vendredi 28 octobre 2016

"Una idea de Pubilla"

Ets català, nord-català i t'estimes tot el que passa o es fa a la Catalunya nord (avui apel·lada "Occitanie"). Tot ho saps i t'agrada escampar-ho per tot arreu. La cultura, la ciència no hi ha res de més important, necessari i urgent, aquesta és la teva cantarella. No ets català(el global català de la penya dels de Socarrel) però és com si ho fossis puix que ho vols i  tot el que respira, protesta i peta en català també ho has fet teu, sense esperar que algú te'n doni l'ordre. Si saps escoltar una sardana (quin saltiró... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 28 octobre 2016

Philosophie invertébrée

C'est toujours la même chose smoke screen & marrons glacés. Celui qui ne sait rien a à intérêt à s'occuper de tout. Les traîtres ne sont pas encore convenus de l'article Ier du règlement de leur prochain club. Se faire disciple est moins honteux que de découvrir que l'on a un disciple. Nous manquons de donneurs de sens en dépit de la queue des donneurs de leçon qui s'allonge devant la ligne de confidentialité. Le mortier compte davantage que la truelle, fais-toi maçon et tu saisira ce que je veux dire. Même lorsqu'ils ont... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 27 octobre 2016

Oui, l'aboiement protège

Dans une longue chaîne de transmission le dernier qui reçoit la patate chaude voit bien qu'elle est tiède, sinon froide...et la garde pour lui. Si vous n'êtes pas encore licorne vous risquez de pâlir avec les gens du commun, les ordinaires, celles et ceux de la majorité taiseuse. Alors, vite, devenez extraordinaire! Les gros- bras souvent sont aux avant-postes des baffes. Notre tête sans doute ressemble-t-elle à une tire-lire mais on ne peut pas la casser toutes les cinq minutes pour compter ce qu'elle contenait. Le conseil... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 18:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 26 octobre 2016

"Ddeia l'un a l'altre..."

No em diguis el que he de ferNoja veig sobre l'arbreles primeres flors de neuja veig l'hora que passaNo em diguis el que he de ferNoja sé que la claror del diaha perdut el sabor exquisit de l'ametllames et diré que per  tu com maiel meu cor bat." xxx "No tenia cap motiu de protestar. Personatge sense parió, cap raó havia de protestar. Sols els qui menen combat poden protestar de no haver-lo guanyat o de no haver-ne beneficiat. I tanmateix ens interpel·là, implorant-nos fins a les lamentacions." xxx "Qui veu córrer un... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 25 octobre 2016

Qu'il ne rouille

Dites-leur qui je suis, mais dites-leur à voix basse, et d'un trait, ils n'en méritent pas davantage. A bien des choses est utile un arbre, il donne son fruit à l'un, il ombrage la sieste de l'autre, il flamboie dans l'âtre d'un troisième. La tranquillité ne sera sans doute jamais un droit constitutionnel. Il y a tellement peu de choses dans ce qu'il écrit, même pas une feuille de menthe ou un grain de safran, que l'on a honte et désespère pour lui. Une voix off, lâchant dans son grommellement "Mais foutez lui donc la paix! Qu'il... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 23 octobre 2016

Bas de laine

  L'ingratitude a un goût de pain noir. Je vais te dire quelque chose, j'aurais aimé être un compagnon des surréalistes pour...oh! n'imagine pas ce qui n'aurait pu être...simplement faire des parties de chasse aux papillons autour de Saint-Circq Lapopie avec André Breton et Benjamin Péret. Je ne l'avais j'avais dit à personne. C'était un cliché de mon musée imaginaire, à part  toi qui aurait-il pu intéresser un jour. Jouir à vous égarer, poings et pieds liés pour ce faire. Lingot d'or: Langue de bois ou feu de petits... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 20 octobre 2016

L'odeur de mon pays

"L'odeur de mon pays était dans une pomme. Je l'ai mordue avec les yeux fermés de somme, Pour me croire debout dans un herbage vert. L'herbe haute sentait le soleil et la mer, L'ombre des peupliers y allongeait des raies, Et j'entendais le bruit des oiseaux, plein les haies, se mêler au retour des vagues de midi. Je venais de hocher le hocher le pommier arrondi, Et je m'inquiétais d'avoir laissé ouverte, Derrière moi, la porte au toit de chaume mou...   Combien de fois, ainsi, l'automne rousse et verte Me vit-elle, au... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 19:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 20 octobre 2016

Observatoires

Sur l'autoroute je file, et dans le labyrinthe je me débrouille. Combien de tesselles plaisir sur votre mosaïque bonheur? Aucune pastille effervescente ne vient à bout de certaines équivoques, la science qui sait tout, sait aussi qu'elle a des limites et les équivoques persistent. Pourquoi ne parvenait-il pas à tirer son épingle du jeu? L'ai-je trop enfoncée? se demandait Roland, le Bretteur. Prendre la légèreté au sérieux, n'en laisser rien paraître, mais se plier à ses aventures buissonnières. Quand on a conclu que tout a été... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 19 octobre 2016

Les quatre existences d'Albert Bausil

Albert Bausil (1881-1943) laissé sa marque dans la mémoire collective perpignano-roussillonnaise, à tout le moins de ceux qui s'intéressaient au rugby et à la littérature (roman et poésie, chanson) ainsi qu'au journalisme, aux traditions locales et au développement régional par la voie touristique, en mettant en valeur ce qui lui le plus propre. Journaliste et homme de culture et homme de culture. Le titre un brin surréalisant de "L'âne qui mange des  roses" et celui à la sensibilité plus terroir de "Pel mouchi"  ( "Pèl... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 19 octobre 2016

le nez dans l'actu

Il faut boire le café quand il est chaud. Il aurait pu être un bon danseur de claquettes mais il ne trouva jamais les bons talons. Un tout petit oiseau se posa sur l'oeillet indolent, je fis clic sur le bouton comme Lucien Clergue, ou Jean Dieuzaide. Les seules eaux dans lesquelles il aimait baigner sa plume étaient celles des piscines archaïques. N'oublie pas. Le train n'attend jamais. Il cracha son mégot et siffla une dernière fois. Le quai de la gare était devenu désert. Quand devant moi apparaissent des hautes colonnes de... [Lire la suite]
Posté par Jaume à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]