mercredi 23 novembre 2016

Virginie Fongaro à L'EDA du Boulou

Et voici une nouvelle raison de vous rendre à Le Boulou. Une heureuse surprise (au temps des débuts du cinéma en couleur on aurait en découpant le mot TECH-NI-CO-LOR) vous attend à l'EDA, pour les novices: ESPACE DES ARTS, rue des Écoles. Lieu de rendez-vous, où il fait bon accrocher et se montrer.  En effet sur les cimaises (déjà en catimini depuis le 17 novembre) de la peinture qui crache feu et couleurs, une esthétique dont la veine s'alimente au pariétal -celui de la grotte préhistorique comme celui de Pompéi ou celui, plus... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 novembre 2016

Maria Lluis & Albert Bueno

MARIA LLUIS, la grande dame de la peinture nordcatalane a verni ce week-end dernier sa traditionnelle exposition de fin d'années. Inlassablement attachée à l'observation des êtres et des choses. parmi les êtres, la femme, parmi les choses, l'arbre, les fleurs et les fruits. Dessins et tableaux. Portraits, paysages,  natures mortes. Vies colorées. Représentations sensuelles. Actes de spiritualité. Des poèmes plastiques qui parlent des secrètes conversations de Maria Lluis avec ses modèles, du monde qui l'entoure et la nourrit... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 22 novembre 2016

Avets i pardals

Dins la boira el conegut i el desconegut s'agermanen i em demano on em trobo. No a tots els pintors d'aiguades els hi agrada banyar-se. Quan la lluna parpellejava, el poeta de les centúries passades agafava paper, ploma i tinta per fer-li una polida epístola d'amor. Però on ha passat la lluna? Amb quin dolent poeta se n'és anat? En quin continent? Sobre quina Illa? Per què no torna? Per què dura tant el seu idil·li... lluny del meu paper, de la meva ploma, de la meva tinta. Només, sobre el full i aquesta hora, uns signes llagrimosos... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 novembre 2016

Grévin n'est qu'une cire

Tâcheron de l'ineptie, il prospectait de nouveaux comptoirs pour y importer ses bravoures.  Pour l'heure sa mappemonde ne faisait apparaître qu'une pâle petite croix au pôle nord mais n'était-il pas encore trop tôt pour décourager son aiguillon expansionniste? De l'insolite acquis n'est plus de l'insolite. L'insolite dérouille la routine. Bien trop jeune, je n'ai pas encore tout vu de ce que j'ai à voir, mais au stade oculaire où je me trouve je peux vous assurer que pas une seule fois je n'ai vu un bouvreuil tombé de la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 19 novembre 2016

Notre démocratie

Il fallait bien que je vous le dise: un postillon n'a jamais été un petit employé des postes. (Hashtag Atchoum) Dès que tu vois un cor qui se pointe pour se loger à ton pied, vite appelle le coach des orteils. Difficile, ce prochain semestre, d'éviter de voir à nos balcons médiatiques un grand casting d'incontinents de la promesse. Après son bilan santé, il n'avait plus le choix, cracher des paquets de plaisanteries en tous genres plutôt que cracher ses poumons habités par le bon, le brun, le mentholé et... la salope avec... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 16 novembre 2016

Lanterne rouge

Se trouvant coincé dans un débat d'identité entêté, il crut s'en tirer honorablement en avançant l'image (ce fut son dernier argument) de la balançoire dont le siège représenterait l'identité fixée à deux cordes parallèles, l'une figurant la nationalité et l'autre étant la citoyenneté. Or, pontifia-t-il,  comme cette balançoire n'a de sens que si quelqu'un, mon corps, y est assis pour se propulser en avant et en arrière, dans la liberté du plaisir, jusqu'à l'éblouissement et au... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 15 novembre 2016

Alors...raconte

CE QUI TE PARAIT AISÉ, NE LE RÈGLE JAMAIS EN DERNIER, CAR LE TEMPS POURRAIT TE MANQUER POUR UN BON RÉSULTAT. xxx ET SI LE RIRE TROUVAIT SA RACINE ENTRE LE DIRE ET LE LIRE CONTRAIREMENT A CE QUI S'ECRIT ET SE RACONTE. xxx ENFONCER UNE PORTE OUVERTE EST MOINS DANGEREUX QUE SE  PROMENER SUR UN PONT QUI ROMPT. xxx DANS LE MONDE DES COMMENTATEURS POLITIQUES, IL Y A TROP SOUVENT UNE ATMOSPHÈRE DE SALLE DE VENTES, DE MONTÉE D'ENCHÈRES POUR DES VENTS. xxx BATTEZ LE FER QUAND IL EST CHAUD, MAIS PRUDENCE VEILLEZ A CE QU'IL NE SOIT... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 15 novembre 2016

"brillantor de fatuïtat"

"Voldrien que els hi parlessis d'ells. Ai, ai, sí que en serien de satisfets, de contents amb les teves condecoracions. Amb prosa o rima, tinta de mel, i paraules enllaçades com ramellets de primaveres eterns, discursos florits i extens com glicines ...Com se la passarien bé (més bé que el padrí al repetell del sol un migdia de l'hivern 1954). Els veig xalar... Carregats dels llorers, de les diademes, de les corones que he trobat en el meu arcaic bagul de lloances.Oï que em va bé aquest qualificatiu de genial? I aquest adverbi (ara,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 13 novembre 2016

"Dimiteixo doncs"

Dimiteixo. Se m'atribueixen tantes coses i tan poc exactes. Dimiteixo, massa pesada n'és la càrrega. Dimiteixo. Certament, molt més d'hora ho haguera hagut de fer, quan encara la pell del meu cos no portava injustes escates, i el meu abric tants retalls afegits per aquells que pensaven encertar-me dins l'amistat o l'enemistat. Dimiteixo. No em puc més. Em retiro, dimiteixo del món dels post-its, dels adhesius, de les samarretes. No em reconec. Enfront del mirall, no em reconec. Cada part del que creia meu no em sembla meu. El front,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 12 novembre 2016

"nosaltres vivim avui"

No em parlis dels vots de primavera que intercanviarem se m'han escapat de la ment i estic ja endinsat en l'hivern. El que és nou necessita sou si no quedarà una closca de nou buida. Fora, fora aquesta mania dèbil de l'aforisme pell vella que deixa la colobra! Els mètodes d'aprenentatge per a perjurar no necessiten cap millorament. L'humanisme mortífer me sotraga. L'ham de la culpabilitat ens agafa fins i tot quan no pesquem. Sí, però això, era ahir. Ahir, no els teníem ni al davant dels ulls ni sobre l'esquena. Com pots pensar... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]