jeudi 16 novembre 2017

Les deux hantises

Du côté de chez Sophocle, Créon: "Seul le temps est capable de montrer l'honnête homme" et Antigone "Nul ne dira de moi, que je l'ai trahi". xxx Tous les marins ne s'appellent ni Oh! Hisse ni Ulysse. Tous ne sont pas des pirates ou des passeurs esclavagistes. Ni toutes les mers sont des ogresses. xxx Il leur dit...mais je ne suis pas expert.-Ah!...vous n'êtes pas expert, mais vous ferez bien un effort.-Bien sûr...mais dites-moi à quelle galerie je m'adresse. -A toutes, ici, nous sommes contre toute discrimination, ségrégation... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 novembre 2017

Françoise Héritier n'est plus, son Goût des mots demeure

Une grande dame, Françoise Héritier, vient de nous quitter ce 15 novembre. Le monde de l'anthropologie est en deuil. Elle aura été comme l'alter ego féminin de Claude Lévi-Strauss. Femme de science et humaniste jusqu'au bout de ses rêves. Femme de laboratoire et citoyenne. Mais également une épicurienne du langage, envers et contre tous les lieux communs, amoureuse du dessus comme du dessous des mots et de la ribambelle de leurs réseaux... Pour comprendre les bonheurs ou les ratés des expressions, d'une émotion, d'une idée, d'une... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 novembre 2017

Au bout de ses peines

Il est des lendemains qui ont déjà pris leur décision. Ils ne nous attendrons pas. Nous ne touchons aucun dividende de société à responsabilité ésotérique. Il y eut un défilé d'images révolues sans accompagnement de fanfare. La rue était jonchée de confetti de larmes. Que penser d'une campagne médiatique qui culpabiliserait plus qu'elle ne responsabiliserait. Faut-il à tout instant régler des comptes, ne pourrait-on les apurer une bonne fois pour toutes...autour d'un vin chaud par exemple. Il n'y avait aucun doute: il n'avait pas... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 9 novembre 2017

ROGER GRENIER (1919-2017) Perpignan, ville compliquée...

Dans "Un air de famille", un de ses livres paru il y a une quarantaine d'années, ROGER GRENIER qui vient de nous quitter à l'âge de 98 ans, évoque la ville de Perpignan, quelques lignes aussi belles qu'émues qui méritent d'être rappelées en guise d'hommage au grand, probe et discret écrivain, essayiste et éditeur (Galklimard). Une haute conscience au long cours de la Littérature! "Perpignan. Cette ville-là, je la connaissais mieux. Après l'inévitable avenue qui descend de la gare (les villes ne commencent vraiment qu'au-delà de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 novembre 2017

MATANYA OPHEE IS DEAD: Il avait découvert François de Fossa

Le guitariste, musicologue, collectionneur et éditeur Matanya Ophee est décédé1 hier soir à Bexley, dans l'état nordaméricain de l'Ohio, au Zusman House Hospice du Wexner Heritage Village. Il était âgé de 85 ans. Matanya Ophee était une éminente personnalité, très active et écoutée, dans le monde de la musique classique. A Perpignan son nom est attaché à celui de François de Fossa (1775-1849), compositeur qu'il a tiré de l'ombre par ses recherches à la fin des années 1970. Dès 1981, en glissant dans une publication sur Boccherini, la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 5 novembre 2017

"I si plou, què?"

L'ignorant no pot ni sap mentir. No suporto qui, amb toga despectiva, em pregunta "Quin interès trobes a expressar-te en una llengua minoritària?". Una manera ben desimbolta d'abordar la qüestió lingüística catalana, desimbolta i maculada per un deix ben evident d'arrogància pragmàtica. Al contrari, acullo amb simpatia una pregunta en braços de camisa, menys economètrica epicúria i eròtica com aquesta "Quin plaer trobes a fer servir una llengua regional?" L'homogeneïtat del món no es troba a les vigílies d'imposar-se,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 novembre 2017

"Vi ranci o garnatxa"

Aquí és un llogaret on pots penetrar sense menester de targeta magnètica, penetra en tota seguretat, passeja't i mira respectuosament, sense tocar, passa al davant de què t'atreu, t'interessa -i acabarà per a obsedir-te- repassa tant de voltes com podràs resistir-li, mes sàpigues que jo no t'oferiré ni et vendré res, tampoc et regraciaré per la teva visita ni la registraré en cap memoràndum. Per tu faràs. Que els funàmbuls no es riguin de les xarxes inconscients.  En tota zona, sigui de foscor, sigui de claredat, s'hi veuen... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 2 novembre 2017

"Joc de daus"

Ni un arlequí en el seu somni més diàfan i urgent d'oci i de germanor compartiria amb tu aquest espai de llibertat prescrit amb aquest llapis electrònic aliè. Si els nostres dies festius esdevenien els únics dies feiners de l'any, penses que em votaries? De sastres, ja no se'n veu cap travessant la plaça de Llotja per venir fer una copa de Byrrh al meu bar amb tres fils de color que li ornen l'espatlla i tres caps d'agulles lluents sobre la màniga dreta de la seva vesta de taller. Es registren ben poques aficions exemptes de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 31 octobre 2017

"qui li dóna potada"

A qui pensava que els Estats amb porres i pastanagues no sabien que era una solidaritat pavloviana una actualitat -geogràficament i sentimentalment- propera ha mostrat el contrari. xxx Un tret deflagra i es calla. Tres gotes vessen i es quallen. Un metge està analitzant unes màcules, un policia està examinant un fusell. Els hi pregunto que ha passat, no em contesten. Demà ho trobaré al diari. Si els periodistes i les màquines no fan vaga! xxx El pitjor dels pitjors, no és pas l'equivocació, és el fracàs. xxx Si a la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 30 octobre 2017

"El banc de la plaça"

Si no es pot creure tot el que es diu, sí que es pot pensar el que es vol, i ambdues teràpies resulten  sanejadores. Dir que sempre hi ha al balcó urbà o pagès un tal (senyor o senyora) que flairi les frivolitats rumorologiques del carrer no seria cap estrambòtica hipòtesi d'escola sociològica. Una llàgrima s'encimbellava en els seus ulls a cada volta que rememorava aquell ancià, solitari però dret, que anava i venia de la passejada per l'estimat però avui dia perdut camí de "Negabous", als afores d'una ciutat austera i... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]