mercredi 22 novembre 2017

Farceurs c'est un fort joli nom

Citation d'un potache de la deuxième moitié des années cinquante: "L'angoisse roidit les doigts aussi vite que le gel." Chaque centurie a sa cabale des dévots, peu importent le coaching et le casting. L'orage se délesta de quelque trombes sur notre village et se dépêcha d'aller livrer une cargaison de grêlons sur le village voisin, dont l'oracle météo n'avait pas prévu que c'était l'un des coeurs de cible de ce déversement automnal. Grogner, rogner...voilà bien là les mots d'une langue animalière vieillie. Un jour (non ce n'est... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 novembre 2017

De FOSSA guitariste à Cadix et Madrid (1)

On ne sait si c'est de sa propre initiative, ou sur le conseil d'un ami ou confrère compositeur que sa musique a commencé à être éditée. Est-ce à la sollicitation de quelque libraire-éditeur informé de ce qu'il écrivait d ela musique et pinçait les cordes de guitare? Le seul nom d'éditeur que l'on trouve explicitement mentionné par la plume de François de Fossa dans sa correspondance est Meissonnier. Il le fait de Lyon dans une lettre datée du 19 janvier 1820. Il y est dit explicitement qu'il vient de dédier une de ses oeuvres à... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 18 novembre 2017

"Parada de caravana"

Els hi explicava que, de cap manera, la seva pròpia fe no s'agenollaria davant la seva, que, de cap manera, no s'allistaria a ells, i ells... com si l'entenguessin sense recórrer a cap traductor electrònic, li van respondre que no es posés en l'estat de ràbia i de gesticulació en el qual el veien, que no n'hi havia per tant, que ells venien no es recordaven d'on i que només paraven un moment, li van respondre, un major rabassut i després un menor gegantí, que cessés d'acorralar-los amb unes explicacions, qui sap sincers, però i... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 novembre 2017

Les deux hantises

Du côté de chez Sophocle, Créon: "Seul le temps est capable de montrer l'honnête homme" et Antigone "Nul ne dira de moi, que je l'ai trahi". xxx Tous les marins ne s'appellent ni Oh! Hisse ni Ulysse. Tous ne sont pas des pirates ou des passeurs esclavagistes. Ni toutes les mers sont des ogresses. xxx Il leur dit...mais je ne suis pas expert.-Ah!...vous n'êtes pas expert, mais vous ferez bien un effort.-Bien sûr...mais dites-moi à quelle galerie je m'adresse. -A toutes, ici, nous sommes contre toute discrimination, ségrégation... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 novembre 2017

Françoise Héritier n'est plus, son Goût des mots demeure

Une grande dame, Françoise Héritier, vient de nous quitter ce 15 novembre. Le monde de l'anthropologie est en deuil. Elle aura été comme l'alter ego féminin de Claude Lévi-Strauss. Femme de science et humaniste jusqu'au bout de ses rêves. Femme de laboratoire et citoyenne. Mais également une épicurienne du langage, envers et contre tous les lieux communs, amoureuse du dessus comme du dessous des mots et de la ribambelle de leurs réseaux... Pour comprendre les bonheurs ou les ratés des expressions, d'une émotion, d'une idée, d'une... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 novembre 2017

Au bout de ses peines

Il est des lendemains qui ont déjà pris leur décision. Ils ne nous attendrons pas. Nous ne touchons aucun dividende de société à responsabilité ésotérique. Il y eut un défilé d'images révolues sans accompagnement de fanfare. La rue était jonchée de confetti de larmes. Que penser d'une campagne médiatique qui culpabiliserait plus qu'elle ne responsabiliserait. Faut-il à tout instant régler des comptes, ne pourrait-on les apurer une bonne fois pour toutes...autour d'un vin chaud par exemple. Il n'y avait aucun doute: il n'avait pas... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 9 novembre 2017

ROGER GRENIER (1919-2017) Perpignan, ville compliquée...

Dans "Un air de famille", un de ses livres paru il y a une quarantaine d'années, ROGER GRENIER qui vient de nous quitter à l'âge de 98 ans, évoque la ville de Perpignan, quelques lignes aussi belles qu'émues qui méritent d'être rappelées en guise d'hommage au grand, probe et discret écrivain, essayiste et éditeur (Galklimard). Une haute conscience au long cours de la Littérature! "Perpignan. Cette ville-là, je la connaissais mieux. Après l'inévitable avenue qui descend de la gare (les villes ne commencent vraiment qu'au-delà de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 novembre 2017

MATANYA OPHEE IS DEAD: Il avait découvert François de Fossa

Le guitariste, musicologue, collectionneur et éditeur Matanya Ophee est décédé1 hier soir à Bexley, dans l'état nordaméricain de l'Ohio, au Zusman House Hospice du Wexner Heritage Village. Il était âgé de 85 ans. Matanya Ophee était une éminente personnalité, très active et écoutée, dans le monde de la musique classique. A Perpignan son nom est attaché à celui de François de Fossa (1775-1849), compositeur qu'il a tiré de l'ombre par ses recherches à la fin des années 1970. Dès 1981, en glissant dans une publication sur Boccherini, la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 5 novembre 2017

"I si plou, què?"

L'ignorant no pot ni sap mentir. No suporto qui, amb toga despectiva, em pregunta "Quin interès trobes a expressar-te en una llengua minoritària?". Una manera ben desimbolta d'abordar la qüestió lingüística catalana, desimbolta i maculada per un deix ben evident d'arrogància pragmàtica. Al contrari, acullo amb simpatia una pregunta en braços de camisa, menys economètrica epicúria i eròtica com aquesta "Quin plaer trobes a fer servir una llengua regional?" L'homogeneïtat del món no es troba a les vigílies d'imposar-se,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 4 novembre 2017

"Vi ranci o garnatxa"

Aquí és un llogaret on pots penetrar sense menester de targeta magnètica, penetra en tota seguretat, passeja't i mira respectuosament, sense tocar, passa al davant de què t'atreu, t'interessa -i acabarà per a obsedir-te- repassa tant de voltes com podràs resistir-li, mes sàpigues que jo no t'oferiré ni et vendré res, tampoc et regraciaré per la teva visita ni la registraré en cap memoràndum. Per tu faràs. Que els funàmbuls no es riguin de les xarxes inconscients.  En tota zona, sigui de foscor, sigui de claredat, s'hi veuen... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]