vendredi 4 décembre 2015

Lulu l'a lu

La poésie ne fait pas des ménages chez les rats d'égoût ni les barons masqués de la mitraille. J'ai beau...bobo...dit le crapaud. La lune, jolie rousse, tourne le dos au caniveau qui voudrait l'adopter. Lui...lisant...Lulu l'a lu. Laisse courir ta plume tu verras quelle poule se jettera à sa poursuite. Casseur de mots... ...est-ce un métier? Les sommations de l'usage se perdent. L'antiquité n'a-telle donc plus d'avenir? Se débarbouiller, chaque soir, du poisseux du quotidien dans une bassine de sautillantes frivolités. xxx
Posté par Jaume à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 3 décembre 2015

"Si fa no fa".

Descançar uns minuts en aquella illa predilecte, blasó dels meus somnis conqueridors, bressolat per murmurs aromàtics aliens. xxx Corrents, pel dret, pel camí més curt, a alta velocitat, de qui pot emanar semblant injunció? xxx L'escò és el clap de tòfones del polític. xxx No busco agradar-vos ni tampoc vull desagradarme fent el gallet de la població. xxx Raji d'on raji la mala llet queda mala llet. No hi apaguis la teva set! xxx Si et fas tallar un vestit que sigui per les mans d'un bon sastre i no d'un aprenent de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 2 décembre 2015

L'essayiste Xavier Febrés fait souffler très haut la Tramontane

Vous aimez la...tramontane...un peu....beaucoup...passionnément...pas du tout et vous savez lire un texte écrit en catalan, alors n'hésitez pas procurez-vous "Elogi i refutació d ela tramuntana". Un livre somme, du à l'écrivain essayiste Xavier Febrés, auquel on doit déjà una abondante bibliographie en référence aux Pyrénées à la Méditerranée et à des auteurs comme Josep Pla, Antonio Machado et Aristide Maillol. Outre -ou à cause du vent- cet écrivain transfrontalier et voyageur- à la plume aussi sensible que savante, ne cache pas son... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 1 décembre 2015

"La meva coseta"

Quan se'm dibuixa com a arcaïc, em trobo bé, de veritat, sí molt bé. Quan se'm dibuixa com a modern, també em trobo bé, de veritat, sí molt bé. Quan algú no sap dibuixar-me, llavors, és quan em sento el més bé. Sí e no ho dic pas per tancar la meva coseta.  xxx  
Posté par Jaume à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 30 novembre 2015

Tu perds ton temps

Je le sais, cela ne fait sérieux, mais cesse de croire que je suis de celles et de ceux qui lissent les moustaches de l'universel et se content de prélever, surs ses propres terres et quelques alentours, deux à trois âneries par jour. Peu m'importe qu'on les dédouane ou pas. Il lui arrivait de s'attarder sur ce joli souvenir d'enfance, où la plus belle des étoiles du ciel avec lesquelles il bavardait se détachait, voletait, descendait vers la terre et venait se poser, tel un moineau amoureux, dans le creux de sa main. Il lui arrivait... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 29 novembre 2015

Flîte! C'est vrai!

Ils me sont fidèles, toujours dans l'attente, de ce que je sais, moi, ne pouvoir leur délivrer, ayant perdu toutes mes ailes. Je suis un oiseau, qui pique vers la terre. Vous avez poussé la porte, attiré par un curieux gémissement, et vous voilà pantois, devant vous: il n'y aucun écorché, à peine un grosse baudruche qui, maintenant, repose. Épousseter une nappe de banquet depuis un balcon est geste littéraire aussi bien que philanthropique, On me dit que les jacinthes se retiennent de pleurer avant de faner. Ne pratiquons pas le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 novembre 2015

Broutilles obscures

"Toutes les feuilles qui tombent ne sont pas des adversaires de l'automne." Du recueil "L'esprit coup de vent". "Comment faire front sans affronter." Du recueil "Prends garde!" "Il est malsain de faire de l'or avec des larmes." Du recueil "Et pourtant ils font..." "Un seul bélier ne peut pas faire reculer l'hiver." Du recueil "Métaphysique de l'aquoibonisme" "Tous  les symboles ne sont pas des armes obsolètes." Du recueil " Mes paniers de munition" "La solidarité n'a jamais signifié qu'il fallait s'absenter à jamais de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 novembre 2015

Deux pommes

Dans mon royaume, tout individu dépassant "deux pommes" sera qualifié d'ambitieux et, naturellement, réduit à la hauteur ordinaire de mes sujets par souci de stricte égalité. xxx
Posté par Jaume à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 24 novembre 2015

Les chevaux de bois toussent

Non! Ce n'est plus tout à fait comme avant, puisqu'il y a cet après. Ces drapeaux et ces hymnes, que voulez-vous on ne peut pas empêcher, en ces éphémérides de douleurs, que nos balcons et nos poitrines les déploient. L'unité? Un ami, danseur de sardanes, me disait, pourquoi ne nous imitent-ils pas? Mon rafiot coule. J'ai raison. La mer crie: Voile, qui peut! Ecce homo, toujours  Janus! La tragédie rend indigents tous nos sifflets et nos crayons retourent se planquer au fond des bois. Le plus- jamais- ça nous époumone et... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 21 novembre 2015

Pierre Gadel (1922-2015), journaliste.

Comme le temps passe et comme les crispations tragiques accentuent l'oubli. Pierre Gadel s'en est allé, entouré des soins et de l'affection des siens mais sans un mot de presse. Il avait 93 ans. Il avait été dans la deuxième moitié du XX° siècle le chef des informations locales de la rédaction perpignanaise de L'Indépendant. Il avait succédé à ce poste à Rosine (Angélique Villacèque), après un passage à la rédaction de La Dépêche du Midi. Il travailla avec deux rédacteurs en chef, André Vélasco, puis Michel Grillet. Il demeura à son... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]