mardi 21 juillet 2015

Mélanges du 21 août 2015

Il trouvait qu'il y avait plus de grâce dans un parachute qui se déployait dans le ciel et descendait délicatement vers la terre que dans un parasol, brutalement arraché, au sable et qui s'envolait dans le ciel. Ce n'est guère original de l'écrire, mais Fanny & Alexandre, c'est du grand patrimoine du septième art signé Ingmar Bergman. Le rencontrer un soir du 20 août est l'un des plaisirs les plus rafraîchissants de notre séance météo caniculaire. Intelligent et beau, riche et attractif, théâtre et cinéma, histoires et... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 20 juillet 2015

Le Paradoxe du Miroir, etc, etc, ect...

Il y avait le double de spectateurs prêts à découvrir le dernier spectacle de la Cie Caravane à l'ex-couvent des Minimes. Longue était la file des spectateurs (au quota les spectatrices cependant l'emportaient), devant l'entrée, près de la plaque dédiée à Menahem ben Solomon Ha Méiri (le rabbin médiéval perpignanais). On attendait dans une souriante patience que la porte s'ouvrît et que l'on pût accéder ...qui ne l'espérait pas...au plein du patio du couvent. L'attente fut longue mais supportable sur le pari d'assister dans quelques... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 juillet 2015

Triomphale Violeta Duarte

Violeta Duarte, elle colle tellement à la scène artistique nordcatalane que l'on ne l'en distinguerait plus. Et pourtant, sa singularité y est majeure. Affirmée au fil des décennies. Née en Argentine, avec le castillan sur les lèvres et la tête remplie de Buenos Aires. Ses climats, ses gens et ses rythmes qu'elle a déposé, avec générosité à Perpignan, qui en contre-partie -parfois, il est vrai avec peine- en a fait sa "diva" populaire ultramarine. Elle a mûrit, entre Méditerranée et Canigou, entre Albères et Corbières, mariant ainsi... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 17 juillet 2015

De Fossa, encore de Fossa, toujours de Fossa

Même si on a l'impression que l'on ne bat guère tambour pour ce 240 ème anniversaire de François de Fossa, ci-devant auto-proclamé Hadyn de la Guitare, et Major au 24 ème de Ligne, compositeur de musique, il n'y aucune raison de laisser croire qu'il ne se passe rien, que ce soit là-haut, à Paris, ou ici-bas à Perpignan, où il naquit, et en Roussillon où des bonnes volontés en révèlent et propagent les charmes. Des charmes musicaux pré-romantiques, jalousement goûtés, en son temps, en de rares salons légers. A... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 juillet 2015

Pour Aurélien Pawloff..."J'appelle mes frères" en Avignon

Du côté du Théâtre du réflexe1, à Canhoès, on a de quoi se réjouir. Et ces motifs de réjouissance proviennent d'Avignon, où se déroule les Festivals d'Avignon IN et OFF. C'est que dans le bouillonnant OFF, il est une pièce qui se fait applaudir tous les jours. Il s'agit de "J'appelle mes frères" du dramaturge suédois Jonas Hassen Khemiri (1978) Une pièce d'une brûlante actualité, récit du terrorisme ordinaire.  Jouée par la jeune compagnie "Les Entichés"2, qui compte parmi ses comédiens et ses grands espoirs Aurélien... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 juillet 2015

"Les TRES B." i cosetes més

M'han demanat un retrat. De retrats mai se m'ha ocorregut fer-ne. Ni desig ni tècnica per complir aquesta demanda. He cercat dins del maletí de les meves lectures escollides si, per cas, no en trobaria un que podria salvar-me del repte al qual em confrontava i de la vergonya de no haver-lo dominat. La meva resposta fou la següent: "Es aytal com vos dirai El ha de golla un palm o mais, E a las dens grans comme verre, Fort er duras come ferre, E  a las narras ben fendudas, e las aurelhas ben pochudas. E es ben negre veramen,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 juillet 2015

"Si no em dius"

Si no em dius que, de tots ells, sóc el més gentil, com vols que et miro, com vols que t'adoro,   si no sóc l'únic, el primer, l'insigne confident. Xxx  Si no saps que dir-li no et molestis, arrenca dos versos d'un jardí de Cal Gabriel Ferrater i fes-l'en hi ofrena, et regraciarà, de puntetes, amb un bes vermell en el front. Xxx Cosa horrorosa és la nostàlgia de tres taques de tinta rosseta sobre un esgrafiat secret !   Xxx Ell em diu, no t'entenc. Li replico, perquè hauries... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 juillet 2015

IlLE/TET : Capitale de la poésie visuelle

Ille sur Têt (66130). Cette capitale du Ribéral est aussi une ville culturelle. La poésie et l'art y vivent des lunes de miel sans cesse renouvelées à rendre jaloux tous les mal mariés des alentours. Ville de tradition, et de modernité. Ancrée à son passé, mais la boussole vers le grand large. Ville d'accueil, et de projection. Ville de terroir, pensons nectarine. Ville de rencontres et mélanges, ce que permet une initiative créative qui ne brosse pas uniquement dans le sens de l'ego, nombril ou clocher. Présentement, depuis le 2... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 14 juillet 2015

14 juillet, jour de pèche

Sommes nous sortis du cauchemar grec? N'étant ni Grec ni expert européen Bac + 100, je me plais à lire Constantin Cavafy (1863-1933) et Yannis Ritsos (1909-1990). Deux beaux et anciens cadeaux d'amis qui devaient bien pressentir que tout n'irait pas comme sur des roulettes sur l'Acropole. Tous les 14 juillet ne se valent pas. Il y a ceux qu'on n'a pas connus, ceux que l'on ne devait pas connaître, ceux que l'on a oubliés. Avez-vous le plus petit souvenir du meilleur de vos 14 juillet, avec ou sans lampions? Le principe du défilé -... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 juillet 2015

Port Barcarès Ave Mustica

Pendant des siècles et des siècles, les moustiques règnent en maîtres sur le territoire entre mer et étang, trottant seuls sur un désert sablonneux, où des vents du pays s'amusaient à monter et déplacer des dunes. Les couleurs de l'étang et celles de la mer étaient ce qu'elles étaient, des ondines changeantes. Devant soi -c'est un moustique qui parle, une ligne d'horizon. Derrière soi- c'est le même moustique, aïe, qui explique-la ligne brisée d'une montagne et sa grosse bosse, on dirait qu'elle tient du dromadaire. Les moustiques... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]