vendredi 8 février 2019

Disparition du mosaïste ISAAC MIZRAHI

Isaac Lizrahi, une figure très discrète et pourtant bien active du paysage artistique catalan et régional vient de disparaître à l'âge de 85 ans. L'artiste de la rue des Potiers, le peintre et mosaïste que la galerie Thérèse Roussel fit découvrir au public en 1971 avec des huiles et des gouaches informelles mais riches en couleurs, et à partir de 1981 avec des mosaïques qui contribuèrent à mieux faire connaître cet art à la fois intime et monumental, venu du fond des âges de la Méditerranée. Né au Liban en 1934, Mizrahi, venu en... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 février 2019

SERGE BARBA en conférence à BAGES

De nombreuses communes du département commémorent ou vont commémorer le 80 ème Anniversaire de "La Retirada" (exode et exil des républicains espagnols). La ville de Bages en Roussillon est de celles-là. Offrant au public local et visiteur une riche et bouleversante exposition sur la "Maternité d'Elne" dont l'histoire humanitaire et le nom de son initiatrice exemplaire Elisabeth Eidenbaz, sont aujourd'hui connus, dans le monde entier."Un berceau d'humanité au coeur de l'inhumanité". Exposition bouleversante mais aussi marque de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 5 février 2019

Perpignan, Sardane et CAPITALE

   "Perpinyà Capital de la Sardana".  Il en aurait eu les larmes aux yeux mais le soleil dans les jambes, d'apprendre que sa ville avait enfin été qualifiée capitale de la sardane. Il fut l'un de ceux qui, touchés par la grâce et le feu de cette danse, s'attachèrent à la faire vibrer dans les poitrines des perpignanais et perpignanaises de tous âges. A leur en montrer, les règles, les beautés et les joies. A en faire une raison de loisir, de rassemblement collectif, de fête musicale et chorégraphique. A se rattacher à... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 4 février 2019

Vous verrez, on se rattrapera

Il a un pied vinyater et l'autre puntejaire, et il rêve enfin de voir composées, en cette année où sa ville est capitale européenne du vin et capitale de la sardane, et bien trois sardanes, la sardane des vignes, la sardane des vignerons, la sardane des vins, et toutes trois revesses. Ah! comme j'aurais plaisir à les compter et sautiller avec, bras en ogives fraternelles, yeux légèrement mouillés sur la place de l'Europe et la place de la Sardane... Je rêve, il n'y a aucun doute. Pataqués mémoriel, la tête reposant sur un poing... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 30 janvier 2019

"Belleu és millor així"

El Sr. K. Ram dirigia una carrera de saviesa i mal pagava els seus quadres i obrers.Tres gotes d'una pluja gèlida toparan sobre el vidre confús de la finestra del seu despatx i no es dignà saber que li demanaven.Polítiques? No: samfaines amargues!Un nervi de bou a la mà, l'Anton guaitava el primer gest de l'Enric qui, tres passos al davant, acomodava el seu puny americà. Eren les cinc de la tarda, en punt.Sí, que en val la pena d'interrogar-se a propòsit del fonament del fons personal d'injúries i renecs que és el nostre a fi de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 janvier 2019

7(VII) Les deux F., Francisco & François et une guitare

Notes (à suivre)Là la rencontre entre François et Francisco est une certitude pas une supputation. Sous la plume de François, le familier roussillonnais benabent a été abandonné au profit de Benavent - bien qu' à Madrid, converti en "botifler"° , le marquis est "de Benavnte".. Aucune doute, les familles de Riquer et de Fossa se connaissent. Francisco Borja et Thérèse Fossa, devenue Mme Campagne- lançons un jeton sur le tapis de la fiction- ont même dansé ensemble chez le comte et la comtesse de Ros...Vieille connaissance...alors rien... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 janvier 2019

"entre nous"

Il n'était pas de ceux qui croient. Lui s'attachait, avec une pointe de tendresses dans les paroles, à ne pas désespérer. Écossez les mots pour les ensemencer au mieux. C'est avec un arc-en-ciel que l'on fait les plus beaux cerfs-volants. Il parlait comme un professeur au Collège de France, mais ne goûtait que la compagnie de va-nu-pieds et de sans-raison, les égarés. Au printemps, chaque fois que le vent épouse les feuilles du saule, la peau du ruisseau, qui coule à ses pieds, frissonne. Je ne suis guère performant, je viens de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 janvier 2019

6 (VI) Les deux F., Francisco & François et une guitare

Notes (à suivre) Mais ne pressons pas, jusqu'à nous essouffler notre marche...Faisons même marche arrière pour voir ce que nous n'avions pas vu. Posons-nous la question. Lors de son  premier séjour madrilène, donc d'avant sa période mexicaine, Fossa avait--il pu participer à des soirées musicales, en particulier chez... le marquis de Benavent. Giovanni Grano°: "Por lo tanto, durante la década de 1787 a 1797, el compositor tuvo un sueldo tanto por parte de la casa real como por parte del Rey de Prusia. En este período... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2019

5 (V) Les deux F., Francisco & François.

NOTES (à suivre) La relation Boccherini/ Marquis de Benavent s'est construite tandis que Fossa mué en Fosa quitte Madrid pour se rendre à Cadiz, via l'outre-mer. Il arrive  le 18 mai 1796 dans le port andalou, ou bloqué par les Anglais- il n'y embarquera que  le 10 avril 1798. Il voyage sur le "Monarca" parvenant à Veracruz le 19 mai 1798. Il ne reviendra du "Mexique" qu'en 1803. Le Ier octobre, il est à Véracruz. "Le bâtiment sur lequel je m'embarque s'apelle la Corbeta San Pablo". °Dans une lettre du 17/19... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2019

"feuille de pacotille"

Adrien, de la maison de retraite des vieux tribuns (M.R.D.T.), répondant à l'une de mes enquêtes m'a adressé le sms suivant: "J'ai fini par me taire. Personne ne me donnait raison. Mes mots leur étaient antipathiques. Certains d'entre-eux n'osaient même sortir de ma gorge. Les mots m'ont épuisé. Mes lèvres sont devenues sèches... Qu'auriez-vous fait à ma place? J'ai claqué mon bec, plié mes notes et descendu, en vaincu, les douze marches qui séparaient l'estrade de mes vérités du parterre du libre-arbitre". Ce sms m'a paru plein de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]