samedi 25 mars 2017

Ma lyre

Poésie de ce 25 mars Cher(s) ami(s), ce matin je me saisis de ma lyre et vous chante: Quand on s'intéresse aux siens on est siéniste; quand on s'intéresse aux autres on est autriste; quand on s'intéresse au rien on est riéniste. Je clos ici ce bref poème du 25 mars 2017 et dépose ma lyre, ma liron, ma lirette. Une passante tombe dans la rue des Moulins à Vent... xxx
Posté par Jaume à 09:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 23 mars 2017

"Tenir sur ses quilles"

C'est parce qu'actu rime avec cul que j'en détourne mon regard et m'arrime fortement à hier qui rime avec bière. Lâche lui la grappe! Il le semonça deux fois. Toto la lui lâcha refusant de participer à l'enchère. Le cep, alors, le remercia avec d'une poignée feuillue. L'autre passa son chemin. Tout de même, il est des gens qui devraient réfléchir avant de parler, surtout quand ils avancent une opinion. Sans doute est-il permis de tout dire, mais en veillant à ne pas se montrer trop ignorant et donc... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 22 mars 2017

"D'haver perdut la seva ment"

D'haver perdut la seva ment de molt jove1, no va poder passar-se de cercar-la unes quantes dècades, fent caminades i estudis, llibres i quadres, acceptant que li regalessin spantalons i castellets, sopars, viatges amb aeroplans, alternances sexuals en els hotels més discrets i luxosos de la societat: "Agafa-la quan passa i calla. Deixa'ls dormir", passà de concerts a conferències, de condecoracions a commemoracions, també hom el va sol·licitar (ja no creia menester de cercar el que, anys enrere, li semblava urgent i prioritari) per... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 21 mars 2017

"Il n'y a qu'un pas"

Il y a celles que l'on appelle les grandes signatures et celles que l'on n'ose pas nommer les signatures mineures. Jamais un poisson grillé ne se demande ce qu'il sera fait de son arrête. De là à imaginer que la vie du poisson est, somme toute, plus tranquille que celle de l'homme, il n'y a qu'un pas. Un vase brisé se répare plus aisément qu'un rêve rompu. L'adolescent peut se rêver une vie, l'adulte sortant ne dispose plus que d'un album de souvenirs. Curieux symbole que ce lourd coupe-papier en cuivre où l'on voit, sculptée... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 mars 2017

"La frime du jeune paon"

C'est parce que de là-haut, il ne pouvait tout voir, qu'il est descendu sur terre et s'est fondu en nous. Titin de Vénissieux, échappé d'un mauvais scénario de film noir, me confie sur le zinc rénové de la Source, il n'y a rien de plus glaçant que de se voir attribuer un exploit que l'on n'a jamais accompli, il s'arrête, avalant les dernières gorgées de sa mousse, et ajouta, je ne suis pas de ce marbre de héros et je me suis retiré du plateau de tournage. Sacré Titin de Vénissieux! Toute personne que l'on croise le matin avec un... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 18 mars 2017

"La Ballarina de Berlín" una obra de Bezsonoff calenteta i culta

Es podria resumir a dues paraules la Ballarina de Berlín, l'últim llibre publicat per Joan-Daniel Bezsonoff, les dues paraules següents: sexe i espionatge. En efecte, de sexe no en falta, n'hi ha en orri, nuvolades i ruixats del Kamasutra o de la "Pyschopatologia sexualis" de Krafft-Ebin, la dialèctica "desig/ satisfacció" tensant el llibre, de quatre pàgines en quatre pàgines -dit amb una minsa exageració. D'espionatge també n'és qüestió puix que el personatge principal de l'obra és un espia polonès, Jerzy Sosnowski, inspirat d'un... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 17 mars 2017

"Que du bleu"

C'est presque nostalgique qu'il évoqua l'époque où une petite mouche vint piétiner l'encre du sentier qu'il traçait et qu'il sauva d'un bec de sa plume Major. Oui, j'y pense, de temps à autre, conclut-il. Que dire du point de suspension, puisque lui-même se tait? Pendant que tu joues au Scrabble, le mystère de ton avenir s'épaissit. François l'Empêché Ier et François le Balafré itou jouaient aux osselets sur un parvis en ardoises. La foule se garda d'applaudir avant que la fin de la partie ne soit sifflée.... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 mars 2017

"Jugant a daus"

No va pas ser el primer a dir-me: "clar, amb ell i ella passaríem més sovint per la vostra cova i quedaríem més temps però, i no es peni de les següents paraules, és molt austera i molt fosca, la vostra cova, no s'hi veu mai cap retrat o dibuix que hi posi un granet de llum, si, quelcom d'encès; si, això mateix: inhabitable és vostra cova" i jo ofès, no pas del que em deia, en doble nom: d'ella i d'ell, si no del to abrupte de sentència que emprava per clavar-me més fort la vergonya de la inhospitalitat, ni tan sols em vaig... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 mars 2017

"El cuquet"

Assaboria una poma quan una dent se li parà vora del cap d'un cuc, o un cuquet humil i ben educat que se li adreçà amb aquestes parauletes: "Si us plau, bona dama, cedim el dret d'acabar la degustació d'aquesta poma, abans de vós, admeteu-ho, bona dama, l'he escollida. I la dent, amb molt de seny i convençuda per aquest dret ciutadà si no republicà del primer ocupant, es desallotjà. El cuquet la regracià i continuà el seu àpat. xxx
Posté par Jaume à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 mars 2017

Poesia primaverenca "Fes la teva"

"Fes la teva,no t'escoltis el veínomés la tevade poesia,amb pèl o sense pèl,amb closcao sense closca, amb carn o sense carn,amb perfumso sense perfums.Que l'hi mira, al teu veí,com la fas,ta poesia? Què és ell (Com és diu... ...no em torna el seu nom?), aquest simi i  àrbitre,que t'ha de dictarel color el brodat i els plecs o no plecsdels teus llinsols? xxx
Posté par Jaume à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]