lundi 28 avril 2008

TROIS BERLINOIS

Il y avait à Berlin, dans l'entre deux guerres, un groupe d'artistes avant-gardistes. Ce groupe se retrouvait autour d'une publication dont le nom était on ne peut plus bref, réduit à une lettre. "G." Parmi les collaborateurs-lecteurs, trois personnages. L'un peintre, Otto Fruendlich. L'autre essayste, Walter Benjamin, le trosième photographe: Sasha Stone.  Des reconnus, de nos jours, pour des Grands. 1933: La fin de la République de Weimar inaugure une histoire tragique, terrible...pour l'Allemagne, l'Europe, le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 avril 2008

CONSERGE A LA "CATALANTOWER"

"Conec un ciutadà que tot ho sap i que la mendre coseta empipa. Fa de conserge a la "CatalanTower". S'exclama que tot s'en va a orris, que tot ho foten per terra i que la mar creba de tot el que perdem, de tot el que ens arrenquen, de tot el que no sabem protegir i resguardar. Crida, s'exalta i -fins i tot- jaupa aquest ciutadà, ver de ver; i quan fa el seu número (perquè pallasso és!) et prèn, t'emociones i l'aplaudiries de bon cor car el seu talent s'ho mereix. Quan te l'escoltes et convenç facílment que res no li... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 avril 2008

L'AUTRE FAÇON DE MARCHER

" Rentré à la maison, la première chose qu’il fit, ce fut regarder ses souliers. Devant son miroir, où il dénouait sa cravate à petits pois, et qui lui renvoyait également l’image de ses souliers, il se parla à lui-même, à voix basse comme s’il ne voulait pas s’entendre ou être entendu, en portant son regard, amélioré par de nouvelles lentilles, des souliers à la tête…  Il s’écria, serrant les poings : « Marre ! J’an ai marre ! Chaque fois que je sors, je me fais marcher sur les pieds. » Le miroir, me sembla-t-il ne... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 24 avril 2008

La jactance nous fait être

Envahis tout! Marque, parle, montre, fait circuler paroles et textes. Fais du bruit! Laisse des traces. Mets-toi à l'abri de ceux qui diront: il n'a jamais rien fait. Le reste, le détritus: papier froissé, ou déchiré, affiche oubliée ou lacérée est la trace de ce que tu as été. La preuve que tu as fait un geste. Mais comme savoir si ce geste n'a pas été fait en vain, dans le vide et dans le désert. La réussite d'un événement ne résiderait-elle que dans son annonce? Envahis tout! Marque, parle, montre, occupe tous les créneaux. Il faut... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 22 avril 2008

PEINTRES GITANS DE PERPIGNAN

L'artiste gitan est vu encore trop souvent comme la note pittoresque d’un quartier. Et le musicien, paradoxalement, plus que le peintre. S’il des générations et des dynasties de musiciens gitans. Guitaristes, de préférence et au chant. Les artistes du chevalet et de la palette sont beaucoup plus rares. Moins recherchés en tout cas. La musique se prêtant davantage à l’assemblée que les arts plastiques. La musique affoule, pas la peinture. N’empêche, même s’ils ne sont pas un sur dix mille, les peintres gitans existent. Perpignan où... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 22 avril 2008

MAMAN, JE NE RALERAI PLUS

N’y aurait-il plus en Catalogne nord de poitrine susceptible de mériter une Croix de Saint-Georges (pardon: Creu de Sant Jordi) ? Par le passé, une sorte de tradition « bienveillante », maternelle et généreuse, s’était imposée et franchissait allègrement avec tambour et trompettes -quand il le fallait- la chaîne pyrénéenne. Cette chaîne s’est-elle hérissée, ou durcie ? Est-ce, au contraire, la tradition qui, s’essoufflant, s’est ramollie ou effilochée? N’a-t-on pas pensé à renouveler le stock des babioles ? Mazette! Rien du tout! ... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 avril 2008

UN XOT SENSE VEU

Catalanista? -No.Què va! Català?-Tampoc.Catalinitzant?- Si, clar! Amor d'un territori?-Si. Parla de la seva llengua?-Si. Estudi de la seva història? -Si! Respecte i defensa d' UNA GENT que respecta i defensa la seva llengua? la seva història? el seu territori? -Si, Si! Si! Si!I perquè, no? Català i catalanista i catalanitzant? -No fotem! -Qu'em dius, ara? (Un Xot sense veu).
Posté par Jaume à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 21 avril 2008

ENCORE MAI 68

"Mai 68: quarante ans après! Autant de livres, autant de pierres tombales. C'est la deuxième sépulture, l'enterrement culturel. Fleurissons! Fleurissons! mes bien chers frères, mais bien chères soeurs! Mai 68 est devenu... un Monument funéraire. Et chacun d'y déposer sa gerbe. Touillons! Touillons! la fleur ou le marbre sépulcral, ça peut rapporter... En minutes radio, en secondes télé, en "scoops" internet, en paraphes librairie, en bruits de toutes sortes. Le passé, ça se cuisine, ça se renifle, ça se becquette. Mais... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 avril 2008

DU DEVOT CHRIST A ROLAND BARTHES

Lu ce qui suit sous la signature de François-Marc Gagnon in "Le silence dans la peinture contemporaine": "[...] Il y a une autre raison poir laquelle le silence n'a pas de prix en art moderne. Il a été la clé qui a ouvert à nos contemporains la porte aux arts primitifs, archaïques ou étrangers, parce que leur contenu plus ou moins obscur à nos cultures ne posait plus d'obstacles à notre appréciation de leur forme. Des échanges stylistiques étaient possibles, d'ailleurs dans les deux sens, non seulement de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 19 avril 2008

L'ARBRE DES FEES ET AUTRE

"[...]Ton carnaval est fini, et je garde une douce souvenance de tes fêtes brillantes, où je me suis tant amusée; mais vienne l'été, et les sons bizarres de la cornemuse, du fifre et du tambourin attireront le soir aux BLANQUERIES autour de l'arbre des fées, pour voir ta danse nationale, si pleine de grâce, quand au cri prolongé, signal de l'élévation des femmes sur le poignet vigoureux des danseurs, on ne voit plus au-dessus des festons de feuillage, que des rieuses figures de Catalanes.[..]"- in Journal du Département... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]