Malgré la "déflation" de prestige qui affecte son Musée Terrus, Elne n'est cependant pas en reste en matière d'attractions artistiques estivales. Sa cathédrale et son cloître y pourvoient suffisamment par leur majesté monumentale. Il est bon de rappeler que le temporaire s'y montre aussi sans craindre quelque comparaison désavantageuse avec ce qui s'exhibe ailleurs dans notre Roussillon touristique, où chaque commune qui prétend au privilège de l'art (nul ne lui en fera grief)  y va  et d'une, et deux, et trois expositions. Le cloître est une merveille. Y aménager est un risque de lèse-majesté que ne surpassent que des créateurs inspirés et dont le respect dû au lieu n'est pas un simple signe de politesse (hola! què tal!) mais demeurera admiratif tout au long de la résidence. Le cloître d'Elne et son jardin sont actuellement investis par un couple d'artistes, disons compagnons sculpteurs, qui n'ont pas besoin d'étaler leurs cartes d'identité face-book et Like-Cie pour qu'on les reconnaissent comme importants, grands. Allez-y voir, mais gaffe au toucher!  Il s'agit de Josep CANALS avec 31 sculptures qui déroulent le "ruban de Moebius" (qu'es aco!) et Núria EFE avec 15 sculptures interrogeant les "Muses". Ajoutera-t-on un grain d'intérêt supplémentaire à la dextérité et à la poésie formelle et symbolique de leurs travaux en disant que ces deux artistes nous viennent de Catalogne?. Installée depuis le 16 juin, galerie et salles pour Josep Canals, jardin pour Núria Efe l'exposition peut être visitée jusqu'au 30 septembre.

xxx