Il n'est pas une ville, Perpignan par exemple, qui n'ait son "peuple" de peintres, sculpteurs & others artworkers comme l'on dit du côté de l'avenue du Lycée. Mais tous ces artworkers n'aiment pas la ville de la même manière, même s'ils en apprécient les collectionneurs qui les ont remarqués, ou les lieux d'art où quelquefois on les invite à se montrer (musée? galerie? café? boutique?). Ainsi va et passe l'aléatoire vie artistique de la cité. Il est des artistes (ou que l'on dit tels sans faire une moue désobligeante) si chevillés à la ville (natale, ou adoptive) et depuis si longtemps épris  d'elle qu'ils la connaissent par tous ses attraits et ses atouts. Tout simplement parce qu'ils en battent le pavé (please pris ici comme synonyme de macadam), qu'ils en regardent les vitrines, qu'ils en fréquentent les terrasses, qu'ils en aiment les gens et vivent au rythme de l'horloge de leur train train quotidien...Avec les chérissant  ce privilège de pouvoir les observer, les étudier, les saisir dans leur décor (oui, une ville est un théâtre, même si toutes les scènes qui le composent n'ont pas le même éclat architectural ou social et si tous les visages des personnages ne sont pas à la fête). Et, ensuite, les "restituer" par le geste et dans le mouvement d'un crayon ou d'un pinceau (et non dans l'instantané d'un clic du "visa pour l'image") sur papier ou toile. Dessins et tableaux, croquis et paysages. Des images-témoins des saisons, des climats, des couleurs. De gens qui y vivent, travaillent, se toisent ou s'évitent. Il est des peintres qui font de leur ville un sujet et un partenaire. Ils lui content fleurette et signent le récit de leur idylle en traits et coloris. Mais de pareils amoureux sont rares, on les reconnaît à leur chevalet, et à leur boîte à couleurs. Il en est un particulièrement reconnu; il s'appelle Jean-Pierre Dulucq; c'est Haget ou Doisneau avec... des pinceaux et des tubes. Avec son atelier-résidence, au coeur de la ville, il en es devenu poète et metteur en scène, il rend en rythmes et vibrations à la rue, à la place, à la terrasse ou à la boutique, ce qu'elles lui ont donné en étonnements et émotions au point du jour à la tombée de la nuit, au plus clair de la vie aussi. Peintre, Dulucq, sa modestie dût-elle en pâtir, déclarons-le: Peintre et Prince enchanteur du Centre de Perpignan. Son talent une nouvelle fois est porté à la vue du grand public grâce à  une exposition qui aura lieu du 4 décembre 2017 au 2 février 2018 dans les locaux de la Mairie de quartier Centre historique, 12 rue Jeanne d'Arc. Le vernissage est prévu le mercredi 6 décembre à 19 h. Mais lorsque l'on est Peintre et Prince enchanteur on est ...bien légitimement courtisé. Ainsi, mais cette fois-ci montrant une autre facette de son talent: le portrait, on pourra l'admirer également à la Maison de la Catalanité , place J.-S. Pons, où comme peintre, il partagera la souveraineté du lieu (du 7 décembre  2017 au 12 janvier 2018) avec la très expressive sculptrice Renée Bouigue pour une exposition appelée "Féminines" (vernissage vendredi 8 décembre à 18 h 30)

xxxx