mercredi 15 février 2017

"En conséquence"

Le souhait du peut-être il fera beau est plus crédible que celui du il fera toujours beau. Quelle ne fut pas la surprise du pêcheur que de se voir accroché à l'hameçon! Mais qui donc l'avait ferré, se torturait-il, dans le panier? Nous sommes deux ou trois potes qui nous réunissons deux ou trois fois par mois, sous le porche du Rien Public, et travaillons aux statuts de l'association "Les prochains badins de la farce". La rédaction n'est pas facile mais nous progressons article après article, nous en sommes au 69... Que serait... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 février 2017

Le capital lyrique que lègue Jordi Pere Cerdà

C'était l'une de ses passions fortes. Il s'y consacra de nombreuses années. Écoutant, prospectant, interrogeant, transcrivant, enregistrant...et constituant un thésaurus (ce qui aujourd'hui nous apparaît comme tel) une collection inestimable de chants de la terre: de ces terres-ci de Cerdagne et de Roussillon. C'est parce qu'il était amoureux des siens, de son pays, de ses gens, de leur passé, de leurs saisons et de leurs chansons, et parce qu'il était, d'autre part, lucide sur la marche du temps et ses transformations, avec ses... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 février 2017

"El càsting comença demà"

El dia que neix ben poc sabrà de la nit que he passat, ja que ni em vigilava ni m'escoltava. Ningú és propietari d'una paraula, aquesta mateixa que et pensaves teva, i que veus córrer a casa d'en Lluís, lluint un abric de pell, però que truca també a la porta d'un Sebastià que l'espera per què vol que es posi nua al davant d'un fogot de sarments i a qui en Josep, o en Joan, o en Víctor Hugo o en John Steinbeck demana, si després de les seves habituals tres feines a can Dallonses i la seva Dama (del carreró de Suècia) li aniria bé... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 12 février 2017

"tot fineix vintage"

No et deixis descavalcar, el llenguatge el més bonic és el teu, que neix, floreix i la volada n'escampa els seus pètals sonors sense parió.No veig cap perversitat a aixoplugar-se quan plou.Em torna a la memòria el record d'aquell arquitecte que no entenia la rosa dels vents, la seva cara m'és present, el seu cognom no.Plors i riures es perden dins les mateixes sorres fines. Hi ha boques rateres, no les apropis. Sota el seu jersei de llana escarlata, que es retirà com una actriu que se sap filmada, convivien dues roses blanques. No... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 11 février 2017

"Pensa en un món més serè"

Per sort, tots els fabulistes no creuen les faules que escriuen. Les idees de bon estrip no gebren mai. Aquest matí les seves sines semblaven perfumades a l'anís. L'ós del Vallespir no viu sols de crep i de creixen. Els il·lusionats avancen el front enlaire, els desil·lusionats passen el cap cot. La grisor del temps atreu els corbs. Jo sec, en el raconet, sobre un banc blanc, quiet...no vull desmarcar el compàs de les hores d'espera. Una egua amb la crinera blava acaba de passar-me al davant, s'ha faltat poc que no la vegi... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 11 février 2017

Preux et coupe-jarrets

Je n'aime pas les épouvantails à étrangers. La banalité du mépris épuise et finit par tuer. Vous verrez, Sir Everett, ces Français, ils inventeront une taxe sur les rires polluants! Le ciel comme la terre a ses fourmis, on les appelle étoiles. Se rappeler est une activité comme un autre avec des moments fort pénibles. Tout le monde ne peut le savoir, c'est tout naturel, mais je suis un modeste ouvrier de la clarté, entre transparences et opacités. Il n'est pas de rue humaine qui ne soit pavée d'une quantité de vérités, d'une... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 février 2017

Niaiseries, pourquoi pas?

Il serait faux de penser que l'on se dissimule pour s'effacer. La bonne volonté a deux ailes veillez à ce qu'elles ne s'alourdissent pas trop vite. A force de tourner autour du pot, il se vide. L'été est un cauchemar pour les grandes nuits d'hiver. Drôle de temps que le nôtre où chacun, dès lors qu'il a une mèche de sa tête qui dépasse la haie des blanches colombes, se voit soumis à la question. Je ne réponds pas à un chien qui aboie. Par prudence. Ses dents sont en bien meilleur état que les miennes, et cela malgré mon... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 9 février 2017

A Torcatis: Polyphonie pour Pere Figueres

9 -bis repetita...Le premier recueil poétique de l'artiste nordcatalan Pere Figueres paru sous le titre chiffre 9 fera demain, vendredi 10 février à partir de 18 h, l'objet d'une présentation à la librarie Torcatis, au n°10 de rue Mailly. (Tiens!Tiens!Est-ce une malice de poète? Deux fois le nombre 10 comme pour faire un pied de nez au nombre 9). C'est en moins d'un mois, après son lancement à la Llibreria de la place Jean Payrà, que le 9 rencontre les Perpignanais.es. Un ouvrage entièrement écrit en catalan mais accessible à qui est... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 15:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 6 février 2017

LA JOIA: "Cants populars de la Cerdanya i el Rosselló" de Jordi Pere Cerdà

Editorial Mediterrània acaba de publicar "Cants populars de la Cerdanya i el Rosselló", una obra la qual Jordi Pere Cerdà (1920-2011) es va dedicar al llarg de la seva vida sense poder dur-la a terme com ho havia contemplat. Gràcies a Elena Cayrol, la seva vídua ha reeixit a treure-la a la llum aquest a obra preciosíssima, monument de memòria popular, lírica i alhora etnogràfica. És ara, menys de sis anys després la desaparició dl gran Cerdà a disposició dels públics que comprenen la llengua catalana, que en tenen la nostàlgia o que... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 4 février 2017

Mauvaise lune

On avait du trop cirer l'escalier (il était devenu maniaque), on trouva son esprit en miette aux bas des marches. a Je sais, m'écrit Ulysse  vieux pêcheur d'Islande,  une Pénélope en proie à une iconographie très mariale. Sublimons, mes biens chers frères! Sublimons, mes bien chères soeurs!  la face sainte cherche son vitrail. e Celui qui ne sait rien faire de ses deux mains et dont la tête se fait de plus en plus hésitante, ne doit envisager aucun saut périlleux. Il est des griseries de cirque qui ne lui sont plus... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 13:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]