samedi 11 février 2017

"Pensa en un món més serè"

Per sort, tots els fabulistes no creuen les faules que escriuen. Les idees de bon estrip no gebren mai. Aquest matí les seves sines semblaven perfumades a l'anís. L'ós del Vallespir no viu sols de crep i de creixen. Els il·lusionats avancen el front enlaire, els desil·lusionats passen el cap cot. La grisor del temps atreu els corbs. Jo sec, en el raconet, sobre un banc blanc, quiet...no vull desmarcar el compàs de les hores d'espera. Una egua amb la crinera blava acaba de passar-me al davant, s'ha faltat poc que no la vegi... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 11 février 2017

Preux et coupe-jarrets

Je n'aime pas les épouvantails à étrangers. La banalité du mépris épuise et finit par tuer. Vous verrez, Sir Everett, ces Français, ils inventeront une taxe sur les rires polluants! Le ciel comme la terre a ses fourmis, on les appelle étoiles. Se rappeler est une activité comme un autre avec des moments fort pénibles. Tout le monde ne peut le savoir, c'est tout naturel, mais je suis un modeste ouvrier de la clarté, entre transparences et opacités. Il n'est pas de rue humaine qui ne soit pavée d'une quantité de vérités, d'une... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 10 février 2017

Niaiseries, pourquoi pas?

Il serait faux de penser que l'on se dissimule pour s'effacer. La bonne volonté a deux ailes veillez à ce qu'elles ne s'alourdissent pas trop vite. A force de tourner autour du pot, il se vide. L'été est un cauchemar pour les grandes nuits d'hiver. Drôle de temps que le nôtre où chacun, dès lors qu'il a une mèche de sa tête qui dépasse la haie des blanches colombes, se voit soumis à la question. Je ne réponds pas à un chien qui aboie. Par prudence. Ses dents sont en bien meilleur état que les miennes, et cela malgré mon... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 9 février 2017

A Torcatis: Polyphonie pour Pere Figueres

9 -bis repetita...Le premier recueil poétique de l'artiste nordcatalan Pere Figueres paru sous le titre chiffre 9 fera demain, vendredi 10 février à partir de 18 h, l'objet d'une présentation à la librarie Torcatis, au n°10 de rue Mailly. (Tiens!Tiens!Est-ce une malice de poète? Deux fois le nombre 10 comme pour faire un pied de nez au nombre 9). C'est en moins d'un mois, après son lancement à la Llibreria de la place Jean Payrà, que le 9 rencontre les Perpignanais.es. Un ouvrage entièrement écrit en catalan mais accessible à qui est... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 6 février 2017

LA JOIA: "Cants populars de la Cerdanya i el Rosselló" de Jordi Pere Cerdà

Editorial Mediterrània acaba de publicar "Cants populars de la Cerdanya i el Rosselló", una obra la qual Jordi Pere Cerdà (1920-2011) es va dedicar al llarg de la seva vida sense poder dur-la a terme com ho havia contemplat. Gràcies a Elena Cayrol, la seva vídua ha reeixit a treure-la a la llum aquest a obra preciosíssima, monument de memòria popular, lírica i alhora etnogràfica. És ara, menys de sis anys després la desaparició dl gran Cerdà a disposició dels públics que comprenen la llengua catalana, que en tenen la nostàlgia o que... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 4 février 2017

Mauvaise lune

On avait du trop cirer l'escalier (il était devenu maniaque), on trouva son esprit en miette aux bas des marches. a Je sais, m'écrit Ulysse  vieux pêcheur d'Islande,  une Pénélope en proie à une iconographie très mariale. Sublimons, mes biens chers frères! Sublimons, mes bien chères soeurs!  la face sainte cherche son vitrail. e Celui qui ne sait rien faire de ses deux mains et dont la tête se fait de plus en plus hésitante, ne doit envisager aucun saut périlleux. Il est des griseries de cirque qui ne lui sont plus... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 2 février 2017

Du "catalaniste" et du "commentataire"

Nos contemporains sont des genres bizarres mais très créatifs. En effet, je lis sur un blog -celui de l'ami Jean-Pierre Bonnel à propos d'un article sur le regretté écrivain Pere Verdaguer:  "Mon projet est d'écrire un livre sur  la "mémoire culturelle" du département -qu'on l'appelle 66, PO ou  Catalogne/Nord, selon que l'on est Français ou Catalaniste..."  En voilà une de bien bonne de "guéguerre" confusionnelle! Comme si "catalaniste" était une nationalité, ou une citoyenneté alors... pour la gouverne de cet ami... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 février 2017

PERE VERDAGUER (1929-2017) : Le grand héraut du Roussillon catalan.

Un mois et demi après que l'Université de Perpignan lui ait rendu hommage, le professeur Pere Verdaguer,  le grand héraut du Roussillon catalan, vient de retirer sa voix et sa plume d'une défense et illustration de sa langue sans failles, que nombre de ses contemporains considèrent sans égales. Homme de réflexion, de conviction et d'action, il laisse une forte empreinte en beaucoup de domaines de l'enseignement -sa profession et son combat linguistique, à la littérature: il a touché à de nombreux genres et a été même pionnier en... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 30 janvier 2017

Jean-Louis Vila chez Odile Oms

La galerie d'art Odile Oms à Céret est l'antichambre ou le cabinet privé d'un musée d'art contemporain. Bien qu'espace exigu, il y héberge et promeut des artistes représentatifs de courants nés dans les années 70. Il en montre des moments, des évolutions, des états présents. Des personnalités, des maîtres, et des héritiers aussi: jusqu'à des petits nouveaux. C'est, aux yeux des amateurs d'art (simples curieux ou collectionneurs) la carte de visite à retenir, et une assurance de professionnalité dans le métier. C'est, aux yeux des... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 29 janvier 2017

"Cops i pelalles"

I sempre -igual una mania de nervis- sempre aquesta mateixa invocació al vell Homer: "Homer, Homer dóna'm i encén-me la torxa". Tot el que canta no ha après el solfegi ca les cigales. Ell, savi d'abans de totes les savieses, es complaïa com a bolet nascut i crescut al peu d'un arbre gegant. Ploren. No ho sabien, els hi han dit. "Teníeu la sort sobre els genolls". I d'un salt de gat mal acariciat ha defugit. No ho sabíem. Ploren. La sort qui sap, penedida, potser tornarà La flor li demanà "retira'm" els vels i ell obtemperà. D'un a... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]