lundi 21 janvier 2019

"al·lèrgic al flux melodiós."

Algú (amics coneguts) podria recordar-me en quina orquestrina tocava el timbal?He recollit de la boca d'un ancià aquestes paraules meravelloses: quan veig passar un jove amb la cara contenta, em sento optimista.Això de l'interès general et preocupa molt a tu, per què a ell tant se li fot i, t'asseguro, no sap mentir.Està nevant. La igualtat neix. L'odi no s'apaga fent-li manyagues. Qui s'ho creu acabarà dins una caldera. Si, en una assemblea, et sembla que l'atenció de l'audiència es descarta de tu, tomba la vesta ( només ella) per... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 20 janvier 2019

IIIIIbis (V bis) Les deux F., Francisco et François et une guitare

La relation Boccherini/ Marquis de Benavent s'est construite tandis que Fossa mué en Fosa quitte Madrid pour se rendre à Cadiz, via l'outre-mer. Il arrive  le 18 mai 1796 dans le port andalou, ou bloqué par les Anglais- il n'y embarquera que  le 10 avril 1798. Il voyage sur le "Monarca" parvenant à Veracruz le 19 mai 1798. Il ne repartira de la 3Nouvelle Espane" que le 20 avril 1803. Le 17 décembre 1803 "j'ai eu le bonheur de mouiller dans cette rade ce matin à huit heures", écrit-il à sa soeur de la "Baie de Cadix" le 17... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 janvier 2019

4 (IV) Les deux F., Francisco & François et une guitare.

Notes Fossa fera plusieurs séjours à Madrid, durant sa longue période espagnole, entre 1793 et 1813, à savoir une vingtaine d'années. Pas moins de cinq -révèle la lecture complète de sa correspondance,  d'une durée plus ou moins longue, mais jamais un séjour d'agrément. Voyons ce qu'il en fut de son premier séjour. Après avoir quitté Barcelone et avant de se rendre à Cadix pour y embarquer vers la Nouvelle Espagne. Madrid 28 octobre 1796 "je suis arrivé hier dans cette ville"..."je t'écris de chez mon cousin qui m'a reçu le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 19 janvier 2019

"si que pena al trobar"

Me'n diras lo que vudras mes, per ré al mun, en salliré una lletra. Jo deixi pas ni un euro a n'un ric, sé ben bé que mai me'l tornarà,  me dirà que le troba pas més, que se recorda pas que en va fer, etc.... I cum se fa que vegis pas el demà a la mateixa finestra que jo? Certins demucrates frenetiques te demanes d'un venen, i qui els va parir? Semblen germans bessuns de lus d'en façe. Viure en comunitat perqué pas, a cundició que amb els culzes me freteu pas les costelles. Cum els hereus s'ho mengen tut,  feu de per... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 18 janvier 2019

Verre pilé et déclic nauséeux

  JE NE ME RECONNAIS QU'A MOITIÉ EN CE MATIN .................                 SI DOUX.              xxx   A CHEVAL, A BRIDE ABATTUE, POUR QUE LE VENT QUE TU RATTRAPES PÂLISSE A SA DÉFAITE. A CHEVAL, JUSQU'A LA VICTOIRE!                xxx   AUCUN PÉPIEMENT ......................... MAUVAIS SIGNE, ... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 18 janvier 2019

3 (III) Les deux F., Francisco é Grançois et une guitare

Notes (en cours)  Les lettres barcelonaises de François de Fossa ne permettent pas d'étayer une rencontre ni un lien épistolaire entre les deux F, Francisco et François. Cependant, le nom du premier est mentionné plusieurs fois, les familles se connaissent...Josep Ma Mangado i Artigas a montré dans sa biographie que le jeune Francisco vécut à Perpignan d'avril 1785 à l'été/autombe 1790 "En Perpiñan estarà al cuidado de su abuelo materno Anton de Ros, en cuya casa se instala. Estudiarà con el abad Belot diversas materias,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 16 janvier 2019

r-g cadou & k.white

Entre-apercevoir le clin d'oeil d'un livre, s'approcher de lui, écarter s'il le faut un client encombrant, l'arracher à un étalage qui parait l'humilier, le prendre dans ses mains, le caresser, si près des yeux qu'on en respire les réconforts qu'il renferme, le caresser à nouveau en le renversant, se dire mais comment ai-je pu ne pas l' avoir rencontré plus tôt, en avais-je été éloigné par quelque article d'un Spécial Littérature, ou le marketing d'un chef-d'oeuvre, vite touché par les cendres dela mode, je sais bien que j'ai détonné,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 16 janvier 2019

2 (II) -Les deux F., Francisco & François et une...

Notes(suite) François,  le jeune perpignanais, émigré et "démobilisé" est dans l'incertude de ses lendemains, quand il foule (pour la première fois?) le sol de la capitale de la Catalogne, où il espère que sa soeur viendra le rejoindre et où il va vivre en exil.     Barcelonne° vendredi 22 janvier 96. (Lettre adressée  "A la Citoyenne Marguerite Mounard. Poste restante Perpiñán" .° "j'arrive dans le moment..." "me voici en fin dans la capitale de la Catalogne". Il arrive de Gérone et précise "je ne puis... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 15 janvier 2019

Véronique Barrier ou la danse médaillée

La Ville de Perpignan a donna sa Médaille à une artiste aussi opiniâtre que discrète, aussi fidèle qu'active : Véronique Barrier° On se dit que, somme toute le bilan, n'est pas vain. Puisque une médaille est là. Mais qui s'en réjouit le plus. Celui/celle qui la donne ou celle/celui qui la reçoit. De quoi cette médaille est-elle le nom? D'une reconnaissance ou d'une mauvaise conscience? Peu importe, pour difficile qu'ait été et que reste le statut d'artiste en province, et à Perpignan. Je (Véronique Barrier) j'aime ma ville. J'ai... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 14 janvier 2019

La couleur et la coupe de la livrée

D'accord, pleinement d'accord avec Dominique Bona qui préfère, a-t-elle répondu à un journaliste occitano-catalano-girondin, prononcer le nom de Rigaud (nom d'un peintre de Cour à cheval sur deux rois) à la catalane...Rigau, transcrit Rigao. Ce n'est que justice pour un un enfant de Marie, né à Perpignan, en 1659, année  -c'est selon- de grâce ou de disgrâce. Il y aura 360 ans le prochain 18 juillet. Justice rendue par une native de Salses, aujourd'hui écrivain de cape revêtue et de belle épée armée. Dans sa corbeille... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]