vendredi 19 avril 2019

Perpignan: Mardi de Sant Jordi

La  Sant Jordi Fête du Livre et de la Rose à Perpignan paraît marquée de façon différente,  le 23 avril pour les orthodoxes, mais pour les hétérodoxes (celles et ceux qui mettent de la fantaisie dans le calendrier et ses célébrations), on bouscule la date et on la décale,  au 26 avril ou 27 avril. Vous ronchonnerez pas de quoi, pour si peu, pousser une rageante et armer un procès. Liberté, mec, cool boy! Oui, après tout, ça ne regarde que les Alida et Zita, et si elles lui offrent l'hospitalité de leur niche pour la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 18 avril 2019

"La bunyeta"

No us creieu tot el que s'escriu aquí, per exemple que la singlantana és una parenta del singlar.Creure és una cosa, saber un altre, i creure saber i saber creure, són dues altres coses més.Pensar, quina arrogància! Camí llarg, esquerp, insegur... Que passis per terra, mar o cel... Si no en coneixes el terme final.De ta part d'ombra, quin percentatge et sembla poder compartir amb nosaltres?Qui planta un arbre, eleva una vida. La pluja li diu: t'estimi, el sol també i el vent li fa presents.Demanar un referèndum per saber quants dies... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 15 avril 2019

F. de Fossa professeur d'ARITHMETIQUE ?

(Notes) Une note des Archives administratives du Ministère (français) de la guerre, en date du mois de janvier 1823 ajoute à la biographie succincte du jeune émigré ceci  "Le capte de Fossa, fils d'un jurisconsulte distingué qui le destinait à la robe reçut son éducation au Collège royal de Perpignan et à l'université de la même ville. Après avoir suivi des cours de latin, de mathématiques, d'humanités, de philosophie, de jurisprudence, il en était à sa 3ème année de droit lorsque l'émigration interrompit ses études et le lança... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 14 avril 2019

"Filosofia barata"

Es pot faltar de llengua com es pot faltar d'aigua. Xo fa que et trobes amb el canyó sec, estret. I et desesperes de no veure al teu entorn cap font revitalitzadora.Manllevo a una traducció catalana del Kitab Ta'erih Mayurqa una frase que m'encanta i que, segurament, val la pena compartir amb qui no la coneix: "La gent s'acovardí i feu anques enrere." Una frase tota escultura i cinema.Senills i tamarius, granotes i serps, hortet d'infància, vora mar, el més feliç de tots, quan el vent feia xiular les ones.En el meu bosc sagrat íntim,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 11 avril 2019

CROUSEILLES, COLLIOURE, PERPIGNAN

GRANDEUR NATURE à COLLIOURE Qui aujourd'hui n'a pas eu la "révélation"? La nature en péril. L'eau, l'air... et les fleurs... et les oiseaux... et les animaux. Et, les hommes, pour sûr...accablés par le réchauffement de la planète et les pesticides. Mobilisation, pétition, manifestation, combat. Pour le salut de la Nature. Oui, Gaya on t'adore et on va te protéger, tant et tant d'ignorants, d'inconséquents, de méchants exploiteurs t'ont abîmée. Vite, tant qu'il est encore temps, à la réparation, au "relooking", à l'urgence de lui... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 10 avril 2019

"Claror de Nit" de Ma-Dolors VALLVERDU

Maria Dolors Vallverdú i Torrents és una escriptora amb una llarga i fecunda trajectòria. Poeta i prosista se li deu un seguit de llibres entranyables amb títols senzills i a l'encop meravellosos com "Enllà de les paraules "(1977), "Per camins introbables" (1995), "L'Encadenada llum" (2010)," Només Terra" (2015), "Mestral" (2017). Ma-Dolors acaba de sortir, aquesta setmana, el seu nou opus de versos, amb aquest títol també magnífic, de "Claror de nit". L'autora reusenca -el nom de la qual se'l coneix amb força estimació a Perpinyà i a... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 avril 2019

C'est du pareil au même

"Les raisins de vendange provenant des propriétés de M. de Bouillers, à Montescot, ont été achetés de 18 à 20 Fr les 100 kilos". Lu dans 'Journal des Viticulteurs et Agriculteurs, n°18- 20 septembre 1890. Il y un écart, parfois un grand écart, entre "Autobiographie" et "Mémoires" d'un saint Glin Glin ou autre. La décence  ou l'humilité voudrait que dans un genre comme dans l'autre, l'on parle plutôt de "Pseudomémoires",  car ainsi que l'indique la grande écrivaine mexicaine Angelina  Muñiz  Hubermann  "La... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 5 avril 2019

Confusion de douilles

Georges vient de partir chez Vulcain forger sa nouvelle épée Est randonneur à demi celui qui ne sait faire ses pas que sur l'itinéraire balisé. On a beau être prévenu et prudent, on ne saura jamais tout à fait, en nous prêtant à ceci ou à cela, si Méphistophélés n'est pas de mèche avec nous. Circulation du courage: du navet au taureau. Faites cesser tous ces bruits de couloir, vous ne voyez pas que vous gâtez mon songe d'une nuit d'été avec Mendelsshon Boulevard des Âneries, il ne manqua pas de modèles, il se forma et très... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 4 avril 2019

"Poema verd"

Encara, no ésel moment,espera't,saps qui sóc,t'ho prometo,no t'impacientisi es va esperar,(com no!)la prometençafeia olorde bon demà.Passà l'hivern,-llarg hivern del 41-després, arribài s'acomiadàsense regalla primaveraa l'estiuli digué-tendre i doctecom de costum,amb el got de sidraa la mà i un anelld'or a l'índex dret,encara no ésel moment,beu amb mi,espera't,creu-me,no et desesperisi un estiu caloróspassà(s'havien escapat deu anys)substituït perla tardor(amb sa fruita quimèricai ses fulles seques)i a la primera nevadad'aquell desè... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 3 avril 2019

Sept barques

Sur un rocherblanc,abandonnée,sa guitaredésaccordée.La plage est silencieuseun petit vent,zéphir de Neptune,saluele lever du soleil,pudique et roux. Quelqu'un marche sur le gravier. Il s'assied près de moi, sans mot dire, fixe le clocher puis compte sept barques sans navigateurs qui prennent la mer. Il me regarde, enfin et ose une syllabe... Je ne suis plus là: Enfui avec la guitare abandonnée, désaccordée. et le rocher sur les épaules. xxx    
Posté par Jaume à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]