jeudi 13 octobre 2011

Kanyataps de Figueres

On avait l'habitude le voir sur scène ou de l'entendre sur disque. On l'appréciait, on en redemandait, on pensait qu'il était à l'ouvrage...un prochain spectacle...un prochain disque en gestation. On avait parlé même d'une sorte d'opéra des "Oiseaux". C'était avant l'été. Il aura suffi de deux ou trois mois pour que Pere Figueres, auteur-compositeur-interprète se métamorphose en plasticien et fasse passer sa sensibilité terrienne, et l'habileté de ses mains dans une production de figurines, confectionnées à partir de fines tiges de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 13 octobre 2011

raie

LE NUL DOIT ÊTRE GÉNIAL SOUS PEINE DE NE PAS ÊTRE. LE NUL N'EST IN THÉ RAIE SANG QUE SI ON PEUT DIRE DE LUI QU'IL EST EPOUSTOUFLANT, MAGNIFIQUE, SUPERBE, MERVEILLEUX, UNIQUE, LE NUL UNIQUE, N'EST-CE PAS GÉNIAL? SI, MAN! CIMENT! Si, MENT! Tiré d'un brouillon de postface à "Une histoire des littératures et autres arts qui n'en sont pas" par Pic & Pocket.
Posté par Jaume à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 octobre 2011

sandalette

CE N'EST PAS AVEC SIX BOEUFS QUE TU PEUX FAIRE UNE OMELETTE! OMELETTE RIME AVEC SANDALETTE, EST-CE UNE RAISON POUR LA JETER TOUT DE GO ET MILLAU AUX VERS À PIEDS. QU'IMPORTE LES PIEDS POURVU QUE L'ON AIT LE DIMANCHE DE LA POELLE, ET VA PETIT BATEAU VA SUR LES LOLOS DES ÉTOILES, LÀ-HAUT, LA LA LA LÀ-HAUT, HISSE ET... CE N'EST PAS AVEC TROIS NI TRENTE TROIS PHRASES DEGINGANDÉES QUE TU RÉUSSIRAS, AUJOURD'HUI, TON OPÉRA BOUFFE. TU PENSES QUE JE POUVAIS MIEUX FAIRE AVEC SIX BOEUFS AU LIEU DE SIX OEUFS? VEUX-TU... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 8 octobre 2011

punya popular

Tu, de qui la fama ultraregional diu que, amb termes escollits saps separar el món dels naps del món de les cols, em podríes seguint el nostre diàleg hortolà i, amb idèntic refinament semàntic, allò, que distingeix el món de les tru(m)fes del món de les patates? Contesta'm i després ens fem torrar unes quantes costells de xai. La patata, si vols, és... xxx La demòcracia té tres enemics ben identificats. El primer la burla, el segon la regateja, el tercer la buida de tot contingut o la desnatura. No, en té... quatre d'enemics...... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 8 octobre 2011

chef-d'oeuvre

A chacun son style...pour courir. Moi, vous le savez, c'est la roulade latérale ou la cabriole en avant. Courez donc avec moi, on ne gagne jamais, mais ce qu'on s'amuse...Si, naturellement, le terrain n'est pas trop pierreux. xxx La désolation qu'il venait de lire sur son visage, lui coupa net -on entendit le coup du tranchoir-la parole. Était-il allé trop loin? Trop tard, il saignait au-dehors et au-dedans. xxx Connaissez-vous Joannes Bellinus? Je viens de quitter la limpide beauté d'une de ses vierges -à l'enfant- entre deux... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 6 octobre 2011

algú ningú

Si et plantes al davant d'algú de més petit que tu et ridicultizarà, Si et plantes al darrere d'algú de més gran que tu, et menyspreurà. Si no vols ser el ridícul o el menyspreuat, no't comparis amb ningú, ves en davant i no't paris! xxx
Posté par Jaume à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 5 octobre 2011

Domestica

COMBIEN IL EST REGRETTABLE QUE LE CHIEN NE SACHE PAS AUSSI MIAULER ET QUE LE CHAT NE SACHE PAS AUSSI ABOYER! LE BILINGUISME miau ouah ouah miau ouah miau miau ouah NE PEUT QUE CONTRIBUER A LA PAX DOMESTICA. CHEZ NOUS, EN TOUT CAS, ÇA MARCHE DÉJÀ. AH AH AH AH AH! xxx  
Posté par Jaume à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 5 octobre 2011

Gas oil

LE LIVRE EST  UN JERRICAN DE GAS OIL POUR TOUT CERVEAU. IL L'AÈRE, LE RAFRAÎCHIT, LE RELANCE ET LE FAIT CARBURER. LE TEMPS D'UNE LECTURE. IL PEUT ARRIVER QUE CE LECTEUR, MALADROIT, OU LES NEURONES MAL CONNECTÉS, OU EGARÉ PAR UN MALFAISANT CONSEIL, EXPLOSE EN SE RENDANT COMPTE QUETRUC MUCHE CE N'EST PAS SÉNÈQUE. xxx  
Posté par Jaume à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 4 octobre 2011

Derrick parle de Curd Jürges

D'un acteur à l'autre, le souvenir sautille: "[...]Je m'entendis bien avec Curd Jürgens, c'était un homme loyal quoique, bien sûr, non dépourvu de vanité. Dans l'épisode de Derrick, "Madère", où il jouait l'assassin, je le confondais et devais l'arrêter. Il refusa. Curd Jürgens  l'armoire normande, le superman, emmené par un petit fonctionnaire allemand comme un voleur à l'étalage? Impossible. Il insista pour que l'on modifie le scénario et, contrairement à ce qui s'était passé pour moi, Reinecker et Ringelmann acceptèrent... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 02:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 octobre 2011

La peine de jouir

Sans doute mécontent d'avoir été laissé en abandon trop longtemps, un livre d'assez petit format bien qu'asez copieux sort de son étagère et se jette à terre: il gît ouvert, comme pour un verdict d'automne, à page 221. J'en lis et vous rapporte aussitôt les lignes qui suivent dues à un orfèvre au génie durable et non à quelque barde de saison. "[...] UNE LITTÉRATURE VAUT CE QUE VAUT LE LECTEUR/ TOUT CE QUI DIMINUE CELUI-CI EN TANT QUE SENSIBLE À LA QUALITÉ DU LANGAGE, CAPABLE D'ATTENTION SOUTENUE, SCEPTIQUE À L'ÉGARD DES JUGEMENTS... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]