mercredi 14 mai 2008

FRANÇOIS ET LES ANDALOUSES

[...] Les Andalouses si renommées n'ont fait sur moi qu'une impression faible, elles n'ont point de caractère; la frivolité, l'ignorance, la futilité, la paresse etc sont autant de qualités qui jointes à d'autres plus misérables forment l'ensemble de la plupart des femmes de ce pays-ci, elles n'excellent que dans un art, celui de faire l'amour et il faut avouer qu'il n'y a point dans le monde de femme qui les surpasse dans le talent de tromper un amant ou d'ombrager la tête d'un époux. [...] (François, Puerto de Santa Maria,24 de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 mai 2008

VIDE-GRENIER

"Les temps sont durs et de tout l'on tâche de fairte commerce. "Plumes de paon et flûtes de Pan!", criait l'autre jour un pauvre sur un de ces vide-greniers qui poussent depuis plusieurs années comme champignons , ou escargots après la pluie. "Flûtes de Pan et plumes de paon! ", ne cessait-il d'alerter une improbable clientèle. Les temps sont durs et de tout l'on tâche de faire commerce. Deux ou trois euros, mine de rien, ça tinterait bien dans nos plats. Mais les goussets sont maigres, le client plastronne,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 11 mai 2008

JO NO VULL CONTES

"Certa gent té por d'envoltarse d'una biblioteca. La presència de tanta gentada els intimida i no volen posar-se a l'àtzar d'un mal encontre. Per exemple: detenir-se i lligar-se amb un d'aquells llibrots coberts de silenci,ara per ara ,col.locat allà dalt... al cinquè prestage i que s'el mira amb una ambiguëtat que acabaría per imantar-lo si, tot d'una i amb manifesta brutalitat, conscient d'un terrible perill, no li girès l'esquena, per desembruixar-se. Retirant-se de puntetes, cerimoniosament, però retirant-se definitivament de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 11 mai 2008

Salut François-René

Ah! ce temps bienheureux du XIX ème siècle où l'on pouvait -être tout à la fois "gentilhomme et écrivain, bourboniste par honneur, royaliste par raison et républicain par goût", ainsi que se définissait un certain François-René de Chauteaubriand dans un drôle de bouquin "Mémoires d'Outre-tombe"! Qui, aujourd'hui, oserait se dire "courtisan et écrivain, gaulliste par honneur, mitterrandiste par raison et sarkosyste par goût"?
Posté par Jaume à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 9 mai 2008

DILEMNE

"Choisir entre le parler célinien et le parler claudélien" nous force à nous interroger le grand poète français Michel Deguy. Mais pour quelqu'un qui écrit en italien, oulof, quechuà, catalan ou chinois, le dilemne est-il le même?
Posté par Jaume à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 9 mai 2008

EMILI RASCLAIRE (1832-1899) I

Emili Rasclaire, compositeur d'origine roussillonnaise-oui, ça existe!- qui est né à Can a Velles (l'année même oú le bon Sauvage inventa l'hélice) eut ses heures de gloire dans les eigthies du siècle avant-dernier (par conséquent le XIXème). Il fut le contemporain de Francesc Tàrrega, créateur de l'école catalane de guitare moderne (le moderne existe aussi dans le passé, c'est pourquoi le passé n'est pas aussi ringard que l'on dit). Selon Claude Sahurge et Pierre Doux Gèsu qui l'ont découvert et dont les publications n'ont pas peu... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 9 mai 2008

LA MAUVAISE HERBE

N'étant pas d'ici, j'ai fait l'effort -dix ans ça compte-pour vous comprendre. Je marmonne le catalan (langue qui colore mon accent) plus que je ne le baragouine, mais je sais l'éplucher, le déchiffrer, le dénicher  et je parviens -vous avez d'excellents dictionnaires- à tirer le bon jus de la treille d'un texte. Aussi crois-je avoir saisi, malgré, reconnaisez-le, la labyrinthique et cahotique pensée de Lionel Endavant (assurément quelque hétéronyme de pacotille pour un dégoisilleur à la petite semaine), qu'il y aurait de la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 8 mai 2008

CATALANISTA EMPIPADOR

I bé paios! Se sent pas més ningú que parli català al carrer...i bé, n'hi ha un que ven de nos en sàller una de ben grossa, si de darrere dels fagots: intervenir en català als plés del Consell Municipal, del ban de Perpinyà. Se sent pas més ningú que parli català al carrer, excepte els gitans (mè ells diuen que parlen pas català sino "gitano")...i bé, ni ha un que ven de nos en sàller una de més ben grossa encara i de darrere dels fagots de la república i monarquía reunides i l'ha feta tronar fa poc, ell, al plé de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 5 mai 2008

MARCHE DE DUPES

"[...] La confiance que tu avais au sujet du Prince* étoit un peu déplacée. C'est un homme dont le coeur était naturellement bon avant de monter si haut. les flatteurs l'ont entièrement corrompu, & s'il fait du bien qualquefois ce n'est que par ostentation. Je n'avais jamais compté sur ses promesses, parce que je connaissois d'avance son caractère inconséquent. l'évenement n'a que trop justifié mes craintes. je savois avant que tu me parlasse de la Tudo** que c'était la maîtresse de notre homme. je n'imaginais pas non plus... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 30 avril 2008

DE LA TENDRESSE COMME LARCIN

"[...] Je prévoyais d'avance , ma chère amie, une partie de l'effet que devoit produire dans une imagination aussi vive que la tienne la nouvelle de mon mariage (prétendu).je jugeois ton coeur d'après le mien: je n'avois pas oublié ce que j'avois souffert dans le tems, & ce qu'il m'en avoit couté pour me soumettre aux décrets du destin lorsque ces engagements avec Lacroix m'inspiraient tant d'allarmes; quoique ma délicatesse me fit alors un devoir de t'en déguiser une bonne partie. La qualité de Beau-frère est un degré... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]