l'anaphore. Débiter des phrases, à la queue leu-leu, c'est réhabiliter le métier perdu de poinçonneur de tickets de métro. La peur n'embellit jamais un visage. Elle est arrivée avec toutes ses vertus perdues à cheval sur une rumeur galopante. Des... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]