mardi 25 septembre 2012

Aigua

No totes les urgències poden repussar-se, però unes quantes si. No perdem temps! xxx Desnuda, la seva espatlla, mendicava. Un jove que passava s'aturà i li oferí cinc petonets ben fets. Llavors, la seva espatlla s'encobrí, vergonyosa. xxx Aigua que s'evapora no és pas aigua que corre. xxx
Posté par Jaume à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 25 septembre 2012

Ramon i Llorenç

Si els polítics sabíen, i els poetes podíen. _Et tallo desseguit, Ramon. Què et penses que l'estelar es posaria als teus peus per donar-te a beure i a menjar de franc? _No, Llorenç, era la meva manera d'engegar la conversa amb un xiste per fer-te vispar un xic puix que, aquest dematí, fas inhabitualment posat de revolucionari. _Si els poetes sabíen, i els polítics podíen... xxx La coherència i la incoherència són les dos ribes d'un mateix riu.El que s'ha de saber és a quina riba és troba el pescador i si és atent... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 23 septembre 2012

Michel

C'est parce que les marquis du style veulent être les seuls à jouir du droit de plume que la plèbe s'est soulevée et s'est jetée avec fourches et fourchettes à l'assaut du web pour y vivre ses propres et impropres extases électroniques.Ca déchire grave, tant mieux! Les lettres ne sont-elles pas faites pour être malmenées? Ou alors, il n'y a plus qu'à revenir au temps des premiers grognements ! (Michel) xxx
Posté par Jaume à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 23 septembre 2012

La pie

"Et voici que la pie se pose sur mon balcon... Indifférente à mon petit-déjeuner, elle me tourne le dos, les ailes et la queue muettes. Face à la vitrine, je grignote ma biscotte. Elle agite un peu les reflets colorés de ses ailes, puis demeure quelques secondes, immobile comme une figurine en plâtre. Sans nul souci, de grain, de miette, de goutte. Comme si elle avait déjà avalé son bol d'éther. Je vide ma tasse de café équitable, mais toujours rien, à peine un durcissement de pattes de ma voisine. De là où j'étais, je ne... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 22 septembre 2012

Totalitaris

"El van renyar per ser aquells cinc darrers dies molt cruel dins les tertúlies del think tank dels Totalitaris, a les quals se l'havia tornat a invitar. Les seves paraules tenien un tranxant com mai se li havia conegut. Fèu servir la resposta següent: "No trobo cap gota de català, totes les ampolles són buides, per endulcir-mes els llavis". Brutal? Potser, si! Però amb excuses. Li havien pres tota la façana nord de la llengua. Ningú va fer cas de la seva argumentació i resultà expulsat." Jordi del Rec de la Teresa del Mas... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 22 septembre 2012

Cafard

Je suis en vigilance dans mon jardin. On m'a prévenu qu'un ennemi rôde. Sortant d'un anfractuosité murale mais à même le sol, un cafard, un joli petit cafard me tire par le nez. Vient-il de visiter quelque taupe ou grillon? Ou veut-il m'entraîner? Il est très sûr de lui. J'ai l'impression qu'à ma vue, il s'arrête et me nargue. Mais pourquoi m'abaisserais-je à le vérifier, je ne suis pas entomologiste psychologue. Je garde donc ma faction. Il repart. Il a tout compris de moi. Ma cuirasse est si mince qu'elle laisse... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 21 septembre 2012

Hugo Olympio

J'ai ouvert d'un seul tour de clef ma porte et je suis entré avec une baguette de pain dans la main gauche et un quatrain, empressé, dans la tête.   Toutes les passions s'éloignent avec l'âge, L'une emportant son masque et l'autre son couteau, Comme un essaim chantant d'histrions en voyage Dont le groupe décroît derrière le coteau.    Que me voulait-il? J'ai posé le pain sur la table, et je me suis assis sur une chaise -qui ce matin, ne m'était pas disputée par mon chat. Il me semblait connaître le quatrain,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 20 septembre 2012

aigle

Les observateurs existent parce que nous ne savons pas voir ce qui arrive, se passe ou disparaît. Vous le croyez vraiment, vous, ce que je viens d'écrire? xxx Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Belle rigolade, quand on ne sait pas, comme aujourd'hui, où aller! xxx  Tel esprit est pris qui croyait me pendre. xxx Une belle grappe de raisin appelle la dévotion volupteuse due à toute femme bien nippée. xxx C'est en remontant le sentier de ses pleurs qu'il retrouva l'épine qu' il lui avait plantée au... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 07:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 18 septembre 2012

Vers l'extérieur

Avancer à petits pas expose quelquefois à de gros risques. Courir, tout autant, et ajouterons certains, un peu plus. Alors, dois-je rester sur place, telle une aubergine ou une tomate, dans l'attente que l'on me cueille? xxx Pierre Mondy faillit me rendre sympathique l'empereur Napoléon. xxx J'ignore comment l'accident s'est produit et sa date exacte. Mais, depuis, il se voit comme la doublure (vivante) de Picasso (mort). On me l'aurait raconté je ne l'aurais pas cru, mais voilà, lui-même ne l'a pas nié, bien content de marcher la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 18 septembre 2012

Navets

Tu ne veux pas être éclaboussé? Alors...éloigne-toi de la flaque. xxx C'est en rongeant son poing qu'il s'aperçut de la tendresse de ses phalanges. Il continua à se dévorer, jusqu'au ravissement. xxx Les journaux ne disent pas la vérité. Moi, je vous la dirai bien -ou mal, mais personne ne me lit, ne m'entend, ne me regarde. Tant pis -ou tant mieux, c'est toujours cette satanée alternative, j'abandonne la tribune et ses échos pour sarcler mes navets. xxx Ce n'est pas que sa nuit ait été une mauvaise nuit, mais son... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]