vendredi 29 janvier 2016

Euro-Fantaisie

"Avant il se préoccupait toujours de la direction dans laquelle il orienterait sa boule et de son point d'arrivée, d'achoppement, ou  de chute. Aujourd'hui, il lance sa boule par plaisir de lancer sa boule, et cela le ravit, peu importe la direction, qu'elle chute, achoppe ou n'arrive pas. Il est vrai qu'il fait aujourd'hui quelque chose qu'il ne faisait pas hier, il se saisit avec poigne de sa boule, la loge dans le creux de sa main, la soupèse trois fois et, parfois quatre, avant de la lancer sans savoir où, sans prévenir... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 janvier 2016

C'est vrai.

Non! C'est faux. Le spiritualiste n'est pas celui qui vit d'un commerce de spiritueux. Celui qui vit d'un commerce de spiritueux s'appelle un liquoriste. Oui! C'est vrai. Les raisins de la raison -m'a soufflé au creux de l'oreille un initié par le petit bout de la lorgnette- ne sont pas tous sucrés. Toutes les fées NoMen ne parlent pas  phénoménologie à table et au lit. Il n'est bons sages qu'amis du tamis. Où s'éteint l'écho? L'art n'obéit qu'à l'art, dans ce cas rhabille toi. xxx  
Posté par Jaume à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 27 janvier 2016

On a les amis...

On a les amis que l'on a. J'ai des amis qui aiment que l'on parle d'eux, que l'on écrive sur eux, qu'on les peigne, repeigne et peigne encore, en long, en large, et en tout beau. J'ai aussi des amis qui ne mouftent ni un mot, qui ne grattent ni une note, qui fuient la photo, qui ont horreur d'être à leur avantage. On a les amis que l'on a. Il ne faut pas s'en faire pour ça, sinon "Bye!Bye! l'amitié!" xxx
Posté par Jaume à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 25 janvier 2016

In memoriam: Vicens Pérez Verdiell

Vicens Pérez Verdiell était un passionné de littérature de toutes les littératures. Cent pour cent pédagogue. Durant sa carrière universitaire, comme durant son temps de retraite. Attaché au Roussillon, il vécut son adolescence et sa jeunesse à Pézilla la Rivière, avant d'aller enseigner en diverses régions de l'Hexagone pour le retrouve à nouveau à partir de 1989 s'installant alors avec son épouse, à Alénya. Né à Tarragone, en 1927, enfant de la diaspora républicaine espagnole, formé et diplômé en France, il n'a pas peu contribué à... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 25 janvier 2016

Sainte journée

AVEZ-VOUS DÉJÀ VU UNE FEUILLE TOMBÉE DE SA BRANCHE VOULOIR S'Y RACCROCHER? IL AVAIT FINI PAR COMPRENDRE, SANS DOUTE UN PEU TARD, QU'IL NE POUVAI ÊTRE LE GRAIN DE SABLE CAPABLE DE FREINER LA RONDE DE LA TERRE. L'OUBLI EST  SOUVENT UNE SALE AFFAIRE, PAR CONSÉQUENT ATTACHONS-NOUS A NE PAS NOUS SALIR. CRANER TOUTE LA SAINTE JOURNÉE.... N'EST PAS TENABLE! LES NUITS ORPHELINES D'ÉTOILES RÊVENT MALGRÉ TOUT DES PLUS CLAIRES AURORES. AU PIED DE L'ALGORITHME, RONFLAIT UN GEEK! LA PARESSE OUVRE LA PORTE À LA SIESTE CHEZ 98,7 % DES... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 24 janvier 2016

Rien. Une Farce.

On croit que l'on a sonné à notre porte, on l'ouvre... Rien. Un peu de pluie, de vent sur le front. On referme la porte, à demi-content, l'autre moitié  avalée par la déception de notre nez- à- nez avec le rien. Un peu de pluie, de vent sur le front. C'est peu de choses pour celle ou celui qui attend des roses ou des lys pour enjoliver son coeur. Je pense que l'on avait sonné à ma porte. Une farce, certainement!  xxx
Posté par Jaume à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 janvier 2016

Tête lourde

Tu ne me croiras pas et pourtant c'est tout à fait ce qui m'est arrivé: Ce matin j'avais tellement la tête lourde que je me suis écroulé. Tassé, la tête dans les pieds. Un touriste qui passait m'a photographié aussitôt:" Pour ma galerie de monstres inattendus", m'a-t-il déclaré, plutôt aimablement. Satisfait de sa prise, il a saisi une poignée de cheveux, l'a tirée vers le haut, et le reste du corps tassé s'est étiré et, finalement, je me suis retrouvé, sur mes deux jambes, les pieds en confiance. J'ai compris que, là-haut, ma tête... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 23 janvier 2016

Cercle d'amis

Un cercle d'amis, pourquoi pas? Mais qui en a eu l'idée? Qui va le tracer, et sur quoi? Le vent, l'eau, c'est peu sûr. L'amitié, le vent l'emporte (il s'appelait comment le gugusse qui l'a inscrit dans nos mémoires?). L'amitié l'eau, c'est pareil, l'emporte et, quelquefois, jouit de la voir se dissoudre, à ses pieds. Sur du solide, sur du marbre, ce cercle d'amis, pourquoi pas? A condition que ce marbre ne fonde pas comme du beurre, ne brûle pas comme du bois, ne se déchire pas comme du papier et ne rouille pas plus vite que de la... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 22 janvier 2016

Scoop de Printemps

L'hiver ne nous a pas encore infligé son véritable cahier des charges que le printemps lisse ses moustaches pour nous séduire comme, vous, moi et plusieurs d'entre eux, ne l'avons jamais été. Le printemps, déjà? Mais, ce n'est pas possible, de nombreux saints du calendrier grégorien s'y opposent. Qu'ils s'y opposent? Ils n'y changeront rien. Quand les Poètes appellent le Printemps, celui-ci, ouvre ses ailes et se pose. Ce que veulent les Poètes, le Printemps ne se fait pas tirer les oreilles, n'attend pas qu'on lui dise deux fois, ne... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 janvier 2016

"Els trucs del silenci"

ESTIGUIS QUIET, HOME! VEUS QUE TAMBÉ EN TÉ DE GIRS COMINATORIS EL CATALÀ.     NO. TOTS ELS TRUCS DEL SILENCI NO SUPORTEN L'ASIL D'UNA GRABACIÓ.   QUINA  COSA ESTRANYA AQUESTA MEMÒRIA QUE ENS ABOCA EN EL COR  RAIGS DE NOSTÀLGIA D'UNS REIALMES ARA ARNATS AMB MAJÚSCULES!   COM POTS ESQUIVAR-LO, SI NO LI VEUS EL FIÇÓ?    PER PETITA QUE SIGUI, LA FEINA ÉS FEINA, I RECLAMA BELL MIRAMENT.   VOLDRIA ADREÇAR-VOS UNES PARAULES  DOLCES, AGRADOSES,... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]