vendredi 23 mars 2018

La nuit dernière

On ne voyait d'eux que le petit doigt sur la couture du pantalon. On les appelait les sans-têtes. "Le mot catalan cacherait-il un sexe qui n'existe pas?". Entendu rue Ausiàs March, à Perpignan. Les mécontents ont toujours brandi des fourches et chanté en même temps. Réfléchissons avant de partir en guerre contre les idées reçues, comme si toutes étaient mauvaises. Toutes ne le sont pas, et il y a du bon dans la transmission. Il est un cannibalisme où les gourmets se passent de Gault & Millau. "...Le gars... oui... nous... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 mars 2018

Hannibal bivouaque en poésie à Pézilla

C'est le printemps...du moins c'est ce que l'on dit. Mais, c'est bien vrai les jours rallongent, les bourgeons et les fleurs soignent leur cosmétique, et il naît de poètes un peu partout. Poète, poète, est-ce que j'ai une gueule de poète? On verra bien si tu nous la montres et si - à l'appel des "Cabochards de l'If"- tu viens passer l'après-midi de ce samedi 24 mars à... Pézilla la Rivière. Où, ça? A Pézilla-City en Ribéral et non...à feue la Bastille. La poésie, voyez-vous, ne se réduit pas à une chanson olé! olé! de corps de garde,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 19 mars 2018

Servent lleial

Et vas oblidar de dur-me un bonic broc de mimosa, no repeteixis la inelegància i porta'm un bell raïm de glicina. La indignació pujà al punt d'ignició irremeiable Perquè no dir-ho de manera planera i catalana, les angoixes no fonen com la neu. Han tret el moral a les bèsties més ferotges mes que ens volen aquests sàtrapes? Per l'entrada a la primavera reclamo que es pagui un dret olfactiu a l'almesquí. La dolenteria no és pas un bon mester. No en manis ni subvencionis cap centre d'aprenentatge. No falta en el nostre raconet... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 18 mars 2018

"n° 1 i n° 2"

Ell- n° 1 de la tragèdia- amb bel equipatge de jove soldat, seguia el vent.Ell-n° 2 de la tragèdia- amb la camisa esparracada, feia front al vent.El primer corria, somniant truites i victòries fàcils: Escombrem, escombrem! Fóra tota la polseguera dels nostres camins i de les seves ments.El segon d'una arengada feia quatre dies i el pit valent resistint les cinglades del venttot cobrint-lo no de medalles sinó de llagues.Ell-n° 1 de la tragèdia, seguint el vent, com n'havia fet el vot,relliscài desaparegué dins un fossat del Rei... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 17 mars 2018

"Història d'ulls"

Els seus ulls tocaren els meus com si volguessin plantar-s'hi... vaig pensar que em provocava... que em desafiava com si li hagués llançat un llumet d'odi, un missatge incorrecte... (capficat en les meves falòrnies de sabut, cregut i...pelat)... Temps em calgué per opinar que no era pas en els meus ulls que volien aterrar els seus: ni el color puc dir-vos. No els interessava el color dels meus: d'una negror minera..... No buscaven plantar-s'hi... com si fos bona terra d'implantació, de dominació o d'orientació de la meva mirada vers... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 15 mars 2018

"Tot es mou"

Tot es mouHeu sentit...Tot es mou,tot es mou...Qui canta?Que ens cantaaquest ignotAede?Ja hi torna!Escolta'l?Tot es moutot es moui altra volta:tot es mouTot es mou.No tot es mou -ni tothom:i el tou i el moixben pocNo tombisen el parany,no busquispolèmica, tot es mou,tot es mou...tu... enrere,quieti atent.No trigaràmoltla vingudade l'eslògan a la boca de l'Aede El traïdor "tot és nou,tots som nous". xxx
Posté par Jaume à 18:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 12 mars 2018

Cançoneta

Caram, caram un dia mes, un dia mes caram, caram caram com passen els dies caram, caram ja torna ser demà; caram, caram caram no sé si cap altre demà tindrem. Caram, caram! caram, caram! un dia menys, un dia menys... xxx
Posté par Jaume à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 11 mars 2018

François de Fossa, Mme de Staël et Pierre Assouline

Lisant un livre magnifique qu'on ne lâche pas des mains, passionnant, instructif, bien écrit, le "Retour à Séfarad" de Pierre Assouline, de l'Académie Goncourt, je tombe (p. 235) sur une référence à Mme de Staël. L'auteur se trouvant à Zamora, entre Salamanque et Valladolid porte son regard sur une femme qu'il contemple ainsi:  "(...) ni désoeuvrée ni débordée, elle aurait pu incarner la Delphine de Mme de Staël, non pour son physique ni pour sa paella, bien sûr, mais pour ce que son tout exprime, un côté j'ai des occupations... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 11 mars 2018

"Llibertat d'expressió"

Un relativista assedegat de matissos es pot veure capgirat per la seva set i fer cara d'absolutista. La senzillesa no agrada. És una qüestió de gust. Ni els ous ni les nous es pelen, senzillament es trenquen. La guineu i l'àguila no fan servir la mateixa recepta de seducció. "Si pereixo-no deixeu les meves pintures morir" (Felix Nussbaum Haus) Jo pensava que la flor no tenia consciència del seu perfum i m'ha convençut que si quan apropant-la del meu nas se'n ha descartat brutalement perque no inhalés el més mínim dels seus... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 10 mars 2018

Tu fais l'intéressant

Il est là bien présent dans sa chambre. Il quitte la chambre. Je photographie lieu. Qu'est-ce que l'image obtenue et que j'accroche au mur de cette même chambre me dit de l'absent. Lorsqu'on s'exprime mal on donne la preuve sans faux-semblants que l'on n'y arrive pas. Deux arpèges de violoncelle souvent le guérissaient d'une discorde de trottoir. Convaincu que s'il enracinait son oeuvre dans sa cambrousse, il devrait faire son deuil de l'éclosion de la fleur d'universalité, il s'arracha sèchement au sol ne voulant pas être exposé... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]