dimanche 26 octobre 2008

PERPIGNAN DROGUE DOUCE...IL Y A UN SIECLE

L'écrivain Claude Salvy* (1900-1986) évoque dans  Clotilde  ou le désamour (Le Publicateur 1983) le Perpignan du début du XXème siècle. On peut y lire à la page 209, les deux observations suivantes qui tendraient à prouver que pour certains l'eau coule bien doucement sous les ponts de la Tet et de la Basse même si le Café de France, le Café de la Paix, et le Café du Palmarium se sont déracinés du souvenir collectif . 1)             «[...]  Perpignan offrait aux hommes de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 25 octobre 2008

L’HIVER A COLLIOURE DU CONDOTTIERE

        L'écrivain et critique André Suarès (1868-1948) et sa femme Betty séjournent à Collioure du mois de  novembre 1929 à fin du mois d' avril 1930. Le couple habite  une maison dans le haut de la rue Belvédère, dans le quartier du Miradou. C’est un ami, l’écrivain belge t’Svertesens (1885-1974), vieil habitué du lieu qui leur a procurée aux. Cette maison donne sur celle du peintre Henri Marre.  Leur séjour colliourencq, dans ce port sur le quel les premiers fauves posèrent leur main dès... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 23 octobre 2008

L'ATTITUDE DU POETE HUBERT BOUZIGES

Hubert Bouziges, juriste, philosophe et poète anima pendant plusieurs années autour de l'an 2000 un cénacle poétique qui portait le nom de l'Attitude. Une façon simple d'annoncer une couleur d'indépendance et un penchant vers le plaisir des lettres. Le point d'attache en était une bonne table comme celle du Chapon fin-Park Hôtel de Perpignan. Le principe de ces agapes poétiques à périodicité variable consistait à dire des textes de création personnelle lorsque l'on taquinait soi-même la muse ou des textes d'auteurs aimés et,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 21 octobre 2008

LES CULTURES SELON APPIAH

Communiquées par Félix DALIQUANTE (Béziers-NordBéziers-Nord) une série de citations empruntées à M. KWAME ANTHONY APPIAH*- "parce qu'elles font du bien". En effet, ce qui vaut pour le monde doit valoir aussi pour notre strapontin géographique, pyrénéo-méditerranéen. "Les cultures sont faites de continuité et de changements, et l'identité d'une société peut survivre à ces changements. Les sociétés qui n'évoluent pas ne sont pas authentiques. Elles sont tout simplement mortes". "Les cultures vivantes ne... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 9 octobre 2008

ELDORADO OUVRE CE SOIR

Lu dans L'Indépendant des Pyrénées-OrientalesPyrénées-Orientales du 15 septembre 1905 à la rubrique Perpignan: "Eldorado: C'est ce soir, vendredi, 15 septembre, qu'a lieu l'ouverture de cet établissement. Au programme, les célèbres Jupiter's, les rois de la voltige, aux barres fixes, les seuls exécutant double pirouette rattrapée en barre et double saut périlleux rattrapé dans les mains; Nita Darbel, la grande divette parisienne, les originaux Frères Villiers, acrobates excentriques en garçons de café, les De Bernis,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 9 octobre 2008

FRITERIE MODERNE

Dans un de nos courriels, une double invitation émanant de la Ville de Perpignan  (66000) sur le thème POUR LA VIE MOINS CHERE: Journée d'Inauguration d'une FRITERIE MODERNE, sous le haut -patronage de M. Le Préfet des Pyrénées-Orientales, de M. Le Maire de la Ville de Perpignan, du Comité Consultatif Économique contre la Vie chère et la Ligue Maritime Française: 1)  CARTE D'INVITATION Une FRITERIE DE POISSON va être ouverte à Perpignan, Rue de la Cloche-d'Or, 25, le 2 Mars 1925 et sera inaugurée officiellement... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 7 octobre 2008

Fossa dîne au Boulou et a la charge du Fort Bellegarde

Dans une lettre  adressée à Monsieur François Campagne, vis à vis la Fontaine de la Pincarde* (à Perpignan) où l'on lit en en-tête Perthus, 21 avril...L'année, qui n'est pas indiquée est sans doute l'année 1823, puisque l'on sait par une autorisation signee de Strasbourg le 21 favrier 1823 par le Colonl de Gournay que "M. de Fossa, Capitaine du 3ème de ligne en semestre à Perpignan, Pyrénées-Orientales. "Je profite du départ de mon hôte pour t'annoncer mon cher filleul, que je suis détaché ici avec deux compagnies.... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 2 octobre 2008

François de Fossa, Lyon et la musique

Depuis Lyon, en date du 16 septembre, il écrit à sa soeur: "Dis à Théresette que je me charge de lui envoyer une bonne guitare lorsque tu m'auras rendu compte des progrès qu'elle aura fait dans la musique vocale et dans cet instrument. Pour commencer une  des miennes  est excellente et se serait une folie de dépenser un sou à un nouvel achat sans savoir si notree jeune élève ne se dégoûtera pas.". Théressette est la fille de sa soeur et correspondante Thérèse; elle est la soeur cadette de François Campagne ,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 octobre 2008

Fossa et les deux sociétés d'Angers.

Bon gré mal gré, François de Fossa aura connu au cours de sa vie des dizaines et des dizaines de ville. Si dans la correspondance que nous connaissons de lui, il ne les a pas, et loin s'en faut, toutes décrites longuement, il lui a suffi parfois de quels traits physiques ou moraux ou sociologiques pour nous en faire l'esquisse d'un portait. Point toujours aimable, puisqu'il semble que le style de plume de François de Fossa soit plus sévèrement rosse que merveilleusement lyrique. François de Fossa a connu Angers, il y a été en mission.... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 octobre 2008

François de Fossa et le catalan

En 1823, François de Fossa retrouvera l'Espagne avec l'armée dite des Cent Mille Fils de Saint-Louis. Le but de cette campagne d'Espagne, dont l'un des hérauts avait été François-RenéFrançois-René de Chataubriand, Ministre de la Guerre, était de rétablir Ferdinand sur le trône de Madrid. Dans le cadre de cette campagne, le capitaine François de Fossa se vit nommer commandant de la place de Molins del Rey, au sud de Barcelone. L'expérience espagnole de l'officier et en particulier sa compréhension du catalan l'aideront dans cette... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]