Ne vous laissez pas surprendre composez vos herbiers avant douze ans !

Xxx

Les fourmis tirent plus vite que Lucky Luke même si aucune d’elles n’a de mégot à ses lèvres.

Xxx

Le calme c’est du remue- ménage contenu.

Xxx

Tout animal blessé a besoin de soleil pour sécher ses blessures.

Xxx

Le poète naguère avait toujours à ses pieds une beauté à soumettre.

 Xxx

Allégorie, alligator…passe la mort.

Xxx

Quand le parquet crisse, l’âme du bois se rappelle à nous.

Xxx

Il n’est de bon lecteur que celui qui réveille les mots sans les apeurer

Xxx

Le bouton d’or est l’étoile de mon pré secret.

Xxx

La marée est toujours trop haute pour le marin d’eau douce.

Xxx

Son cul était posé à Bangkok et ses mains cueillaient du thym dans les Corbières.

Xxx

Double joie : observer l’arbre, puis caresser son tronc.

Xxx

Il paraît qu’une secte (pour le moment non identifiée) réfléchit depuis…un certain temps…à un système sophistiqué taxant nos rêves, sans possibilité aucune de dégrèvement en cas de nuits de forte sécheresse onirique.

Xxx

Je suis de ceux qui pensent que… Ah ! Cette lancinante prétention,  recommencée…

Xxx

L’affirmation d’une différence doit être normale et non héroïque.

Xxx

?... Ce pourrait être…C’est…C’était…Ce fut…On dit que…Rideau.

Xxx

Tout se passe comme si on venait d’ordonner insidieusement à l’Eté de se taire.

Xxx

Il avait beau introduire dans son regard sur lui-même toutes les ressources du cubisme analytique et du cubisme synthétique, il demeurait ce tout petit point à l’intersection de tant de similitudes et tant de dissimilitudes avec les autres.

Xxx

Féroce oubli, amputateur de mémoire, je sais qui tu es ! Non, je n’imite personne.

Xxx

Que la bouillie poétique ici présente n’induise personne en erreur, l’art poétique existe. Allez-y voir, en passant chez Yves Bonnefoy, ou chez Philippe Jaccottet. 

Xxx

L’infantilisme touche beaucoup plus les adultes engourdis que les enfants espiègles.

Xxx

Si t’encroûter ne veux pas et de l’euro pour courir ne dispose, bien serré attache-toi aux voyages des autres et, de casanier ni de désespéré, ne sera plus.

Xxx

A travers la cloison, il remarqua la voix d’un nouvel anonyme qui répétait : « Ecrire, moi, non, jamais. Non, jamais !  Je ne veux pas  écrire pour verser des indemnités à la solitude. »

Xxx

Un nom, Georges Duhamel, traverse mon esprit. Il y a l’acteur Maurice Biraud, ce Salavin, mordilleur d’oreille… Duhamel ? Celui qui disait que l’auto gâtait les paysages ?

Xxx

Ma main se posa sur son épaule, et n’alla pas plus loin. Le souhait de conversation tourna court,  se glaça après le premier affleurement. Mais j’ai compris –et les accepte- les raisons majeures et les raisons mineures de ne point prolonger. La peau ne… ment pas. Ou, alors, il faut la recouvrir, et bien ganter sa main.

Xxx

Rentrée littéraire. Voici le romancier qui élève des canards et voilà celui qui dépoitraille les cauchemars ! Ah ! J’allais oublier Houellebecq

Xxx

Pigeons et limaces, aigles et rats, mes contemporains, à présent, au travail. Non je n’imite personne.

Xxx

Il fabriqua son leurre pour ne pas avoir quelqu’un de désobligeant à qui parler. Il lui était, d’autre part, bien utiles pour aller faire les courses à sa place et bavarder avec la caissière celle qu’il avait dans l’œil depuis l’ouverture de la superette.

Xxx

Le chien lui apporte son journal entre les dents. Des gouttes de sang se répandent à ses pieds. Un massacre a la une ?  demande-t-il. Le chien acquiesce d’un battement d’oreilles, lâche sa Une, haletant, attendant la caresse reconnaissante du maître qui ne vient pas. Il prend sa pinte de sang quotidien et se lèche les lèvres, plusieurs fois.

Xxx

Un motard passe, casqué et bourru, je vois bien à la courbe de son dos qu’il accoutume péter plus haut que son tuyau d’échappement et, à chaque fois, c’est pareil, je n’ai pas le temps de fermer ma fenêtre quand je sens qu’il va passer.

Xxx

De jeunes enfants dérangent l’ordre du jardin, on ne va pas tout de même leur envoyer la troupe !

Xxx

Enfin Robert Bresson vint pour rappeler aux mastiqueurs d’images que les temps médiévaux étaient déjà des temps sonores : Ah ! Cliquetis d’épées, et chocs d’armures….

Xxx

Rien à faire, perdu à jamais ce « juron » que lançait le sorcier de mon enfance pour faire cesser les averses.

Xxx

Un pigeon pigeonnant sur une statue de la place X  se croit obligé de me rendre l’antipathie que je lui porte. Je hurle puis m’essuie.

Xxx

Eternelle banalité. Nous composons, ensemble, une société, mais nous ne vivons pas, tous, dans la même société.

Xxx

Les oiseaux n’aiment rouler qu’en auto décapotable.

Xxx

Texto. Tu es invité à goûter avec mes généraux. Signé Boris.

Xxx

Quoi de neuf à la mercuriale des expulsions ?

Xxx

La rattraper pour lui dire « le bleu du rocher », et la voir esquisser un sourire, rattrapée.

Xxx

Se sentant devenir pittoresque, il s’écria, vade retro folkloricas.

Xxx