vendredi 14 septembre 2018

Un sachet de riens

Pour moi une tragédie, pour lui une bluette, une bluette de plus. Non nous sommes pas égaux devant ce qui se passe. Le boeuf en voudra toujours au taureau d'être une figure de la liberté. Une langue écorchée par des baies sauvages est toujours préférable à une langue de bois verni.  Est-ce une appréhension masochiste qui dissuaderait de l'auto-critique? Perpignan: le giga-phototope de la quinzaine méditerranéenne des clics et déclics  Lui, mon ami, dont l'échine ne s'était jamais pliée à une révérence. Lui, rebelle... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 13 septembre 2018

ILLE-SUR-TET et ses prochaines "Diades ponsianes"

L'amalgame à Ille-sur-Tet d'une "Setmana Catalana" et de "Diades ponsianes" est du meilleur métal patrimonial et médiatique pour la culture catalane. Que l'on en juge pour le contenu du programme des manifestaions qui s'y dérouleront les  21,  22 et 23, puis les 28 et  29 septembre 2018. Avec deux temps forts: la pièce de théâtre "Quatre dones si el sol" de J.P. Cerdà et l'hommage au Docteur F. Català trente ans après sa disparition. Vendredi 21 à 18 h 30 à la Médiathèque J.- S. Pons. Concert avec le groupe choral... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 12 septembre 2018

URGENT Faut choisir CATLLAR ou TORREILLES

Joseph Mauréso et ses "paysages hybrides" Non, dans l'Art tout n'est pas patrimoine. En tout cas pas tout de suite. Il y faut la patine des ans et des regards de l'homme. Le patrimoine est apparemment ce qui reste, demeure intacte (privilège), délabrée ou restaurée. Et l'art, ce qui vit, se fait, se montre. ET une astuce contemporaine, il serait plus élégant de dire, une belle alliance a été trouvée entre l'ancien et le moderne, le moderne ouvrant  le regard ou le réorientant sur l'ancien (monument religieux, civil ou... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 12 septembre 2018

Du GRANT, et du DESCOSSY

DU GRENAT A PERPIGNAN Il y a pierre précieuse et pierre précieuse, à toi de décider au toucher, à la loupe, au collier ou au doigt, à la cheville peut-être comment apprécier ton Grenat. Si tu hésites, toi la belle, toi le beau -et tous les deux élégants et raffinés- une opportunité se présente à toi. Une opportunité sous la forme d'une exposition, banal direz-vous, oui mais dans un écrin... rare, exceptionnel, le seul digne de ce bijou... le palais des rois de Majorque, à Perpignan. Mais, demanderez-vous tout nimbé... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 10 septembre 2018

François de Fossa, sa "culture littéraire".

NOTES La "culture littéraire" de Français est faite d'auteurs du XVII°, XVIII° et XIX ° siècles... xxx  A Cadix, François de Fossa a fait la connaissance d'une "jeune demoiselle" dont Thérèse sa soeur apprennd dans une lettre du 20 mars 1798, qu': "elle est née au port de St Marie, mais d'un père irlandais et d'une mère angiaise" mais dont l'identité  Jane Lynch Vaughan (Jane,  Juanita et Jeannette) ne sera donnée que dans un courrier bien plus tard. Une rencontre qui ne laisse pas indifférent le... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 9 septembre 2018

Viande à parlotes

Et voici le poids-lourd de l'épithète, suivi du baron de l'ellipse qui a, sur sa gauche, le recordamn de l'incise et sur sa droite le maillot jaune de l'assonance, eux-même suivis du cascadeur du complément d'objet, du sournois de la ponctuation et de la lanterne rouge du participe passé... Tiré de "L'Acrobate du non-sense", oeuvre majeure mais toujours à l'état de clef USB d'un auteur anonyme. Plaisirs démodés: Les grains que l'on grille, les grains que l'on moud, et écoute craquer, l'eau qui bouillonne, le café qui... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 7 septembre 2018

"Relliscades de mots"

I tant... que m'agradaria viure en aquell núvol fosquejant, al  nùmero 77 del barri del Foment dels Temporals. Per alguns LIEDER per uns altres CANTS i per tothom CANçONETES. No seran pas els teus que et faran rei, sinó la petita quantitat dels teus adversaris.A l'espera d'una inspiració, una idea, de sobte, m'ocorre..." i si deixaves d'escriure, de fer el bonic." No vull encetar cap comentari per què sempre es troba algú que se'n'envisa i et segueix per portar-te, a cada pas i a punt, la contra en nom de la interpretació... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 6 septembre 2018

Du commerce, du vent et du vain

Fuis...Laisse le dormeur au staccato de ses ronflements! Il la rejoignit dans la plus profonde caverne de sa montagne. Elle retira son voile blanc et me dit tout. "Je t'ai tout dit"- ponctua-t-elle. Un homme tout à coup se détacha de ma foule. Il était beau de visage et semblait étranger. Tout à coup, il se mit à danser, à tourner, tourner, tourner, une main retournée vers le ciel, une main retournée vers la terre. C'est un derviche lança une voisine au teint pâle mais au regard captivé!. La vie passe et ne ramasse pas ceux qui... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 4 septembre 2018

Disparition professeur Serge Kamké (1921-2018)

KAMKÉ Serge Un amour de l'art et du métier (peindre et enseigner)   Né à Toulouse le 20 novembre 1921, après avoir fait ses études secondaires au Lycée français de Barcelone, il regagna la France avec sa famille au moment de la guerre civile espagnole, et se fixa à Perpignan. L'un de ses amis de l'époque était le chanteur danois Georges Ulmer. Kamké va dès lors s'inscrire dans le paysage artistique roussillonnais comme homme de l'art, dans la recherche et l'application. Il fut l'une des colonnes pédagogiques de l'école d'Art... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 4 septembre 2018

"La casa del Avi"

Ni un rètol de botigani un nom de casaen què guiar-meQue feia, jo,aquell matí,anant pels carrersd'aquell poble,desert?Ni un animalque correNi un cotxeque pita,ni una personaa qui preguntarsi la coneixia,la casa de l'Avi.Igual un heroide pel·lículafantàsticaprogressavacarrer granamunt,les últimes floretesd'esperança.als ulls.Cap rètolni anticni pintat de nouCap nomque em fos coneguto desconegut.Només mursi portesque tanquen.Ni esglésiaNi placeta,tampoc,amb el seu arbre,la seva font,els seus quatre velletsenvoltatsd'un bàndol depardals... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]