jeudi 10 juillet 2008

JE NE SUIS PAS UN SERF...

Devenu Joséphin et amoureux d'une madrilène, François de Fossa*, émigré né à Perpignan, justifie auprès de sa soeur Thérèse Campagne le  désir qui l'occupe depuis un certain temps de devenir espagnol. Il lui écrit ceci « Je ne suis pas un serf attaché à la glèbe; l'homme est libre de se choisir une patrie; la société peut bien avoir le droit d'assujettir à certaines formalités quant à l'exercice de ses facultés, mais elle n'en a point pour l'en dépouiller ». Et, un peu plus loin: J'ai respecté jusqu'à un certain point... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 9 juillet 2008

VAUBAN DE LA UNESCO

"L'un riu, ha guanyat. L'altre no riu, ha fallat. Del costat del riure, segons la premsa de paper majoritària, un tal Joan, ben relluït, tot i no ser el bonrei Joan. Del costat del no riure, que no és ben bé plor sinó rauxa o llàstima. Així és respectivament la Daniela la Johnny Guitar dels Paisos catalans i molt empipada i l'Enric l'home de seny i de boan fé del Conflent. Ambdós ben coneguts comme a primeres espases de "la defensa del país". De la terra, subratllaríen ells. La UNESCO -entitat cultural supranacional- ho... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 9 juillet 2008

VISE L'ADAGE ?

Cela vient sans doute d'une poubelle de l'histoire renversée, mais l'odeur de l'adage est parvenue jusqu'à nos narines des huit premiers pas du siècle et nos moustaches, au garde-à-vous, ont acquiescé: "Ils se rassemblent sans se connaître, ils vivent ensemble sans s'aimer, ils meurent sans se regretter". Il y aurait du latin, là-dessous, que ça ne me surprendrait pas, mais qui aujourd'hui peut chiquer du latin? Si du côté de quelque Gaffiot vous trouviez une ouverture pour retrouver l'auteur ou le colporteur de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 9 juillet 2008

M. D'OPOUL

"[...] Je n'ai pas vu depuis quelque tems le M. d'Opoul, parce que c'est un homme qui me fait frémir quand il parle de sang à verser pour ce qu'il lui plait d'appeller la bonne cause. Croit-on faire des partisans au Roi, faire aimer la Religion Catholique, par le moyen d'échaffauds dressés au nom de l'autel & du trône. J'aime trop mon souverain pour le servir aussi mal, par malheur ceux qui prétendent l'aimer d'une autre manière sont quelquefois portés à dénoncer la modération & la tolérance entachées de jacobinisme &... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 8 juillet 2008

"LA CLAU" ET "PERPIGNAN TOUTVABIEN"

"Fabrice Thomas, contrairement à ce que répandent certaines langues peu affutées n'est pas un électron libre du journalisme, qui va où l'on l'appelle, non c'est plutôt -et c'est tant mieux de notre point d'observation- un esprit libre. Vraiment! Non pas de ces esprits libres que réunissait Giesbert à coups de tambour sur une chaîne télé -que nous ne mentionnerons pas pour ne pas lui faire un cent-millième milligramme de pub. Esprit libre, au bon sens du terme: qui flamboie et claque comme un drapeau au vent. Esprit libre donc,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 7 juillet 2008

CHOSES DE LA RUE LÀ-BAS

Un personnage d'âge raisonnable qui n'a nullement de mauvais esprit à vendre et à revendre, exprimant par tous ses pores une sensibilité catalane, faisait observer avant-hier à une "leader" de la catalanité que si la langue et la culture étaient bien présentes l'an passé à Frankfurt, à la Foire Internationale du livre, elles l'étaient peu, et pour ainsi dire elles étaient absentes, à Perpignan cette année 2008, excusez-moi, soulignait-il, " a Perpinyà Capital de la Cultura Catalana". La dite "leader" qui... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 6 juillet 2008

L'AMOUR DE SON PAYS

: "Tu es toujours roussillonais de coeur et d'âme, car tu préfères Perpignan à Toulouse; mais prends y garde: l'amour de son pays, qui en son essence n'est qu'un préjugé fondé sur l'amour propre peut devenir une vertu lorsqu'il nous fait faire de grandes choses pour notre Patrie dans le sens le plus étendu de ce mot; tandis qu'il est aussi mesquin qu'il peut se rendre ridicule lorsqu'il se réduit à préférer, à mettre au-dessus de tout, le recoin de terre où le hazarad nous a fait naître. Il y a sans doute de bonnes choses à... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 6 juillet 2008

LA VIE ASSOMANTE DE PARIS

« Tu ne peux pas te faire une idée de la vie assommante que je mène ici. En vérité je ne conçois pas quel plaisir on trouve à fréquenter la société de ce pays-ci. Toujours des formes, toujours des compliments, toujours des révérences, toujours de l'étiquette, enfin toujours de l'ennui. Quelle différence des sociétés du pays que j'ai laissé et où je brûle de retourner! Là on n'est pas obligé de regarder sa montre si quelques minutes de plus ou de moins ne rendraient pas une visite incongrue; on n'est pas obligé de réfléchir en... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 4 juillet 2008

CHRONIQUETTE PERPIGNANAISE

Tant qu'on a le savoir. Vite pose-nous des questions ! _« Faut pas lâcher » est un CD enregistré au Conservatoire de Perpignan par des jeunes de l’Agglomération Tet Mediterranée. Le livret contient un texte de présentation signé par : 1)      Jordi Barre 2)      Cali 3)      Gérard jacquet 4)      Dani 5)      Bruno Medellin 6)      Daniel Tosi Réponse (faites figurer le N° et le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 2 juillet 2008

UNE ASCENSION DU CANIGOU EN 1925

Kurt Tucholsky (1890-1935) est l'un des premiers écrivains allemands dont les nazis brûlèrent les livres. Il publia en 1929 -sous une couverture avec un photomontage de Sasha Stone- "Deutschland, Deutscland uber alles" (qu'il n'est pas utile de traduire). En 1925, Kurt Tucholsky avait fait un voyage dans les Pyrénées dont il tira un livre. La version originale parue à Berlin en 1930. La première traduction française, faite par Jean Bréjoux, ne paraîtra chez Privat que cinquante ans plus tard, en 1983, sous le titre "Un... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]